Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

La rédaction - 11.10.2019


Des auteurs paniqués, des éditeurs mondains, des libraires déjà épuisés, des distributeurs satisfaits – les seuls actuellement... –, des représentants (peut-être) en vacances, des transporteurs en retard, un ministère avec le Culture entre deux chaises, des lecteurs perdus, des blogueurs survoltés, des Instragrameurs pour lesquels nous n’avons pas trouvé de rime, des journalistes éreintés... 
 

Et au milieu, notre rédaction heureuse, souriante et accomplie. Vous avez tout de même de la chance de nous lire.


 

Tout ce joyeux maelstrom a un nom : la rentrée littéraire. Une aberration que l’industrie du livre à travers le monde envie à notre hexagonale France [NdlR : Mais euh ! Pourquoi ?].

Comme tout le monde vous a déjà dit qu’il y avait 567 titres à venir sur cette période de deux mois et demi grosso modo, soit une quantité indigeste de 9,783333333 livres – n’imaginez pas qu’on les a tous lus ! – à engloutir quotidiennement : nous ne le répéterons pas.

 

Ah, tiens, si.

 

Nous ne vous dirons pas lesquels sont les meilleurs, lesquels se vendront le mieux, lesquels auront tel prix, lesquels passeront à la télé, lesquels nous ont fait rire tant ils étaient mauvais. Nous avons rencontré des éditeurs, leurs auteurs, des libraires, des attachées de presse qu’on avait oubliées un peu plus haut — qu’elzéhils soient bénis, pour leur patience, leur dévouement et leur abnégation.

 

Et puis... Et puis nous avons plongé. Tête baissée. Sans filet. On a lu, Lu, LU, jusqu’à plus soif, plus faim, plus dormir, plus parler, prostrés à plus savoir écrire. 

 

Pour au final ne vous parler dans ce dossier, que de ces livres qui nous ont intrigués, étonnés, esbaudis, émus, sidérés. Et parfois, peut-être, éventuellement, quand on en aura le temps, des autres. 

Mais c’est pas sûr. 

 

Car comme dirait Bartleby : « Je préférerais ne pas. » 

 

Bonne rentrée.


crédit illustration : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

Jeu de dupes à l'Hôtel Waldheim

ROMAN FRANCOPHONE - Avec Hôtel Waldheim, François Vallejo s’illustre par un captivant duel entre deux egos sur fond de Guerre Froide. Publié chez Viviane Hamy, l'ouvrage d’une intelligence fine et au suspens d’un roman d’espionnage explore la mémoire et l’Histoire, les interprétations et les (re)constructions. Un brillant effet d’optique.    Difficile de lâcher Hôtel Waldheim tant on a envie de savoir ce qu’il s’est réellement passé — et qui dit vrai. Tout commence par une « survivance des moyens de communication [d]es plus...

L'humanité désarmée, devant l'invasion de tendres boules de poil

ROMAN ETRANGER - L'on connaît Luke Rhinehart pour L’Homme dé (traduit par James Du Mourier en 2014, chez L’Olivier). Il était temps d’approfondir cette rencontre avec l’auteur à l’imaginaire débridé. Son histoire de boules de poils, avec Invasion, montre combien il est salutaire d’ouvrir les yeux sur nos sociétés aseptisées…     Admettons. Admettons que des aliens hypra-intelligents, et pas du tout armés de mauvaises intentions, belliqueuses ou conquérantes, débarquent sur la Terre. Logiquement, cette curieuse race prendrait ses quartiers quelques...

Rentrée littéraire : le bon grain délivré

ÉDITO – Les librairies croulent, les cartons affluent, tout un chacun surveille les chiffres de vente, la consultation des statistiques GfK explose, le téléphone brûle tant il s’active… Nous y sommes, après la pause estivale, les bureaux se sont remplis et la rentrée littéraire est là. Fabuleux. Presque.   Sebastian Fritzon, CC BY ND 2.0   587 nouveaux romans sur près de deux mois et demi, 94 jeunes premiers auteurs français qui découvrent leur livre, sur les 381 romans sortis. Et 186 traductions, dont on oubliera régulièrement de citer le nom du/de la...

La fièvre amoureuse, passionnée et terrible

ROMAN FRANCOPHONE – Avec Ça raconte Sarah, aux éditions de Minuit, Pauline Delabroy-Allard offre un premier roman d’une beauté indécente – un récit sur la passion amoureuse, résonnant comme jamais de par son écriture sensuelle et hypnotique... Sûrement l’une des plus belles découvertes de la rentrée littéraire 2018.     Jeune professeure dans un lycée parisien et mère célibataire d’une petite fille, la narratrice mène une vie sans heurt, sans surprise, jusqu’à la rencontre qui bouleverse tout.   Un soir comme les autres, à l’occasion...

Pauline Delabroy-Allard, Prix des libraires de Nancy-Le Point 2018

Le 11e Prix des libraires de Nancy-Le Point a été décerné à Pauline Delabroy-Allard pour son livre Ça raconte Sarah, un premier roman publié par les éditions de Minuit. Il s'agit du coup de cœur de l’Association des librairies « Lire à Nancy » et de la rédaction du Point : le prix sera remis à la lauréate à l’occasion de la 40e édition du Livre sur la Place, qui marque chaque année le coup d’envoi de la rentrée littéraire. Très attendu par le monde littéraire et de bon augure, le prix des Libraires – Le Point a couronné, depuis plusieurs...

Perpétuité pour une mère célibataire : l'enfer de la prison

ROMAN ETRANGER – Pour son troisième roman, Rachel Kushner avait certainement envie de tuer un homme. Son personnage Romy Hall s’en est chargé. Mais la voici confrontée à un jury qui définira sa culpabilité, et sa peine. Le Mars Club, ce n’est pas l’endroit où l’on échange des conseils de lecture, non, non…     Deux peines de prison à perpétuité, au centre correctionnel pour femmes de Stanville, Central Valley, Californie. Or, à bien y regarder — à mieux y regarder, peut-être — la vie en milieu carcéral féminin ressemblerait à s’y...

Pauline Delabroy-Allard lauréate du Prix Envoyé par La Poste 2018

Cinq ouvrages, présentés au jury présidé par Olivier Poivre d’Arvor, étaient en lice pour remporter la quatrième édition de ce prix littéraire. Créé par la Fondation d’entreprise La Poste, le prix « Envoyé par La Poste » récompense un manuscrit (roman ou récit) adressé par courrier, sans recommandation particulière, à un éditeur qui décèle, avec son comité de lecture, un talent d’écriture et décide à le publier.   La lauréate de 2018 est Pauline Delaroy-Allard, pour Ça raconte Sarah, Les Editions de Minuit. 192 pages (parution le 6...

Le monstre et l'amour : de la haine à la colère de vie

ROMAN FRANCOPHONE - Un roman qui n'en est pas vraiment un : une poésie, un récit mythologique, une grande allégorie qui touche nos entrailles les plus enfouies. Fais de moi la colère, dernier roman de Vincent Villeminot, après de nombreux titres en jeunesse et Young Adult, a de manière déconcertante l'allure d’œuvre accomplie. A lire et relire.   Vincent Villeminot est libre. Il démusèle l'écriture, il désencage les bêtes féroces qui nous habitent, il libère le plus indicible de nous. Il libère le monstre. La poésie du monstre, à chaque ligne, à chaque...