Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2017

La rédaction - 03.04.2019

Le livre jeunesse représente en France 364 M€ de chi re d’affaires, sur l’année 2016, soit +5,2 % de croissance par rapport à l’an passé, et un total de 13,5 % de parts de marché, sur l’ensemble du secteur du livre. Avec 77 M d’exemplaires vendus, on en conclut qu’un livre sur 5 vendu est un livre jeunesse. Depuis 2000, la production de titres jeunesse à l’unité a doublé : 8 350 en 2000 contre 16 521 en 2016.

 

« Complice privilégié des temps de l’enfance, le livre de jeunesse, s’il est intemporel dans son rôle, se réinvente à l’envi au l des générations. Et le Salon qui porte son nom bouge avec lui, épouse et travaille ses mouvements », explique Sylvie Vassallo, directrice du salon du livre et de la presse jeunesse qui se déroule chaque année à Montreuil. 

 

L’une des spécificités de la littérature jeunesse est sans doute sa capacité à représenter, à raconter, à parler de et à l’enfance et l’adolescence, aussi bien dans les registres du réel que de l’imaginaire. Si ces représentations peuvent offrir aux enfants une vision d’eux-mêmes, une mise en abîme, un miroir, elles se nourrissent aussi des inspirations et des regards sensibles, complices, attentifs, humoristiques, d’auteurs et d’illustrateurs qui, pour beaucoup, investissent une certaine part de leur enfance.

 

« Le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté » disait Baudelaire. Avec ce thème, le Salon invite le public à un voyage dans les royaumes de l’enfance en empruntant les chemins tracés par les plus grands auteurs et illustrateurs de littérature jeunesse. 
 

 

IMG_1959
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Rémunérer les auteurs : le festival BD du lac d'Annecy joue franc jeu

La 7e édition du salon de la bande dessinée du Lac d’Annecy — SévrierBD de son véritable nom — n’en démord pas : rémunérer les auteurs est une nécessité. Mais pour y parvenir, il faut parfois emprunter des chemins de traverse. Mais quand la cause est juste, aucune hésitation.    Vincent Poirier, cogérant de la librairie BDFugue d’Annecy, premier sponsor de ce festival, se réjouit : « Voilà deux ans que cette question de la rémunération tournait au sein de l’association. D’abord parce que nous, libraires, sommes éminemment conscients des...

Littérature jeunesse : panorama des ventes entre 2012-2018

La jeunesse bat son plein lors de la manifestation de Montreuil, salon dédié à la littérature et la presse. Mais le reste du temps, les ouvrages vivent leur vie dans les librairies et chez les lecteurs. Récemment, les éditions PKJ, le volet jeunesse de Pocket, a présenté une analyse du secteur. Toujours intéressant à découvrir. ActuaLitté, CC BY SA 2.0   Si 2017 avait marqué une baisse importante du secteur, c’était avant tout dans les librairies de premier niveau et hypermarchés. L’absence de licences est pointée pour expliquer cette diminution – les ventes...

Les Croques, de Léa Mazé, Prix Jeunesse ACBD 2018

L’ACBD, Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée, a décerné son troisième prix Jeunesse ACBD, à l'occasion du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. Les Croques, tome 1, Tuer le temps de Léa Mazé, publié par les Éditions de la Gouttière, a reçu la récompense.   Le troisième prix Jeunesse ACBD a été remis le samedi 1er décembre 2018 à 17h15 dans le cadre du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Léa Mazé s’est vue remettre un strip original dessiné par Pascal Jousselin, lauréat du Prix Jeunesse ACBD 2017...

Palmarès 2018 du 3e prix UNICEF de littérature jeunesse

A l’occasion du Salon du Livre et de la presse Jeunesse les lauréats du Prix UNICEF de littérature jeunesse 2017 seront dévoilés, le 28 novembre. Pour cette 33e édition, parrainée par le romancier Maxime Chattam, plus de 3 600 enfants entre 3 et 18 ans de la France entière ont choisi leur livre préféré parmi une sélection de 5 livres dans 3 catégorie d’âge (3-5 ans, 6-8 ans, 9-12 ans, 13-15 ans).   Cette année, le thème du Prix UNICEF est « Réfugiés et migrants, du déracinement à l’exil ». Cette thématique forte a permis de sensibiliser...

Plus de 13 millions d'acheteurs de livres jeunesse en France

#ÉTUDE – 13 millions d’acheteurs par an – âgés de 10 ans et plus –, soit un quart de la population du pays, et 83,3 millions d’exemplaires vendus – 28 % du marché du livre. Qui a dit que la jeunesse n’était pas l’avenir de l’humanité ? Dans l’industrie du livre, cette dernière fait en tout cas recette. ActuaLitté, CC BY SA 2.0   À l’approche du salon du livre jeunesse de Montreuil, GfK fait, comme chaque année, ses comptes. Une étude portant sur la littérature jeunesse apporte quelques précisions sur le secteur. D’abord, et plutôt...

Cinq albums sélectionnés pour le Prix Jeunesse ACBD 2018

L'Association des Critiques de Bande Dessinée (ACBD) a dévoilé les 5 albums sélectionnés pour le Prix Jeunesse ACBD 2018, le troisième du nom. Le nom du lauréat ou de la lauréate sera dévoilé le samedi 1er décembre, pendant le Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil.       La sélection est la suivante :   Les Cavaliers de l’Apocadispe, tome 1 : Maîtrisent la situation, par Libon, Éditions Dupuis Les Croques, tome 1 : Tuer le temps, par Léa Mazé, Éditions de la Gouttière Jack le Téméraire, tome 2 : Face au roi des...

McDonald's au salon du livre jeunesse de Montreuil : le sujet qui fâche

La situation est insolite : une pétition en cours d’élaboration, et encore non rendue publique, pousse le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil à réagir. Il faut que le sujet en soi sensible – et pas des moindres : c’est du stand McDonald’s au Salon dont il est question.   JJBers, CC BY 2.0   Le document, que ActuaLitté a pu consulter, fait en effet état de la présence de la « multinationale emblématique de la malbouffe, de l’évasion fiscale et de l’exploitation de ses salarié·e·s ». En effet, pour la deuxième année, McDo...

Les menus Happy Meal de McDonald's, objet d'une plainte au Québec

La publicité à destination des enfants est interdite par la loi québécoise, mais McDonald’s aurait trouvé un moyen de la contourner. C’est en substance ce que dénonce un class action que des parents tentent de monter. Entendus par le juge cette semaine, ils demandent la fin de ces pratiques.       Les menus Happy Meal, connus au Quévec sous le nom de Joyeux festins, organiseraient-ils une promotion déguisée ? Du fait qu’un jouet est proposé pour l’achat de ces repas à destination des enfants, les plaignants considèrent qu’ils constituent une...