Extrait

Go Ganymède !
de Antoine Bello

Le 07/01/2015 à 07:20

Auteur : Antoine Bello
Editeur : Gallimard
Genre : poche petits prix
Date de parution :
ISBN : 9782070440856
Total pages : 96
Prix : 2 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version poche

 

illustration

ISBN : 9782070440856

Editeur : Gallimard

Prix grand format : 2 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Cap sur les étoiles! Le projet Ganymède 25 a reçu la mention " priorité absolue ". Une capsule sera envoyée sur Jupiter pour collecter des informations sur les richesses du sous-sol de cette lointaine planète. A son bord, un seul homme, Jim Mute, qui partira pour un aller simple dans l'espace, son vaisseau étant voué à tourner éternellement en orbite autour de Jupiter. Avec une intelligence diabolique et un humour corrosif, cette nouvelle d'anticipation illustre les enjeux et l'absurdité de la conquête spatiale.

 

Premier chapitre

 

 

 

 

 

« Go Ganymède ! La lettre » était une publication de l’association « Go Ganymède ! ». Elle parut pendant quatre années consécutives au mois de juin, entre 2058 et 2061.

 

 

 

 

 

 

 

Première année

 

 

 

 

JUIN 2058

 

NOUS IRONS TOUS SUR JUPITER...

 

ÉDITORIAL DE WALTER J. THOMPKINS

 

Président de l’association « Go Ganymède ! »

 

Le projet Ganymède 25 est la nouvelle frontière de l’Amérique et des Américains. Unissons nos forces pour soutenir Jim Mute dans son voyage vers les étoiles.

 

Il y a près d’un siècle, John F. Kennedy, président des États-Unis, annonçait qu’un homme marcherait sur la Lune avant la fin des années soixante. Plusieurs raisons motivaient son dessein. La première était d’ordre idéologique : il s’agissait d’assurer la suprématie américaine dans l’espace, après que les Soviétiques y eurent envoyé le premier homme. La deuxième était d’ordre scientifique. Pendant dix ans, le programme spatial dynamisa l’ensemble des activités de recherche du pays. La troisième raison du président était la plus estimable. Kennedy souhaitait rassembler autour du projet toutes les forces de la nation. Certaines causes sont si nobles, pensait-il, qu’elles font résonner en chacun ce qu’il a de meilleur. Et parce qu’un beau jour de décembre 1960, leur président avait pointé son doigt vers la Lune, les Américains écrivirent ensemble la plus belle page de leur histoire. Ensemble, ils eurent la gorge serrée en entendant le souffle difficile, profond, d’Armstrong. Ensemble, ils virent la poussière lunaire se soulever sous ses pas.

John F. Kennedy était un tribun. Il savait les mots qui galvanisent les foules. Un seul de ses discours suscitait plus de vocations que toutes les campagnes de la Nasa réunies. On peut regretter qu’il manque à nos dirigeants cette capacité à déclencher l’enthousiasme collectif. Le porte-parole de la présidence a signifié le lancement officiel du projet du même ton égal et compassé dont il annonce la composition des gouvernements. Les chefs d’État étrangers se sont contentés d’adresser à Jim Mute des télégrammes si ternes qu’on les eût dit tout droit sortis d’un manuel de protocole.

Or, nous avons une vision, pour reprendre l’expression d’une autre figure des années soixante, le révérend Martin Luther King. Jupiter n’est encore qu’un chantier : pour peu que nous y consacrions notre passion et notre énergie, nous pouvons y jeter les bases d’un développement durable et harmonieux de la race humaine dans le système solaire.

Le sous-sol jupitérien recèle des richesses inépuisables. Métaux et gaz les plus rares s’y trouvent en telles quantités que toutes les méthodes de production sur Terre s’en trouveront transformées. Les conditions relativement clémentes qui règnent sur certains satellites de la planète en font le lieu d’implantation idéal pour des installations permanentes, dont s’envoleront un jour les nouveaux messagers de la paix et de la coopération entre les peuples.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

go-ganymede-antoine-bello

5562