Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

La rédaction - 11.10.2019


Des auteurs paniqués, des éditeurs mondains, des libraires déjà épuisés, des distributeurs satisfaits – les seuls actuellement... –, des représentants (peut-être) en vacances, des transporteurs en retard, un ministère avec le Culture entre deux chaises, des lecteurs perdus, des blogueurs survoltés, des Instragrameurs pour lesquels nous n’avons pas trouvé de rime, des journalistes éreintés... 
 

Et au milieu, notre rédaction heureuse, souriante et accomplie. Vous avez tout de même de la chance de nous lire.


 

Tout ce joyeux maelstrom a un nom : la rentrée littéraire. Une aberration que l’industrie du livre à travers le monde envie à notre hexagonale France [NdlR : Mais euh ! Pourquoi ?].

Comme tout le monde vous a déjà dit qu’il y avait 567 titres à venir sur cette période de deux mois et demi grosso modo, soit une quantité indigeste de 9,783333333 livres – n’imaginez pas qu’on les a tous lus ! – à engloutir quotidiennement : nous ne le répéterons pas.

 

Ah, tiens, si.

 

Nous ne vous dirons pas lesquels sont les meilleurs, lesquels se vendront le mieux, lesquels auront tel prix, lesquels passeront à la télé, lesquels nous ont fait rire tant ils étaient mauvais. Nous avons rencontré des éditeurs, leurs auteurs, des libraires, des attachées de presse qu’on avait oubliées un peu plus haut — qu’elzéhils soient bénis, pour leur patience, leur dévouement et leur abnégation.

 

Et puis... Et puis nous avons plongé. Tête baissée. Sans filet. On a lu, Lu, LU, jusqu’à plus soif, plus faim, plus dormir, plus parler, prostrés à plus savoir écrire. 

 

Pour au final ne vous parler dans ce dossier, que de ces livres qui nous ont intrigués, étonnés, esbaudis, émus, sidérés. Et parfois, peut-être, éventuellement, quand on en aura le temps, des autres. 

Mais c’est pas sûr. 

 

Car comme dirait Bartleby : « Je préférerais ne pas. » 

 

Bonne rentrée.


crédit illustration : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

Trancher et torturer à chaud, servir crû et sans merci

ROMAN FRANCOPHONE - Amélie Cordonnier nous plonge dans la violence intime d'un couple. Non non, pas la violence de tous les jours, un peu banale : une violence d'une intensité irrespirable. Un roman infernal et subjuguant. Explosion en plein vol assurée.   Trancher est aussi impitoyable que son titre à la serpe l'annonce. Une femme est mariée à Aurélien, ils ont deux enfants, Romane et Vadim. La famille aux apparences idéales. Mais le couple tangue, et c'est peu de le dire : il manque de chavirer chaque jour qui passe ou presque. Pourquoi ? Parce qu'Aurélien hurle...

L'humeur de Chereau : la lecture, cet onanisme si fragile

Alors que des centaines de romans déferlent durant la période de la rentrée, le lecteur reste dernier à décider de ses choix. Ajoutez la polémique Renaudot-Amazon qui plonge toutes les professions dans une certaine perplexité et plus personne ne sait où donner de la tête.    Maître Chereau a toujours plaidé pour les droits de l’Homme, jusqu’au moment où ces derniers s’effacent devant les droits de l’asticot. Et parmi ces droits, ceux énoncés par Daniel Pennac, que d’avoir le droit de lire ce que l’on veut.    Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur,...

Deuxième sélection : les 10 livres en lice pour le Prix Sade 2018

Le jury du Prix Sade s’est réuni jeudi 13 septembre 2018 afin d’établir sa deuxième sélection. Cette récompense est dotée d’une oeuvre inédite de Ben. La dernière sélection aura lieu le samedi 6 octobre 2018, à l’issue de laquelle le Jury décernera le Prix Sade 2018, à la Galerie Suzanne Tarasieve.   Jury du prix Sade   Et comme à son habitude, le Prix Sade 2018 « a le plaisir amical et cruel » de nous informer que sont seuls sélectionnés :   L’Animal de compagnie, Léo Barthe (La Musardine) La Vespasienne, Sébastien Rutés  (Albin...

Le jury du Prix Médicis livre sa première sélection, romans français et étrangers

22 romans, 12 en français et 10 traduits : c'est l'imposante sélection des jurés du Prix Médicis, qui ont dévoilé ce jeudi 13 septembre leur première liste d'ouvrages retenus. Une deuxième sélection sera communiquée le 4 octobre prochain, à laquelle s'ajoutera une liste d'essais.     Romans en français :  Emmanuelle Bayamack-Tam, Arcadie (P.O.L) Nina Bouraoui, Tous les hommes naturellement désirent savoir (JC Lattès) Pauline Delabroy-Allard, Ça raconte Sarah (Minuit) Sophie Daull, Au grand lavoir (Philippe Rey) David Diop, Frère d'âme (Seuil) Carole...

Première sélection pour le Prix de Flore 2018

Le jury du Prix de Flore a établi sa première sélection ce mercredi 12 septembre 2018 au Café de Flore, à Paris. La deuxième liste sera annoncée le 18 octobre 2018. 10 romans font partie de cette sélection, qui rassemble quelques noms récurrents des prix littéraires de ces dernières semaines, comme Emmanuelle Bayamak-Tam, Nicolas Mathieu ou Loulou Robert. (Adrian Scottow, CC BY-SA 2.0)   La sélection du jury du Prix de Flore est la suivante : La vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui (Gallimard) Le malheur du bas d’Inès Bayard (Albin...

Deux auteurs parmi les six finalistes du Prix Double Dôme

Nouveau prix artistique et culturel, le Prix Double Dôme sera décerné pour la première fois le 10 octobre prochain. Maxime et Édouard Bras, propriétaires du restaurant parisien Le Dôme, ont voulu créer, avec le concours de Charlotte Dumas Vorzet du Bureau 2C+, le Prix Double Dôme, qui prend en compte différentes catégories artistiques : musique, littérature et arts visuels. Deux auteurs sont encore présents dans la seconde liste des sélectionnés.   Le 11 septembre 2018, le jury du prix s’est réuni pour sélectionner la seconde et dernière liste des finalistes...

Jennifer Egan, la famille après la déchirure

ROMAN ETRANGER - Bob Dylan, et bien d’autres avant lui nous l’ont dit : l’art a pour mission première de faire bouger l’humanité. Jennifer Egan, lauréate d’un prix Pulitzer partage cette vision du monde. et, mieux encore, sait nous la transmettre. Manhattan Beach est une éprouvante course à l’identité.     Nous sommes à Brooklyn, États-Unis, durant et après la dépression. Une famille irlandaise survit, alors qu’au-dehors, un système entier s’effondre. Le krach boursier du jeudi noir, puis la Seconde Guerre mondiale : sombres...

L'homosexualité, de père en fils ou l'autre Angleterre

ROMAN ETRANGER - Fresque historique, cela ne manque pas, c’est avec la Seconde Guerre mondiale qui s’ouvre le roman d’Alan Hollinghurst. Nous sommes à Oxford, où vient d’arriver David Sparsholt. Et durant les cinquante années, c’est l’acceptation et l’intégration à la société britannique de l’homosexualité qui sera balayée.     Un groupe d’étudiants d’Oxford s’organise des réunions littéraires, dans des tasses de thé en porcelaine. Pourtant, l’Europe est en guerre. Mais c’est au-dehors. Et eux sont encore en attente du service...