Extrait

La prehistoire expliquee a mes petits-enfants
de Jean Clottes

Le 16/06/2014 à 14:35

Auteur : Jean Clottes
Editeur : Seuil
Genre : préhistoire
Date de parution : 23/01/2002
ISBN : 9782020526876
Total pages : 61
Prix : 6.60 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782020526876

Editeur : Seuil

Prix grand format : 6.60 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Seuil

Prix grand format : 4.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
«J'ai demandé à mes sept petits-enfants âgés de 6 à 16 ans d'écrire ce qu'ils savaient de la Préhistoire et ce qu'ils aimeraient en savoir. Leurs questions, très nombreuses, variées, et quelquefois surprenantes, pouvaient se regrouper en cinq thèmes majeurs dont j'ai fait la trame du livre: les époques et les hommes - le monde de la préhistoire - les modes de vie (sujet qui a suscité la plus grande curiosité) - les sociétés préhistoriques - les modes de pensée. Nous avons parlé de ces problèmes et certaines questions en ont amené d'autres... »La passion du préhistorien se double chez Jean Clottes du plaisir de transmettre et de faire partager le savoir de la façon la plus directe et la plus simple possible. Ce petit livre est l'occasion d'éclairer un sujet qui intrigue les jeunes par ses mystères, et sur lequel les adultes n'ont pas toujours les idées claires.

 

Premier chapitre

En règle générale, les enfants de tous âges s’intéressent beaucoup à la Préhistoire. Certains, même, se passionnent, et des vocations d’archéologues naissent. La plupart du temps, elles durent ce que durent les vocations enfantines. Parfois, cependant, elles se développent. La Préhistoire fait rêver. On ne sait pas trop où elle se situe dans le temps. Elle est à la fois très loin et très proche de nous. Les images des grottes constituent un point d’ancrage. Le mystère des cavernes profondes séduit autant que la vie que l’on imagine non sans quelques clichés.

J’ai demandé à mes sept petits-enfants d’écrire ce qu’ils savaient de la Préhistoire et ce qu’ils aimeraient en savoir, les questions qu’ils se posaient. Je leur ai conseillé d’en discuter avec leurs copains et copines – pas avec des adultes – et de coucher leurs remarques et leurs questions sur le papier. Leur âge, au moment de ce travail, allait de six ans pour Charles à seize ans pour Jean.

Ils m’ont envoyé 160 questions. Les trois plus jeunes (six, huit et dix ans) se sont montrés les plus curieux et les plus prolixes avec 105 questions. Certaines se recoupaient. D’autres m’ont surpris. Finalement, elles recouvraient bien le sujet, sous ses multiples aspects, et elles pouvaient se regrouper en cinq thèmes majeurs : les époques et les hommes ; le monde de la Préhistoire ; les modes de vie (ce qui a suscité – et de loin – la plus grande curiosité) ; les sociétés préhistoriques ; les modes de pensée. C’est donc le plan que j’ai adopté. Nous avons parlé de ces problèmes et certaines questions en ont amené d’autres. De mon côté, j’ai comblé quelques oublis et organisé les questions de façon cohérente. Après avoir rédigé le texte, je le leur ai soumis, pour être sûr qu’il répondait à leurs attentes. Leurs réponses m’ont permis de clarifier certains points et d’en traiter d’autres.

Les remarques de Charles sur la Préhistoire montrent bien l’étrange mélange de connaissances réelles et de clichés bizarres et erronés, qui ne sont d’ailleurs pas propres aux seuls enfants. On y trouve aussi la recherche d’un rapport direct entre notre monde et celui de nos lointains ancêtres. Voici très exactement ce qu’il m’a dit :

« Au début, c’étaient des singes, ils avaient beaucoup de poils ; puis, ils les ont perdus et sont devenus des hommes préhistoriques. Les enfants n’allaient pas à l’école. Les hommes préhistoriques mangeaient des animaux qu’ils tuaient avec des lances et des arcs. Ils buvaient l’eau de la rivière. Ils faisaient du feu en tapant très fort sur deux cailloux. Ils vivaient dans des grottes, ils n’avaient pas de villes. Pour se déplacer, ils marchaient et ils n’avaient pas de voitures. Il n’y avait pas de magasins pour les vêtements, c’étaient les femmes qui les faisaient avec la peau des animaux (les mammouths). Ils dessinaient dans les grottes pour décorer un peu. »

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

la-prehistoire-expliquee-a-mes-petits-enfants-jean-clottes

4185