Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

La rédaction - 11.10.2019


Des auteurs paniqués, des éditeurs mondains, des libraires déjà épuisés, des distributeurs satisfaits – les seuls actuellement... –, des représentants (peut-être) en vacances, des transporteurs en retard, un ministère avec le Culture entre deux chaises, des lecteurs perdus, des blogueurs survoltés, des Instragrameurs pour lesquels nous n’avons pas trouvé de rime, des journalistes éreintés... 
 

Et au milieu, notre rédaction heureuse, souriante et accomplie. Vous avez tout de même de la chance de nous lire.


 

Tout ce joyeux maelstrom a un nom : la rentrée littéraire. Une aberration que l’industrie du livre à travers le monde envie à notre hexagonale France [NdlR : Mais euh ! Pourquoi ?].

Comme tout le monde vous a déjà dit qu’il y avait 567 titres à venir sur cette période de deux mois et demi grosso modo, soit une quantité indigeste de 9,783333333 livres – n’imaginez pas qu’on les a tous lus ! – à engloutir quotidiennement : nous ne le répéterons pas.

 

Ah, tiens, si.

 

Nous ne vous dirons pas lesquels sont les meilleurs, lesquels se vendront le mieux, lesquels auront tel prix, lesquels passeront à la télé, lesquels nous ont fait rire tant ils étaient mauvais. Nous avons rencontré des éditeurs, leurs auteurs, des libraires, des attachées de presse qu’on avait oubliées un peu plus haut — qu’elzéhils soient bénis, pour leur patience, leur dévouement et leur abnégation.

 

Et puis... Et puis nous avons plongé. Tête baissée. Sans filet. On a lu, Lu, LU, jusqu’à plus soif, plus faim, plus dormir, plus parler, prostrés à plus savoir écrire. 

 

Pour au final ne vous parler dans ce dossier, que de ces livres qui nous ont intrigués, étonnés, esbaudis, émus, sidérés. Et parfois, peut-être, éventuellement, quand on en aura le temps, des autres. 

Mais c’est pas sûr. 

 

Car comme dirait Bartleby : « Je préférerais ne pas. » 

 

Bonne rentrée.


crédit illustration : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

La rentrée littéraire L'Iconoclaste : un air de famille

Sophie de Sivry et les équipes des éditions L’iconoclaste accueillaient fin juin libraires, scouts et bloggeurs pour la présentation de la rentrée littéraire. Lors de cette soirée scandée par les lectures de Coline Serreau et la musique de Roland Tchakounté, quatre textes, dont trois premiers romans, étaient présentés, « accessibles, importants et contemporains », dont le fil rouge est sans conteste les questions de la famille et de la transmission.     La famille vit dans un lotissement gris, où rien ne se passe comme ailleurs : la mère a démissionné,...

Samuel Benchetrit : Et la vie va, la nuit passera

ROMAN FRANCOPHONE – Après La Nuit avec ma femme, que nous étions nombreux à avoir aimé, Samuel Benchetrit nous replonge dans son univers si particulier où se mêlent fiction et autofiction. Le lecteur ne cessera de se demander si le « je » du livre n’est pas le double de l’écrivain.     Si le fils, qui n’est jamais nommé, n’est pas Saul, auquel ce roman est dédié. Comme d’ordinaire, Benchetrit décrit minutieusement ces petits détails du quotidien qui parfois nous énervent et à d’autres moments nous amusent. Comment ne pas rire lorsqu’il...

Babylone Express : Fulgurant. Explosif. Effréné.

ROMAN FRANCOPHONE – À la dernière ligne, on se rend compte étouffé que l’on a retenu sa respiration. 256 pages durant. Soit deux heures trente de lecture d’après le Kindle. Babylone Express, c’est une autoroute vers l’enfer, comme il se doit, servi par une langue vivante en diable. Il n’en fallait pas moins.   Luna de Paris et Marco von Z., un couple comme il n’en exista jamais : elle officie aux Renseignements généraux, fille de bonne famille, moitié de Normandie, moitié d’Italie. Lieutenante, elle surveille les agissements des écoterroristes. Fan...

Et sur le toit d'un immeuble de Harlem, la musique d'un saxophone

ROMAN JEUNESSE – Le jeune Sonny vit à New York avec sa mère. Elle travaille dans une usine qui fabrique des gâteaux pour ceux qui ont les moyens de les acheter. En octobre 1927, être noir à Harlem est déjà moins compliqué qu’à la Nouvelle-Orléans. Mais la vie est douloureuse.     Peu après la mort de son père, Sonny a suivi la famille qui a migré vers la Big Apple : son oncle et son épouse aujourd’hui vivent dans le même immeuble que sa mère et lui. Un morceau préservé, et un adolescent de 14 ans protégé. Pour pauvre que soit leur existence,...

La rentrée littéraire Flammarion : voyages intimes au long cours

Accueillis à la Maison de l’Amérique Latine par Gilles Haeri, Bruno Caillet et l’ensemble des éditeurs de la maison Flammarion, libraires et scouts ont pu assister à la présentation par leurs auteurs des titres à paraître pour la rentrée littéraire de la maison.   Elle marche dans la rue, et croise soudain Vincent, un ancien amour. Voilà tout ce que l’on sait du nouveau roman de Christine Angot.   Elle explique « avoir longtemps cherché ce livre », qui parle de l’amour d’une femme pour deux hommes : il y a Vincent, donc, « un romantique, qui...

Petite maman n'avait que dix-sept ans : les origines

ROMAN FRANCOPHONE – Éric Fottorino nous invite dans Dix-sept ans à une plongée dans l'extrême. Pas celui du saut à l'élastique, de l'expédition au cœur de la jungle. Un extrême bien plus terrifiant, qui nous concerne tous : celui de notre intimité la plus ultime.     « Un dimanche de décembre, une femme livre à ses trois fils le secret qui l’étouffe. En révélant une souffrance insoupçonnée, cette mère niée par les siens depuis l’adolescence se révèle dans toute son humanité et son obstination à vivre libre, bien qu’à jamais...

Midi sonne La Tempête et ses échoués

ROMAN FRANCOPHONE - Cloé Korman signe Midi, un roman sur le respect de l'enfance, troublant récit d'un acte manqué, dans un décor de féerie apparemment invraisemblable. Pourtant rêve, théâtre et réalité sont bien sur le même bateau.     Midi est un monde d'enfants, de piailleries, de pirateries puériles et de petites mains blotties dans les grandes. Mais attention pas trop de douceur. Les enfants ne sont pas tout gentils tout beaux, ni eux ni les mères et pères qui les entourent. Les clichés de l'enfant innocent et des parents aimants à l'écoute sont mis à...

La rentrée littéraire Denoël : enfances de pierre et dystopie de feu

Lors de la présentation aux libraires des titres de la rentrée de la diffusion CDE, Béatrice Duval, directrice générale des éditions Denoël, a pris la parole pour nous présenter les trois titres majeurs de la rentrée littéraire de la maison.   Italie, dans une vallée des Abruzzes, années 50. Anna Maria, jeune femme de 20 ans, élève, après le décès de sa mère, son frère cadet. La vie est rythmée par les tâches agricoles et domestiques, au gré des saisons, aux côtés d’un père brutal. À la faveur d’une promenade dans les bois, un bruit l’effraie...