Patrimoine et éducation > Patrimoine > Actualité

Une plaque en hommage à Albert Camus dans son village natal

Enfin, diront les camusiens !

Par Jean-Romain Blanc,Le mercredi 18 janvier 2012 à 16:26:21 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Un monument en honneur à Albert Camus. Chose courante en France où nombre d'établissements scolaires et même une promotion de l'ENA portent le nom du philosophe et auteur de best-sellers comme La Peste ou L'étranger, mais curieusement pas de plaque ni même de signe représentatif dans sa ville natale de Dréan, anciennement Mondovi, en Algérie.

 

Mais l'oubli est dorénavant réparé. Selon le site Internet du quotidien Liberté-Algérie, l'ambassadeur de France et le gouverneur de la région d'El-Tarf se rendront dans la ferme, ou plus vraisemblablement l'appentis, dans laquelle est né l'écrivain pour y apposer une plaque commémorative à l'occasion du 52e anniversaire de sa mort.

 

 

Le jeune Albert Camus est né à Mondovi en 1913 mais n'y a que très peu vécu, sa mère ayant décidé de déménager à Alger dès que Lucien Camus, le père, est parti à la guerre.

 

Des manœuvres avaient déjà été entreprises en 1960, alors que Camus venait de mourir et était tout auréolé de son récent titre de prix Nobel de Littérature, pour que la grand rue de la ville soit renommée en honneur du philosophe.

 

Mais alors que l'administration de Mondovi avait déjà donné son accord, c'est la femme de Camus elle-même qui s'y opposa. Voyant la guerre s'envenimer à Alger, elle ne voulait pas que ces plaques soient martelées et piétinées puis remplacées par un nom de moudjahid ou de fedayin pendant les conflits.

Sources : Liberte-Algerie , Alger-roi

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La Colline aux esclaves – Kathleen Grissom

La famille de Lavania a voulu immigrer d'Irlande jusqu'en Amérique mais ses 2 parents sont morts dans la traversée. [...]

Je suis un dragon, Martin Page

Présentation de l'éditeur :   « On s'habitue à être surhumain, et très vite on comprend que ce n'est [...]

Notes de voyages de Laurent Jouannaud: « La Bâtarde » de Violette Leduc (1907-1972), autofiction

Mon cher Hervé, un bouquiniste vendait pour un euro La Bâtarde, de Violette Leduc, avec préface de Simone de Beauvoir, dans la [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Prêt en bibliothèque : plutôt numérique, ou plutôt papier ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2015 - actualitté.com