Patrimoine et éducation > A l'international > Actualité

Des livres pour les victimes de catastrophes

Livres sans frontières

Par Xavier Thomann,Le mercredi 28 novembre 2012 à 13:30:00 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Quand survient une catastrophe naturelle ou autre, on pense immédiatement au secours médical et aux biens de première nécessité qu'il faudra acheminer en direction du lieu sinistré. Eventuellement sur le moyen terme on envisage une reconstruction. En revanche, les biens culturels passent souvent à la trappe. Il est vrai que dans un premier temps il peut sembler plus urgent de rétablir l'eau courant que d'envoyer des caisses de Pléiades. Et pourtant, l'aide culturelle serait tout aussi vitale que l'aide matérielle.

 

Haiti earthquake damage

 waterdotorgCC BY-NC-SA 2.0


 

La preuve : 4 prix Nobels sont au moins d'accord sur ce point-là : ils se sont associés à Librairies Without Borders ainsi qu'à douze autres écrivains pour lancer un appel à agir dans ce domaine nous indiquethe Guardian. A voir aussi notre actualitté sur la petite polémique entre Mo Yan et Herta Müller qui parlait justement d'un autre genre de catastrophe concernant l'attribution du prix à l'écrivain chinois.

 

On trouve donc les Nobels JM Coetzee, Doris Lessing et Toni Morrison (pour la littérature) auxquels il faut ajouter le prix Nobel de la paix FW de Klerk. Parmi les non-Nobels on notera la présence de Jeffrey Eugenides, Michael Cunningham ou encore Joyce Carol Oates. Bref, du beau monde. Et il y a même des auteurs de langue française, à savoir Marie Darrieussecq, Amin Maalouf, Alain Mabanckou et Amélie Nothomb.

 

L'objectif de cet appel est de faire prendre conscience de l'importance des livres dans de telles situations à l'ONU et aux autres organisations internationales. Patrick Weil qui dirige Libraires Without Borders (Bibliothèques sans frontières) a indiqué que peu après le séisme d'Haïti en 2010, les premiers mails qu'il avait reçus concernaient le manque de livres pour rouvrir une librairie détruite par la catastrophe.

 

Il explique qu'une fois le minimum assuré aux sinistrés, ces derniers se retrouvent dans des campements où les distractions sont rares : du coup, le livre peut être un remède contre la dépression. Il sait de quoi il parle puisque l'organisation est l'une des plus actives dans le domaine de l'aide à l'accès à la culture dans les pays en développement.

 

Nul doute que la présence de ces noms bien connus devrait favoriser la mise en place d'une aide culturelle systématique en cas de catastrophe naturelle.  Il ne reste plus qu'à espérer qu'ils n'auront pas le mauvais goût d'offrir des exemplaires d'hygiène de l'assassin aux victimes.

 

 

Sources : The Guardian , Librairies without borders

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La Colline aux esclaves – Kathleen Grissom

La famille de Lavania a voulu immigrer d'Irlande jusqu'en Amérique mais ses 2 parents sont morts dans la traversée. [...]

Je suis un dragon, Martin Page

Présentation de l'éditeur :   « On s'habitue à être surhumain, et très vite on comprend que ce n'est [...]

Notes de voyages de Laurent Jouannaud: « La Bâtarde » de Violette Leduc (1907-1972), autofiction

Mon cher Hervé, un bouquiniste vendait pour un euro La Bâtarde, de Violette Leduc, avec préface de Simone de Beauvoir, dans la [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Prêt en bibliothèque : plutôt numérique, ou plutôt papier ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2015 - actualitté.com