Extrait

Histoire du cafe
de Frédéric Mauro

Le 23/06/2014 à 14:39

Auteur : Frédéric Mauro
Editeur : Desjonqueres
Genre : vins et boissons
Date de parution : 27/09/2002
ISBN : 9782843210495
Total pages : 252
Prix : 19.30 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782843210495

Editeur : Desjonqueres

Prix grand format : 19.30 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782843214936

Editeur : Desjonquères Editions

Prix grand format : 13.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
L'origine du café est légendaire. C'est en éthiopie que semblent être nés les premiers plants de café, transportés plus tard en Arabie et au Yémen. Au XVIIIe siècle, quelques plants finissent par quitter l'Arabie pour l'Inde, et le Yémen pour la Hollande. Les premières cultures parviennent aux Antilles vers 1723 et quelques années plus tard dans les îles Caraïbes d'où le café se répand au Brésil puis à Saint-Domingue. L'engouement des pays occidentaux pour cette boisson provoque un développement rapide des plantations caféières dans la région de Rio et l'organisation d'une économie originale où des « fazendas » assurent la culture, la cueillette, la torréfaction et l'expédition vers les ports du Havre, de Bordeaux... Simultanément, de l'autre côté du globe, les Indes néerlandaises développent leur production pour satisfaire les consommateurs de l'Europe du Nord. L'abolition de l'esclavage modifie l'exploitation caféière au Brésil et la fin du XIXe siècle voit la Colombie, Haiti et Saint-Domingue fonder leur prospérité sur le café. A la même époque, l'Afrique centrale s'impose comme un producteur important, faisant notamment de la Côte d'Ivoire le troisième exportateur mondial. Cette histoire du café se devait d'évoquer la guerre féroce livrée pour la conquête du marché du café soluble entre les fabricants nord-américains et leurs concurrents brésiliens. Cette boisson devenue aussi mythique que le thé, son rival, est non seulement une matière première c'est aussi une boisson conviviale dont l'usage et les rites diffèrent suivant les pays et les civilisations. Frédéric Mauro explore l'ensemble des curiosités que cette boisson suscite et les éclaire d'un appareil documentaire riche et récent.

 

Premier chapitre

Le café est aujourd’hui un des produits qui font la fortune ou l’infortune des pays tropicaux, à côté du thé, du sucre, du cacao. Cultivé dans de grandes exploitations il amène les producteurs à négliger les cultures de subsistance et lorsque la récession arrive, l’ouvrier agricole ne peut plus acheter sa nourriture, les prix montent tandis que son salaire baisse. Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’élasticité-prix et l’élasticité-revenu du café sont faibles. Autrement dit l’augmentation du prix du produit ou celle du revenu du consommateur ou leur diminution ne font guère varier les quantités consommées. Cette boisson qui n’est pas indispensable à la vie, est devenue, du fait des mœurs, une sorte de nécessité quotidienne. C’est d’ailleurs la boisson la moins chère qu’on puisse trouver à absorber dans un bar ou une brasserie. Elle apparaît dans certains pays — à commencer par la France —, comme plus nécessaire que le thé ou le cacao. Par contre, elle est moins utile que le sucre à une alimentation équilibrée.

Plus encore que le sucre et autant que le thé ou le chocolat, le café est destiné à flatter le goût des hommes et à changer celui des aliments. On le mélange à l’eau, parfois au lait. Si on veut augmenter sa consommation il faut la faire triompher dans des pays qui ne la connaissent guère — la Chine par exemple ou l’Europe de l’Est qui en a été privée. C’est aussi un stimulant et, sur ce point, il gagne contre l’alcool dont on redoute le pouvoir inhibiteur et les effets cancérigènes. Mais il a connu la concurrence de boissons nouvelles comme le coca-cola. Il n’est pas à l’abri des modes. Dans l’ensemble la consommation varie peu et après avoir progressé lentement elle tend à se stabiliser aujourd’hui. En revanche la production tend à croître plus vite. L’entrée en masse de l’Afrique et plus récemment du Vietnam dans le camp des pays caféiers, la volonté du Brésil de ne pas réduire le contingent alloué par les accords intermédiaires, (jusqu’à ce que les conditions climatiques en 1994 n’entraînent une baisse de la production de 50 %), ont fait descendre le prix du café à une vitesse vertigineuse jusqu’en 1992, véritable catastrophe pour l’Angola ou la Côte d’Ivoire, qui vivaient en grande partie de cette ressource. Un accord de 1995 visant à stabiliser les cours a donné des résultats significatifs permettant d’espérer une situation meilleure pour les pays producteurs.

L’étude d’un grand produit relève de ce que certains ont appelé la méso-économie ou économie de secteur et, quand on s’arrête au niveau de l’entreprise, de la micro-économie. Nous avons adopté ces points de vue mais nous avons voulu aussi brosser une véritable histoire géographique de la production caféière, sans négliger pour autant l’anthropologie du café, le café dans les mœurs et la consommation — du Procope au café concert. Le résultat est un livre sans doute plus enrichissant pour la connaissance d’un aspect important de l’économie mondiale et des rapports entre le Tiers-monde et les deux autres.

 

medias

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

histoire-du-cafe-frederic-mauro

4247