Lecture numérique > Législation > Actualité

Les Pays-Bas laisserons libre cours au prix de l'ebook

Ne pas scléroser un marché émergeant...

Par Nicolas Gary,Le jeudi 24 novembre 2011 à 16:23:05 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

L'exception culturelle française n'a pas fini de sévir. Et en matière de livre, le pays fait preuve d'un protectionnisme qui ne s'appliquerait pas spécialement à tous de la même manière. Du reste, pour le livre numérique, ce sera le même combat : un prix unique, fixé par l'éditeur.


Pour les Pays-Bas, la situation est quelque peu différente. Le secrétaire d'État à la Culture, Halbe Zijlstra, vient d'affirmer que le pays n'aurait pas de législation fixant un prix de vente unique pour ses ebooks.

 

L'ancien ministre, toujours de la Culture, Ronald Plasterk, a réalisé un audit, qui devait permettre au gouvernement d'envisager une législation allant dans ce sens. Cependant, selon lui, le livre numérique peut se développer fortement, à condition que l'on ne sclérose pas son essor. Et finalement, nuire au commerce.

 

 

Une idée que l'Autorité de la concurrence avait, en France, fait valoir, en janvier 2010, alors que débutaient les discussions sur la loi du prix unique du livre numérique, ou PULN, ou Prisunic, de son petit nom d'amour. L'autorité faisait valoir ce qui suit :

 

D'une part, la densité du réseau de libraires sur le territoire ne paraît pas pouvoir constituer un facteur d'accessibilité des consommateurs au livre numérique, celui-ci ayant vocation à être mis à disposition en ligne.

D'autre part, la diversité de la création et sa mise en avant auprès du public paraissent pouvoir être naturellement favorisées dans un monde numérique, pour au moins deux raisons : la diminution du coût d'édition, de traduction et de diffusion des ouvrages et le phénomène de « longue traîne », qui favorise la coexistence d'un nombre considérable de références et parfois l'émergence de marchés de niche. (voir notre actualitté)

 

Mais dans le contexte germano-parisien qui était celui des discussions, personne n'avait cru bon de retenir l'avis de l'Autorité. 

 

Le pourcentage des ventes de livres numériques reste cependant encore très faible, avec moins de 1 % des ventes. Justifiant par ailleurs l'avis rendu dans l'étude. (voir, en PDF

Pour Noël, entre lecteur ebook et tablette, j'ai choisi...

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

Sources : Nu.nl , FutureBook

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Interview de noob a geek : Kervala du logiciel Lecteur BD

Dans la série des interviews de développeurs de lecteurs BD nous accueillons Kervala qui travaille sur le projet lecteur bd sur [...]

Cyberbulle j'y étais... depuis mon salon

Dimanche dernier, comme tous les matins, je commence la journée en allumant l'ordi et en checkant mes Google Alertes. Et [...]

la bulle polygraphique : Laurent Roussel d'igomatiks

Bonjour Laurent, L'interview la bulle polygraphique portera plus sur vos réflexions personnelles que sur votre société [...]

pub

 

© 2007 - 2015 - actualitté.com