Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

La rédaction - 11.10.2019


Des auteurs paniqués, des éditeurs mondains, des libraires déjà épuisés, des distributeurs satisfaits – les seuls actuellement... –, des représentants (peut-être) en vacances, des transporteurs en retard, un ministère avec le Culture entre deux chaises, des lecteurs perdus, des blogueurs survoltés, des Instragrameurs pour lesquels nous n’avons pas trouvé de rime, des journalistes éreintés... 
 

Et au milieu, notre rédaction heureuse, souriante et accomplie. Vous avez tout de même de la chance de nous lire.


 

Tout ce joyeux maelstrom a un nom : la rentrée littéraire. Une aberration que l’industrie du livre à travers le monde envie à notre hexagonale France [NdlR : Mais euh ! Pourquoi ?].

Comme tout le monde vous a déjà dit qu’il y avait 567 titres à venir sur cette période de deux mois et demi grosso modo, soit une quantité indigeste de 9,783333333 livres – n’imaginez pas qu’on les a tous lus ! – à engloutir quotidiennement : nous ne le répéterons pas.

 

Ah, tiens, si.

 

Nous ne vous dirons pas lesquels sont les meilleurs, lesquels se vendront le mieux, lesquels auront tel prix, lesquels passeront à la télé, lesquels nous ont fait rire tant ils étaient mauvais. Nous avons rencontré des éditeurs, leurs auteurs, des libraires, des attachées de presse qu’on avait oubliées un peu plus haut — qu’elzéhils soient bénis, pour leur patience, leur dévouement et leur abnégation.

 

Et puis... Et puis nous avons plongé. Tête baissée. Sans filet. On a lu, Lu, LU, jusqu’à plus soif, plus faim, plus dormir, plus parler, prostrés à plus savoir écrire. 

 

Pour au final ne vous parler dans ce dossier, que de ces livres qui nous ont intrigués, étonnés, esbaudis, émus, sidérés. Et parfois, peut-être, éventuellement, quand on en aura le temps, des autres. 

Mais c’est pas sûr. 

 

Car comme dirait Bartleby : « Je préférerais ne pas. » 

 

Bonne rentrée.


crédit illustration : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

Lancement du Prix Joseph à Montpellier, parrainé par Nicolas Rey

 Après plusieurs mois de travail, voici qu’est inauguré un nouveau prix littéraire à Montpellier, parrainé par l’écrivain Nicolas Rey, le Prix Joseph. L’objectif de cette création est d’exporter la rentrée littéraire dans le Sud de la France. Le jury est jeune, aime lire et faire la fête.     Le 24 novembre prochain, dans le café branché de Montpellier, le Café Joseph, sera récompensé un auteur originaire de la région, ou publié en Occitanie.    Voici la sélection :   Un tournant de la vie (Flammarion) de Christine...

Six romans encore en compétition pour le prix Interallié 2018

En attendant que le nom du prix Interallié 2018 soit dévoilé, ce 14 novembre, le jury que préside Philippe Tesson a remis une nouvelle copie. Six romans restent encore en compétition. Et la part belle est faite aux éditions Gallimard, qui maintiennent trois livres.      Le jury du Prix Interallié a procédé aujourd’hui à sa deuxième sélection :    Laurence Cossé - Nuit sur la neige (Gallimard) Paul Gréveillac - Maîtres et esclaves (Gallimard) Stéphane Hoffmann – Les belles ambitieuses (Albin Michel) Philippe Lançon - Le lambeau...

Pierre Guyotat reçoit le Prix de la langue française 2018

Ce mercredi 17 octobre, suite aux délibérations du jury composé d'académiciens français, d'académiciens Goncourt, de journalistes et d'écrivains, Pierre Guyotat a été désigné lauréat du Prix de la langue française 2018. Créée en 1986 par la ville de Brive-la-Gaillarde, la récompense est remise au cours de la Foire du Livre de Brive, en novembre.     Pierre Guyotat succède au palmarès à Jean-Luc Coatalem, Philippe Forest et Mona Ozouf, lauréats ces dernières années. Le prix, doté par la Ville de Brive de 10.000 €, sera remis lors de la cérémonie...

Deuxième sélection pour les Prix de la Société des Gens de Lettres

Les Prix Révélation de la SGDL, au nombre de huit, portent une attention particulière aux auteurs et traducteurs émergents. Ils distinguent des primo-romanciers, des premiers recueils de nouvelles ou de poésie, des auteurs qui n’ont publié que quelques livres. La deuxième sélection vient d'être communiquée.     Prix Fiction   Cinq prix seront décernés : Grand Prix du 1er roman, Prix Dubreuil du 1er roman et trois prix Révélation tous genres confondus.   Boris BERGMANN, Nage libre, Calmann Lévy Estelle-Sarah BULLE, Là où les chiens...

Trois lauréats pour la première édition du prix « Double Dôme »

À la belle époque et dans les années folles, le Dôme était le QG de nombreuses personnalités aimant se retrouver dans ce lieu mythique de Montparnasse : Picasso, Beauvoir, Man Ray, Hemingway... Aujourd’hui la tradition se perpétue et des artistes reconnus ou en devenir : écrivain(e) s, musicien(e) s, peintres, photographes... continuent d’animer cette institution unique à Paris.      Afin d’honorer cette tradition et le travail de nouveaux talents, Maxime et Édouard Bras propriétaires du Dôme créent (avec le concours de Charlotte Dumas Vorzet —...

Kazan, chien-loup dans le Grand Nord canadien

ROMAN ETRANGER – Dans une cabane de rondin, Kazan, le chien de traîneau au sang huskies aux trois quarts et loup pour le quart restant, découvre un environnement bien étrange, lui qui a surtout connu le Wild d’où il a su ramener son maître en l’arrachant aux griffes pourtant impitoyables du Grand Nord.   Là, il rencontre la femme de ce dernier dont la voix mélodieuse, les cheveux blonds, la grâce fragile l’envoûtent et asservissent en lui les instincts sauvages pour en faire un servant docile, mais protecteur au grand étonnement du maître qui a du mal à...

Négar Djavadi reçoit le prix Lire en Poche pour “Désorentiale”

Chaque année, 4 prix littéraires sont remis pendant la soirée d’ouverture de Lire en Poche : un prix de littérature française, un prix de littérature traduite, un prix de littérature jeunesse et le Prix Sud Ouest/Lire en Poche du polar, en partenariat avec le journal Sud Ouest Dimanche.     En 2018, les trois premiers prix fêtent leurs 10 ans. Ainsi les 30 lauréats depuis 2009 sont largement  mis en avant sur la 14e édition du salon.    Prix Lire en poche de littérature française   Cette sélection est constituée par les équipes Lire en...

L'humeur de Chereau : Coke en stock, ou le fonds du commerce

C’est le nerf de la guerre : comme disait Denis Mollat, patron de la librairie bordelaise éponyme, on reproche toujours au libraire de ne pas avoir le livre que l’on cherche. Eh ! Possiblement parce qu’il en existe beaucoup, et que les librairies ne peuvent pas posséder tout le fonds de la création — littéraire, s’entend.     Maître Chereau ne pratique pas encore l’imprimante 3D pour les librairies, mais sait combien la superficie d’une librairie peut changer toute la donne. Quand on oppose des centaines de mètres carrés à la surface réduite d’une...