Extrait

Le bar du caïman noir
de Denis Humbert

Le 27/10/2013 à 10:57

Auteur : Denis Humbert
Editeur : Presses De La Cite
Genre : litterature francaise romans nouvelles correspondance
Date de parution : 06/06/2013
ISBN : 9782258097094
Total pages : 276
Prix : 19 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782258097094

Editeur : Presses De La Cite

Prix grand format : 19 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Presses de la Cité

Prix grand format : 12.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Guyane, la jungle, la fièvre de l'or. Des hommes et des femmes en attente d'un second souffle se retrouvent dans ce bout du monde avant et après " le jour où c'est arrivé "... " Ceux qu'il allait rencontrer dans quelques minutes étaient plus dangereux. Ils ne savaient rien de la République. Ils n'étaient peut-être pas plus nuisibles, mais plus dangereux, ça c'était sûr. Frantz crache à nouveau dans le flot trouble où l'étrave de la pirogue trace son sillon. Il doit couper le moteur car un arbre est tombé récemment au milieu de la crique. A l'aide d'un sabre d'abattis long comme le bras, il ouvre un passage sous une grosse branche et hale le bateau dans la trouée. Les feuilles caressent bruyamment les barils et les caisses recouverts d'une bâche de plastique qui a dû un jour être bleue. Ne t'énerve pas, murmure-t-il à un passager fantôme. C'est toujours la même chose. N'y pense plus. On ne peut pas gagner la guerre contre les orpailleurs. Pas tout de suite, quoi que raconte le sous-préfet. Les garimpeiros n'ont rien à perdre. Pour l'instant tu as besoin d'eux. N'y pense plus, un jour les tiens te remercieront. " La Guyane, de nos jours. Il y a Frantz, l'Amérindien, piroguier, qui dans l'ombre attend son heure pour sauver sa forêt, aider son peuple, " du moins ce qu'il en reste ". Thomas, l'ex-riche homme d'affaires, exilé volontaire histoire de faire oublier ses affaires véreuses et reconverti en tenancier du bar du Caïman noir... Sofia, la prostituée brésilienne, prête à tout pour rentrer chez elle... Alia, la brillante scientifique fascinée par les insectes parasites, en mission... Le docteur Charpentier, seul dans son dispensaire, qui a perdu toutes ses illusions... Autour, dans la moiteur et l'enfer vert de la jungle, les garimpeiros, dans leur quête frénétique de l'or... Et, guettant leurs faits et gestes, caporal Bob et ses recrues... Tout ce monde brassé, quelques-uns en fin de course, d'autres " en quête de ", se croise - ou pas - au bar du Caïman noir avant et après " le jour où c'est arrivé "...

 

Premier chapitre

1

 

Le lendemain du jour où c’est arrivé

 

 

 

... Je n’ai pas réalisé tout de suite combien ce pays avait été capable de s’inscrire en moi, en si peu de temps, aussi profondément. Il aura fallu que surviennent ces événements pour que j’en prenne conscience. Je n’ai été pourtant qu’un témoin dans cette affaire, comme je l’ai toujours été auparavant. Dans dix ans, peut-être moins, tout le monde aura oublié ce qui s’est passé ici. Je ne me risquerai pas à prévoir ce que sera devenu cet endroit. Le dernier refuge ou la base de lancement pour un nouveau départ ? Je ne suis pas certain qu’on lui laisse longtemps la chance d’être l’un ou l’autre. Quoi qu’il en soit, je ressens aujourd’hui la nécessité de porter ces faits à votre connaissance. Ne me demandez pas pourquoi...

Extrait des carnets du docteur Charpentier

 

 

Devant l’épicerie Gomès

 

Ici, le matin, tout se passe devant l’épicerie Gomès. C’est un bâtiment trapu et sans charme, visible sur la droite quand, après avoir quitté la nationale 2 qui conduit à Saint-Georges de l’Oyapock, on arrive par la départementale 20 au niveau des premières habitations. Ici, pas de Café du Commerce, des Sports ou de la Gare. Il n’y a jamais eu de gare, il n’y en aura sans doute jamais. Une église, une mairie-école et quelques cases créoles en planches peintes couvertes de toits de tôle. C’est devant l’épicerie Gomès que les hommes se retrouvent. Ils viennent à pied la plupart du temps. Ceux qui vivent loin arrivent en voiture, la leur ou plus souvent celle d’un autre qui les a embarqués au bord du chemin, à côté de l’échafaudage compliqué des boîtes aux lettres posées sur des piquets attestant qu’une présence humaine se cache là-bas, au bout de la piste de terre. Ils roulent dans des pick-up sans âge, avec de la boue jusqu’à mi-portière. D’autres descendent de la pirogue ou de la coque alu qu’ils viennent d’attacher à un piquet planté dans la vase de la rive. Ils entrent et sans rien demander font coulisser la porte de la vitrine réfrigérée, prennent une canette de bière et vont s’asseoir sur une caisse renversée posée contre le mur. Ou bien ils s’accroupissent dans la poussière rouge, allument une cigarette et soufflfflent la fumée vers le fl euve qui coule en contrebas. Aucune femme. Les femmes n’apparaîtront que dans une heure ou deux, quand les gamins seront à l’école et qu’elles auront lessivé les sols et aéré les paillasses. Elles viendront chercher du savon ou une bouteille d’huile. Elles ne s’attarderont pas. Les con fi dences se feront plus tard avec les voisines, à côté des casseroles et des gamelles qui bouillonnent ou entre les cordes à linge.

Les hommes sont là, devant l’épicerie, et ils parlent. Quand ils ont quitté la maison, dans la lumière grise du jour naissant, personne n’a demandé : « Où est-ce que tu vas ? » Ils arrivent, les uns après les autres, encore froissés de sommeil, au moment où les grenouilles, les crapauds et tous les musiciens de la nuit regagnent les coulisses à la fi n du concert. Les hommes se saluent d’un signe de tête, affirment leur complicité d’un poing fermé contre le poing fermé de l’autre, ou plus sobrement s’offrent une tape amicale sur l’épaule. Et la vieille habitude peut se mettre en place. Certains sont là chaque jour, d’autres moins souvent. Celui qu’on appelle Mac Laren est là le premier sur son fauteuil roulant. On a quelquefois l’impression qu’il a dormi sur place, ses deux moignons calés sur les coussins gris plasti fi és de l’engin aux roues chromées. Sur le dossier un autocollant proclame que Dieu vous aime. Et pourtant, le jour où il a perdu ses jambes, aucune voix ne lui a dit qu’il roulait trop vite et qu’il avait dépassé la dose limite depuis plusieurs bouteilles. Mac Laren et son fauteuil sont là tous les jours et du fait de cette permanence jouent les rôles complémentaires de boîte aux lettres et de facteur. C’est lui qui prévient Michel que le toit de Lucienne demande réparation. L’idée ne viendrait à personne de manquer trop souvent le rendez-vous matinal, à moins d’être au bout du rouleau ou déjà dans la tombe. Les hommes parlent, de tout et de rien, conversation décousue et ponctuée de silences contemplatifs. Ils lancent une plaisanterie, se mettent à rire et attendent qu’un autre ait quelque chose à raconter. Les sujets reviennent identiques chaque matin : le temps, la pêche, les femmes, la santé, le voisinage et les chantiers qui peut-être proposeront de l’embauche. Cela se passe ainsi devant l’épicerie Gomès, et le rituel pose un jalon de plus dans le dé fi lement indolent du temps qui passe.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

le-bar-du-caiman-noir-denis-humbert

2168