Extrait

De Ma Prison
de Taslima Nasreen

Le 06/02/2014 à 22:14

Auteur : Taslima Nasreen
Editeur : Philippe Rey
Genre : fatwas
Date de parution : 19/05/2008
ISBN : 9782848761152
Total pages :
Prix : 15 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782848761152

Editeur : Philippe Rey

Prix grand format : 15 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Philippe Rey

Prix grand format : 10.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
C'est en effet d'une prison que Taslima Nasreen lance ces émouvants textes-messages. D'une prison rebaptisée safe house, où le gouvernement indien l"a tenue enfermée depuis novembre 2007 sous prétexte d’assurer sa protection. D’abord assignée à résidence début septembre dans sa maison de Calcutta, l’écrivaine découvre l’inquiétude du gouvernement local, soumis à la pression des partis politiques soucieux de s’assurer le vote islamiste. À partir du 23 novembre, ce sera l’« éloignement » dans un endroit inconnu près de Delhi. Mesure qui se transforme vite en un internement pur et simple, destiné à obliger la prisonnière à quitter l’Inde de son propre gré. Ce qu’elle refuse absolument, préférant continuer à affronter les menaces dont elle est l’objet plutôt que de renouer avec la vie d’errance qu’elle a menée par le passé, pendant près de douze ans loin de son pays et de ses sources d’inspiration. Cloîtrée dans sa cellule, avec pour seuls compagnons un ordinateur et un téléphone capricieux, elle résiste jusqu’au moment où, privée des soins appropriés, sa santé chancelle. Fin mars 2008, Taslima Nasreen a repris le chemin de l’exil. Ces pages, tissées d’angoisse et de solitude, sont aussi un long cri d’étonnement: pourquoi cette grande démocratie laïque qu’est l’Inde, où elle avait cru trouver enfin refuge et justice, lui a-t-elle infligé cette ultime punition? De quel péché Taslima s’est-elle rendue coupable? Celui d’avoir dit la vérité?

 

Premier chapitre

 

 

 

Kolkata, 18 septembre 2007,

 

Assignée à résidence

Bannie ici et là-bas

 

 

 

Je ne suis pas venue au monde en Inde, mais peu de choses dans mon apparence, mes goûts, mes habitudes ou mes traditions me distinguent d’une femme qui y serait née. Il aurait suffi de quelques années en moins pour que je sois indienne dans tous les sens du terme. Mon père est né avant la partition ; l’étrange histoire de ce sous-continent a fait de lui le citoyen de trois États, et de sa fille la citoyenne de deux. Dans un village qui se trouvait alors au Bengale-Occidental vivait autrefois un pauvre paysan nommé Haradhan Sarkar, dont l’un des fils, Komol, rendu fou par l’oppression zamindari, se convertit à l’islam et prit le nom de Kamal. J’appartiens à cette famille. Haradhan Sarkar était le père de mon arrière-grand-père. Ses autres descendants, passés en Inde au moment de la partition ou après, sont devenus des citoyens de ce pays. Mon grand-père, un musulman, n’est pas parti. Lorsque j’étais enfant, l’idée jadis en vogue du panislamisme avait été réduite à néant par les musulmans du Pakistan oriental qui combattaient leurs coreligionnaires du Pakistan occidental. Nous luttions pour le nationalisme bengali et la laïcité.

Bien que je sois née longtemps après la partition, l’idée d’une Inde non divisée me fascinait. J’ai écrit maints poèmes et histoires dans lesquels je regrettais la disparition d’un Bengale unifié, tout comme celle d’une Inde unique avant même d’y être venue. Je n’arrivais tout simplement pas à accepter les barbelés qui séparaient des familles et des amis, alors qu’ils partageaient une même langue et une même culture. Ce qui me blessait le plus, c’était que ces barbelés avaient été mis en place par la religion. Devenue adolescente, j’ai renoncé à la religion pour me tourner vers l’humanisme laïque et le féminisme, qui m’attiraient sans qu’ils m’aient été imposés par un quelconque artifice. Mon père, un homme à l’esprit scientifique et moderne, m’a toujours encouragée à l’introspection, de sorte qu’en grandissant je me suis coupée de la religion, mais aussi de toutes les traditions et coutumes, de la culture même qui opprimait, réprimait et rabaissait les femmes en permanence. En 1989, lors de ma première visite en Inde, et plus précisément au Bengale-Occidental, je n’ai pas pensé cinq minutes que j’étais dans un pays étranger. À la seconde où j’ai posé le pied sur le sol indien, j’ai su que j’étais ici chez moi, et que, fondamentalement, ce pays était inséparable de celui que j’appelle le mien.

Ce sentiment n’avait rien à voir avec mes ancêtres hindous. Ni avec le fait qu’une des multiples cultures de l’Inde se trouve être la mienne, que je parle une de ses innombrables langues ou que j’aie l’air d’une Indienne. La raison en est que les valeurs et les traditions de l’Inde sont enracinées en moi au plus profond. Ces valeurs et ces traditions sont une manifestation de l’histoire du sous-continent. Je suis une victime de cette histoire. Là encore, j’en ai été nourrie et – si l’on peut dire – animée. Je suis une victime de sa pauvreté, de son héritage colonial, de ses croyances, de son communautarisme, de sa violence, de ses massacres, de sa partition, de ses migrations, de l’exode, des émeutes, des guerres et des théories sur le statut national. De plus, ma vie m’a endurcie, ainsi que mes expériences dans une théocratie mal gouvernée, frappée par la pauvreté et la famine, qui s’appelle le Bangladesh.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

de-ma-prison-taslima-nasreen

2636