Salon du livre de Montréal 2019 : Se raconter

La rédaction - 25.11.2019

ambiance foule montreal
 

La 42e édition du Salon du livre de Montréal se tiendra du 20 au 25 novembre 2019 à la Place Bonaventure. Et pour la dernière année, dans ce lieu devenu historique, l’espace sera complètement réaménagé, pour se faire plus vivant. 


Profiter de plus de lieux de lecture et de détente, ce sera le mot d’ordre pour 2019, avec de nouvelles animations — que ce soit autour de la jeunesse ou des nouvelles technologies. Pour ce qui est des plus jeunes, la Matinée des petits sera un projet pilote proposant d’accueillir 1000 enfants de 4 et 5 ans, le vendredi matin, pour leur faire parcourir les lieux, et découvrir des animations dédiées. 

Pour se mêler à la ville, le salon invite des quartiers de la cité à se faire connaître auprès des Montréalais — celui de Saint-Michel ouvrira le bal. Et en 2019, l’Ukraine, sa littérature et ses créateurs seront accueillis tout particulièrement.

Notons qu’une programmation professionnelle se dessine avec plusieurs sujets d’actualité évoqués : Le livre audio vu par les éditeur·rice·s, La place du roman québécois par rapport aux autres offres culturelles en 2019, Littérature québécoise : où en est l’égalité hommes-femmes ? ou encore Vivre la diversité — Pour en finir avec le clivage eux/nous.

La journée du mercredi sera gratuite de nouveau, et ActuaLitté sera en direct de cette manifestation, pour arpenter les allées et se rendre à la rencontre des professionnels présents. 


photo ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Cap sur l'imaginaire : déferlante d'univers fantastiques au Québec

Depuis sa première édition en octobre 2017, l’Hexagone a vu le mois de l’Imaginaire se structurer. Une association chapeaute l’ensemble des opérations, et les acteurs de ces mauvais genres se fédèrent. Un mouvement qui est parvenu jusqu’au Québec, avec la création de Cap sur l’imaginaire, un collectif tout autant engagé.  En 2018, le directeur éditorial de Bragelonne traverse l’Atlantique : sa maison célèbre son 10e anniversaire dans la Belle Province. À cette occasion, Stéphane Marsan rencontre plusieurs acteurs de l’Imaginaire, et suggère alors...

Steven Guilbeault, un ministre à la rencontre de l'industrie du livre

Il y a des hasards qui ressemblent à des rencontres et des rencontres qui se changent en évidence. Ajoutons-y des hasards de calendriers politiques inattendus, et voici comment le nouveau ministre du Patrimoine canadien, nommé ce 20 novembre, se retrouve au Salon du livre de Montréal.   Loin de tout le folklore protocolaire, de la cohue médiatique — qui se préoccupe rarement d’empiéter sur les visiteurs — que l’on connaît en France, le passage de Steven Guilbeault au salon du livre s’est déroulé en toute intimité, ou presque. Pas de prise de parole officielle...

Fréquentation : on s'en “chiffres” de tes “crisse”

CARNET DE BORD – 18 litres de café, plus ou moins allongés, auront suffi à lutter contre le décalage horaire. Les quelques bières échangées dans des micro-brasseries auront plutôt eu l’effet inverse. C’est dur, un salon, on ne se rend pas compte… 2019, dernière année à la place Bonaventure, il s’est cependant passé quelque chose : dans l’ambiance, dans les ventes, dans les allées… Vraiment...   Au cours des trois années de couverture du salon de Montréal — tout a débuté en 2017, année où le Québec avait été mis à l’honneur au salon de...

Inscrire le livre dans la vie des Québécois, enfants comme adultes

Parce que la lecture est essentielle, l’autrice Marie Barguirdjian diffuse un manifeste, qui pose les bases les plus essentielles, de ces évidences qu’il est bon de rappeler. « Connaissez-vous un enfant qui n’aime pas qu’on lui raconte des histoires ? », interroge-t-elle. Parce que la lecture ne va pas de soi si l’on ne fait pas un effort, On a tous besoin d’histoires enfonce le clou. Marie Barguirdjian, ActuaLitté CC BY SA 2.0   Depuis plus de 20 ans au Québec, Marie Barguirdjian a un bagage en histoire de l’art et musique. Elle avait même temps...

Brioche à la cannelle : c'est angry birds chez les libraires

CARNET DE BORD – La neige a déserté les rues de la ville ; de nuit, les fenêtres illuminées semblent des étoiles qui observent les passants. Le salon vit, bouge, le flux de visiteurs ne discontinue pas, familles, curieux, adolescents. On jase. Et d’un stand à l’autre, on jase aussi, même des sujets qui fâchent. pixabay licence   Il en est un cette année qui sourdait depuis des mois : l’absence de l’Association des Libraires du Québec (ALQ). L’an passé, entre autres choses, elle hébergeait un espace d’écoute autour du polar, en format podcast. Mais...

Saga, la première librairie de l'Imaginaire à Montréal depuis 20 ans

Les littératures de l’imaginaire au Québec, c’est l’Espagne de Nougaro, qui pousse en Toulouse un peu sa corne. Au cours des trois dernières années, le secteur éditorial s’est développé chez des éditeurs que l’on n’attendait probablement pas dans ces « mauvais genres ». Au point que de nouvelles perspectives s’ouvrent pour la librairie.  pixabay licence   Si l’on parle d’Imaginaire dans la Belle Province, Mathieu Lauzon-Dicso revient rapidement dans la conversation. Enseignant en Cegep, il est à l’origine du Prix des Horizons Imaginaires, dont...

Poutine gratuite : régalons-nous, encore, encore, encore, encore

CARNET DE BORD – « T’aimes-tu pas quand c’est gratuit ? » Cette phrase anodine s’est accrochée à mes basques dès le premier jour. Et de couloirs en escalators, dans les allées du Salon du livre, je l’ai traînée : au moindre café, à chaque rencontre, elle s’étalait, criante de vérité. Comme une serpillère dont personne n’aurait osé contester l’usage. ActuaLitté, CC BY SA 2.0   Il y a Charjah, qui prend une place délirante dans l’espace éditorial : plus un salon international qui n’ait son stand Charjah, sa programmation, sa présence...

Québec : hommes et femmes dans l'édition, des chiffres éloquents

La parité Hommes/Femmes, un vœu pieux, probablement impossible à atteindre. Et peut-être pas souhaitable pour autant. Cependant, il importe de savoir où en sont les structures pour mesurer les efforts à accomplir et le chemin qui reste à parcourir. Pour ce faire, l’UNEQ présentait une étude à l’occasion du Salon du livre de Montréal, assez significative. pixabay licence   L’exemple est frappant : sur 805 manuscrits qu’ont reçus les éditeurs québécois l’année passée, 48,9 % étaient écrits par des femmes. Cependant, 37 % d’ouvrages publiés...