Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

La rédaction - 11.10.2019


Des auteurs paniqués, des éditeurs mondains, des libraires déjà épuisés, des distributeurs satisfaits – les seuls actuellement... –, des représentants (peut-être) en vacances, des transporteurs en retard, un ministère avec le Culture entre deux chaises, des lecteurs perdus, des blogueurs survoltés, des Instragrameurs pour lesquels nous n’avons pas trouvé de rime, des journalistes éreintés... 
 

Et au milieu, notre rédaction heureuse, souriante et accomplie. Vous avez tout de même de la chance de nous lire.


 

Tout ce joyeux maelstrom a un nom : la rentrée littéraire. Une aberration que l’industrie du livre à travers le monde envie à notre hexagonale France [NdlR : Mais euh ! Pourquoi ?].

Comme tout le monde vous a déjà dit qu’il y avait 567 titres à venir sur cette période de deux mois et demi grosso modo, soit une quantité indigeste de 9,783333333 livres – n’imaginez pas qu’on les a tous lus ! – à engloutir quotidiennement : nous ne le répéterons pas.

 

Ah, tiens, si.

 

Nous ne vous dirons pas lesquels sont les meilleurs, lesquels se vendront le mieux, lesquels auront tel prix, lesquels passeront à la télé, lesquels nous ont fait rire tant ils étaient mauvais. Nous avons rencontré des éditeurs, leurs auteurs, des libraires, des attachées de presse qu’on avait oubliées un peu plus haut — qu’elzéhils soient bénis, pour leur patience, leur dévouement et leur abnégation.

 

Et puis... Et puis nous avons plongé. Tête baissée. Sans filet. On a lu, Lu, LU, jusqu’à plus soif, plus faim, plus dormir, plus parler, prostrés à plus savoir écrire. 

 

Pour au final ne vous parler dans ce dossier, que de ces livres qui nous ont intrigués, étonnés, esbaudis, émus, sidérés. Et parfois, peut-être, éventuellement, quand on en aura le temps, des autres. 

Mais c’est pas sûr. 

 

Car comme dirait Bartleby : « Je préférerais ne pas. » 

 

Bonne rentrée.


crédit illustration : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

Einstein, le sexe et moi, sur le radeau de la Merduse

ROMAN FRANCOPHONE - D’emblée, il plantera le décor et posera les balises : autiste Asperger il est. Bien. Et alors? Alors vous aurez dans les mains Einstein, le sexe et moi, l’un des romans les plus drôles de la rentrée littéraire, et l’un des plus singuliers : et votre regard aura changé.   De ces êtres qui paraissent étranges et incompréhensibles, la télévision française et ses jeux du cirque sont une formidable caisse de résonance. Lui, il a appris par coeur les réponses à 200 000 questions (oui vous avez bien compté deux fois les zéros, alors que...

L'irrespirable Évasion de Benjamin Whitmer

Avec Évasion, Benjamin Whitmer signe une intrigue violente et efficace avec une galerie de personnages taillée à la pointe du couteau. La langue, crue et cruelle, traduite par Jacques Mailhos, libère la noirceur de l’Amérique « du milieu », dans les années 70. En substance, l’écrivain américain publie chez Gallmeister, pour la rentrée, un roman noir étouffant.    « L’âme américaine est dure, solitaire, stoïque : c’est une tueuse. » Si cette sévère affirmation de l’écrivain britannique D.H. Lawrence convient à Benjamin Whitmer,...

Prix Landerneau des Lecteurs 2018 : quatre romans demeurent

Le prix Landerneau des Lecteurs, pour son édition 2018, vient de dévoiler sa short list. Des dix romans originellement retenus, seuls quatre demeurent... Présidé cette année par la romancière Véronique Olmi, aux côtés de Michel-Edouard Leclerc, le Prix Landerneau des Lecteurs fait une nouvelle fois le pari d’associer les choix des 1178 libraires des Espaces Culturels E.Leclerc à ceux d’un large public.       En effet, ce sont 200 lecteurs sélectionnés dans toute la France. qui désigneront le roman lauréat, paru au cœur de la rentrée littéraire, et qui...

Première sélection du Renaudot : 17 romans, 7 essais

La saison des prix littéraires de l'automne est bel et bien ouverte : le jury du Prix Renaudot a ainsi dévoilé sa première sélection, qui rassemble 17 romans et 7 essais, pour deux prix qui seront remis le 7 novembre prochain, même jour que le Goncourt. La cohue au moment de la remise du Prix Goncourt, en 2016 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)   La liste des romans retenus :   Anton Benaber, La grande idée (Gallimard) Adrien Bosc, Capitaine (Stock) Adeline Dieudonné, La vraie vie (L'Iconoclaste) David Diop, Frère d'âme (Seuil) Gilles Martin-Chauffier,...

Tu t'appelais Maria Schneider : étrange résonance tragique

ROMAN FRANCOPHONE – Vanessa Schneider, journaliste politique et romancière, signe avec Tu t'appelais Maria Schneider un récit émouvant et terriblement attachant ; avec des mots, tendres, sincères, difficiles parfois, le parcours de sa cousine aînée, mais aussi celui d'une actrice, au destin tragique, marquée à jamais par le rôle de sa vie, celui de l'éternelle « scandaleuse » des années 70. Qui était Maria Schneider ?   Pour la plupart des jeunes, ce nom ne signifie pas grand chose. Pourtant, Maria Schneider a été l'héroïne d'un film culte...

Comment s'écrire soi-même : l'intime insaisissable 

ROMAN FRANCOPHONE - Comment t'écrire adieu ? Comment écrire tout ce qui tourbillonne dans la tête, tout ce qui y chante et y flashe ? Comment écrire ce qui ne se laisse pas dompter ? Juliette Arnaud se lance dans cette recherche du récit de soi dans toute sa complexité.    Comme le fil d'une pensée qui lie, relie, délie, dévie, jaillit, foisonne, accélère et ralentit, en suspens puis repartie de plus belle. Plongés au cœur d'une pensée qui se déroule presque comme si on la vivait de l'intérieur, on n'en comprend pas tout, on ne peut pas tout saisir. : c'est le...

Lorsque la hyène hurle à la mort, grandir pour ne pas être la proie

ROMAN FRANCOPHONE - Quand apprivoiser la mort devient nécessaire pour survivre et que l'on a douze ans, inutile de chercher de repères connus. Dans son premier roman, qui prend à contrepied les habituels clichés de la folie familiale, Adeline Dieudonné nous embarque dans la descente aux Enfers d’une jeune héroïne incroyablement puissante. Car Cerbère est une hyène affamée.     « À la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit frère Gilles, celle de mes parents, et celle des cadavres » Le décor est posé. Nous sommes dans...

Même les riches peuvent avoir besoin d'une assistante sociale

ROMAN FRANCOPHONE – Paris. Un jour. Un matin. Les huissiers. Et pire : les forces de l’ordre. Ce n’est pas un groupe de migrants que l’on expulse : juste un galeriste désormais fauché plus ras que les blés. Jours de dèche fait mouche. Didier Delome, lui, virevolte.     C’est l’histoire de Molloy que l’on aurait confié à une assistante sociale. Et presque tout est dit : l’incapacité, l’incompétence, voire mieux : l’inadaptation. Où quand l’anecdotique pour le commun des mortels devient insurmontable. Et pourtant, il faudra passer sous...