Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

La rédaction - 11.10.2019


Des auteurs paniqués, des éditeurs mondains, des libraires déjà épuisés, des distributeurs satisfaits – les seuls actuellement... –, des représentants (peut-être) en vacances, des transporteurs en retard, un ministère avec le Culture entre deux chaises, des lecteurs perdus, des blogueurs survoltés, des Instragrameurs pour lesquels nous n’avons pas trouvé de rime, des journalistes éreintés... 
 

Et au milieu, notre rédaction heureuse, souriante et accomplie. Vous avez tout de même de la chance de nous lire.


 

Tout ce joyeux maelstrom a un nom : la rentrée littéraire. Une aberration que l’industrie du livre à travers le monde envie à notre hexagonale France [NdlR : Mais euh ! Pourquoi ?].

Comme tout le monde vous a déjà dit qu’il y avait 567 titres à venir sur cette période de deux mois et demi grosso modo, soit une quantité indigeste de 9,783333333 livres – n’imaginez pas qu’on les a tous lus ! – à engloutir quotidiennement : nous ne le répéterons pas.

 

Ah, tiens, si.

 

Nous ne vous dirons pas lesquels sont les meilleurs, lesquels se vendront le mieux, lesquels auront tel prix, lesquels passeront à la télé, lesquels nous ont fait rire tant ils étaient mauvais. Nous avons rencontré des éditeurs, leurs auteurs, des libraires, des attachées de presse qu’on avait oubliées un peu plus haut — qu’elzéhils soient bénis, pour leur patience, leur dévouement et leur abnégation.

 

Et puis... Et puis nous avons plongé. Tête baissée. Sans filet. On a lu, Lu, LU, jusqu’à plus soif, plus faim, plus dormir, plus parler, prostrés à plus savoir écrire. 

 

Pour au final ne vous parler dans ce dossier, que de ces livres qui nous ont intrigués, étonnés, esbaudis, émus, sidérés. Et parfois, peut-être, éventuellement, quand on en aura le temps, des autres. 

Mais c’est pas sûr. 

 

Car comme dirait Bartleby : « Je préférerais ne pas. » 

 

Bonne rentrée.


crédit illustration : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

La saison des fleurs de flamme, corps et coeurs meurtris

ROMAN ETRANGER - Au-delà de sa belle couverture, le premier roman de l’écrivain nigérian Abubakar Adam Ibrahim interroge la bienséance, la morale et les tabous imprimés par la tradition. À travers le récit d’une relation sensuelle entre deux personnages issus de milieux trop différents, La Saison des fleurs de flamme, publiée par les Éditions de l’Observatoire, décrit les interdits, les désirs, les meurtrissures ou encore les traumatismes d’une société jusque dans les corps.    Comme le suggère sa couverture, le récit de La Saison des fleurs de...

Mère célibataire épuisée cherche échappatoire, désespérément

ROMAN FRANCOPHONE – Il fait nuit, et l’enfant dort. Heureusement. Ce sont les derniers instants qui lui sont préservés. Une fois qu’elle aura rangé la maison, évacué les jouets, fait un peu de place. Peut-être sortira-t-elle, pour goûter furtivement à la nuit et sa liberté, la dernière qui lui reste.      Seule. Elle est seule face à l’enfant. Ni l’un ni l’autre ne méritait de prénom : leur histoire existe ici, là, partout. Elle se déroule à Lyon, presque par mégarde – dans ces grandes villes, combien de mères célibataires, au conjoint...

A son image et à sa guise : requiem argentique

Jérôme Ferrari nous plonge au cœur de la vie de l’Île de Beauté. Ce n'est pourtant pas sa beauté que raconte A son image, mais son histoire, ses guerres, les luttes vaines des hommes qui ne savent au final pas qui ils sont. Malgré la foi, malgré les images, malgré les morts.       Dieu créa l'homme à son image. Quelle image ? Quel Dieu ? Quel homme ? Ce roman prend la forme d'un enterrement religieux, il suit les chants d'un requiem et en porte toute la solennité. Le temps est à la gravité et il ne s'agit pas d'y échapper comme on le fait si souvent,...

Objet trouvé : triangle amoureux, et plus si affinités

ROMAN FRANCOPHONE – Passons rapidement sur Thibault. Touchant dans son professionnalisme, il ne sert qu’à découvrir un cadavre. La vie de pompier. Un cadavre, et un homme déshydraté. La suite n’est qu’un fil à dérouler. Au bout, on trouvera une cravache et des menottes. Et une histoire d’amour.     Nadège vit avec Enzo, son fils. Et Antoine, père de substitution, ou beau-père : depuis la disparition de Marc, elle a appris patiemment à se reconstruire, parce qu’elle avait un enfant. Elle l’attendait déjà, alors qu’elle et Marc devaient se marier....

Horacio Castellanos Moya, une Comédie humaine en Amérique latine

Le romancier Horacio Castellanos Moya a fait une rentrée fracassante avec son nouveau livre, Moronga, publié aux éditions Métailié. Sans se tromper, la maison le présente comme l’une des voix les plus puissantes de la littérature latino-américaine. Et à ce titre, vient de racheter l’ensemble des droits sur ses livres. Horacio Castellanos Moya - crédit Editions Métailié      Originellement traduit par Les Allusifs, l’auteur salvadorien avait quitté la maison à la suite des mésaventures éditoriales. Celle-ci avait connu une faillite, déclarée en...

Les poteaux étaient carrés : le terrain de l'adolescence

ROMAN FRANCOPHONE - 12 mai 1976, Hampden Park. Dans le mythique stade de Glasgow, le Bayern de Munich affronte l’A.S. St Etienne en finale de la Coupe d’Europe. Laurent Seyer, avec Les poteaux étaient carrés, signe un premier roman singulier, qui nous fait oublier que nous en connaissons l'issue.   « Nicolas est devant la télé, comme toute sa famille, comme ses copains du collège, comme la France entière. Mais pour lui c’est bien plus qu’un match. Cette équipe de Saint-Étienne est devenue sa vraie famille. Depuis le départ de sa mère, depuis qu’il est...

Dans l'atelier, petite fille perdue entre miroirs et (auto)portraits

ROMAN FRANCOPHONE - Court premier roman très dense et très pur, débarrassé des scories de l’affect, L’atelier de Sarah Manigne donne voix à Odile, fille en déréliction d’un couple d’artistes flamboyants.     Il aura fallu qu'elle soit adulte pour que son père pour la première fois lui demande de poser pour lui.   Lui, peintre ignoré et incertain de son art, a trouvé en Educhka la muse, la mère, l’agent, la mondaine qui lui a permis de naître et d’exister en tant qu’artiste ; elle, dans ses rôles dont elle donne elle-même la définition, se...

La rentrée littéraire Rivages : libertés souveraines

Rendez-vous était pris entre éditeurs et équipes des éditions Rivages et libraires et blogueurs en cette fin du mois de juin. Après un accueil d'Adèle Leproux, directrice commerciale, lors de cette soirée animée par Sophie Quetteville, la rencontre avec les auteurs présents plaçait la soirée sous le signe des combats singuliers et des revendications, à la liberté des personnages, et à celle souveraine des écrivains.       « Un magicien d’Oz, côté gore ! » s’exclame Jeremy Fel pour parler d’Helena, son prochain roman à paraître. Avec...