Ventes, production, cessions... Les chiffres de l'édition 2018-2019

La rédaction - 16.01.2020

Foire du Livre de Francfort 2017


L'édition française fait le bilan de l'année 2018, en demie-teinte : la baisse du chiffre d'affaires s'élève à 4,38 %, pour un total de 2 670,1 millions €. Si l'alarme n'est pas encore donnée, l'édition reste toutefois vigilante vis-à-vis d'une importance moindre accordée à la lecture face aux autres loisirs. La mauvaise année 2018 s'explique aussi, cela dit, par des mouvements sociaux importants, qui n'ont pas facilité les ventes, par un effet de comparaison défavorable avec 2017, année de réforme scolaire, et par une rentrée littéraire décevante pour les lecteurs.

Au rayon des autres données, la production éditoriale atteint 106.799 titres en 2018, en légère hausse, tandis que le nombre d'exemplaires par tirage, lui, diminue. Parmi les 160 maisons d'édition qui confient leurs données au Syndicat national de l'édition, Hachette et Editis dominent toujours le paysage éditorial français, au risque d'écraser la concurrence. L'investissement des deux groupes dans la diffusion et la distribution doit par ailleurs laisser craindre des développements à cette concentration.

Le livre numérique, en France, représente 8,42 % du chiffre d’affaires global des éditeurs. Entre 2017 et 2018, on passe de 202,36 millions € à 212,64 millions € — soit une hausse de 5,1 %.

Photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Maintenir la précarité des auteurs pour garantir la bonne santé de l'édition ?

Les ventes de livres en 2019 ont peut-être augmenté, mais le partage de la valeur n’est pas encore au rendez-vous. En effet, le président du Syndicat national de l’édition évoquait sa défiance quant à l’intervention souhaitée du législateur. L’idée qu’une rémunération minimale — 10 % de droits d’auteur — soit inscrite dans la loi n’était pas souhaitable. Janus devenu tricéphale - pixabay licence   En période difficile, indiquait Vincent Montagne, la tentation « est grande de se tourner vers l’État et les pouvoirs publics pour légiférer,...

Bouquinistes, libraires d'occasion : l'autre marché de la librairie qui séduit

Le marché du livre de l’occasion est en plein développement, car éclaté de toutes parts, attirant les lecteurs par ses prix attractifs. D’autant qu’il est largement présent sur internet ou chacun peut revendre ses livres sur tous types de plateformes. Au milieu de ça, nos chères librairies doivent vivre. Une petite partie d’entre-elles, librairies d’occasions « pures » / bouquinistes y arrivent encore (et même vraiment bien), et cela grâce à certains facteurs d’attractivité qui sont chez eux exacerbés. À travers, notamment, l’exemple de la librairie de...

Auteur, éditeur, agent littéraire : le livre, une industrie en mutation

DOSSIER – L’industrie du livre a pu croire qu’elle jouissait d’un certain confort — on se souvient encore qu’en 2008, alors que la crise financière frappait dru, l’édition française affirmait que cela n’allait pas si mal. Mais le monde change, merci monsieur Dylan, et celui de l’édition aussi. David Pathé-Camus, dans un grand dossier sur le rôle des agents littéraires, revient sur les évolutions actuelles, essentielles à saisir.   Là, plus de solution ? Avancer ou faire demi-tour ?     Comme disent les Anglo-saxons : « Size matters. »...

La science-fiction, bientôt dans toutes les bonnes librairies

EDITO – Il en va des chiffres comme de toutes boissons alcoolisées : il faut les consommer avec modération. Mais dans une période où l’année 2018 accuse encore un recul du chiffre d’affaires, les contrôleurs de gestion n’ont même plus besoin de fomenter des putschs pour prendre le pouvoir : on leur remet volontiers.  JD Hancock, CC BY 2.0 Selon les données GfK, le roman Les Furtifs d’Alain Damasio, aurait dépassé les 47.000 exemplaires. Selon les données du Syndicat national de l’édition, 2018 a vu les revenus des éditeurs diminuer de 4,38 %,...

À Marseille, les libraires font souffler un vent de revendications

RNL19 — Le coup d’envoi des Rencontres nationales de la librairie a été donné ce matin, dimanche 30 juin, à Marseille, par le président du Syndicat de la librairie française, Xavier Moni. Les professionnels de la France entière, libraires, mais aussi distributeurs, diffuseurs et quelques éditeurs, se sont retrouvés pour évoquer les sujets qui préoccupent la profession. Tous dans le même bateau Monument à Marseille (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)   Quelques jours après la publication de chiffres décevants pour la librairie en 2018, les Rencontres nationales de la...

Traductions, cessions, coéditions : l'édition française à l'international

L'édition, en 2018, a marqué le pas, avec une légère baisse du chiffre d'affaires et des ventes de livres. Les activités liées à la cession de droits et à la traduction, elles, se portent bien. L’activité d’extraduction des maisons d’édition françaises en 2018 est en effet en hausse de 2 % par rapport à 2017, tandis que le nombre de titres traduits en 2018 s’élève à 13.932, contre 12.340 en 2017. (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0) À périmètre constant, la hausse du nombre de cessions augmente de 1,6 % entre 2017 et 2018, et celle du...

Le livre de poche reste “un relais de croissance” pour les éditeurs français

Dans un contexte plutôt morne pour la vente de livres, le poche reste un « relais de croissance », révèle le rapport annuel du Syndicat national de l'édition, qui rassemble les données de quelque 160 maisons d'édition. Il accuse néanmoins une petite baisse, puisque le revenu des éditeurs sur les livres au format poche est passé de 379,5 millions € en 2017 à 377,1 millions € en 2018. (ActuaLitté, CC BY SA 2.0) Le marché du livre de poche accuse une légère baisse de 0,63 %, pour un total de 114,7 millions d’exemplaires écoulés (- 1,06 % par rapport...

France : l'ebook représente 8,4 % des ventes de livres, à 212,6 million €

Le segment du livre numérique en France représente 8,42 % du chiffre d’affaires global des éditeurs. Entre 2017 et 2018, on passe de 202,36 millions € à 212,64 millions € — soit une hausse de 5,1 %. Et une croissance spécifique sur la littérature, de 6,2 %.  ActuaLitté, CC BY SA 2.0   La progression affichée est d’autant plus intéressante que le contexte est à la baisse des ventes, globalement. En 2017 (suivant la nouvelle méthodologie appliquée par le SNE), les ventes numériques représentaient 7,60 % du CA de l’édition. Mais elle s’explique...