Extrait

Le dialogue familial ; un idéal précaire
de Gérard Neyrand

Le 21/12/2014 à 17:57

Auteur : Gérard Neyrand
Editeur : Eres
Genre : communication dans la famille
Date de parution :
ISBN : 9782749210230
Total pages : 222
Prix : 20.50 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782749210230

Editeur : Eres

Prix grand format : 20.50 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Eres

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
L’ouvrage montre comment les différents acteurs: conjoints, parents, enfants, adolescents, se débrouillent avec l’objectif paradoxal d’échanges égalitaires non seulement entre les sexes mais aussi entre les générations. Il rappelle que la question du pouvoir reste centrale au sein de la sphère privée, alors qu’est affirmé pour chacun l’objectif de sa réalisation personnelle et de son épanouissement. Pris dans ces tiraillements, le dialogue s’affirme d’autant plus comme une nécessité pour l’équilibre familial, mais il se révèle en bien des cas un idéal précaire. Gérard Neyrand, sociologue, est professeur à l’université de Toulouse, membre de l’équipe d’accueil Sports, organisations, identités (SOI), directeur du Centre interdisciplinaire méditerranéen d’études et recherches en sciences sociales (CIMERSS) à Bouc-Bel-Air.

 

Premier chapitre



 

 

 

Préface

 

 

 

Jean-G. Lemaire

 

Professeur honoraire de psychologie clinique à l’université Descartes, Paris

Fondateur et ancien directeur de la revue Dialogue

 

 

C’est dans le contexte de déplacements massifs des populations humaines et de séparation obligée des couples que sont nées les premières tentatives destinées à aider de difficiles reconstructions familiales. Se développent ainsi aujourd’hui des recherches approfondies, tant des cliniciens que des sociologues ou d’autres sciences humaines, pour tenter de faire face au grave malaise social et psychique des familles contemporaines dont les repères sont devenus contradictoires. Elles sont brusquement ballottées sinon traumatisées dans un contexte d’évolution sociale et culturelle très rapide, que pour une part elles provoquent, mais liée pour une autre part aux confrontations ethniques et idéologiques d’une mondialisation précipitée.

Le public en général, voire parfois les publics spécialisés des travailleurs sociaux et des psychologues croient souvent « savoir » ce qu’il en est des pratiques familiales contemporaines. Mais ils se trompent souvent et méconnaissent les mouvements divers de ces évolutions en partie contradictoires. Ils voient mal les grandes lignes directrices ou interprètent mal les évolutions culturelles qui les sous-tendent, bien difficiles en effet à repérer ; ainsi ne peuvent-ils voir qu’après coup les effets pervers de telle ou telle évolution a priori favorable. C’est pourquoi le travail des sociologues de la famille est si important aujourd’hui.

Gérard Neyrand apporte ici une contribution essentielle en rassemblant des recherches diverses, les siennes propres et celles de plusieurs de ses collaborateurs, et en les rapprochant de recherches un peu antérieures ou menées par d’autres équipes. On saisit dans ce travail tout ce qu’apportent l’observation systématique objective et sa confrontation avec l’expérience concrète des divers praticiens travaillant quotidiennement dans les champs sociaux et psychiques. C’est là, surtout, qu’on appréciera chez l’auteur sa formation clinique première qui lui rend possible une étroite collaboration tant avec les éducateurs et les services sociaux, qu’avec les psychologues et les psychanalystes, en particulier avec ceux du comité de rédaction de la revue Dialogue à laquelle il participe activement.

L’importance du dialogue familial s’est imposée lentement au cours des siècles et elle ne paraît pas encore évidente dans toutes les cultures. Encore faut-il savoir ce qu’on appelle dialogue, souvent confondu aujourd’hui avec l’abondance d’une information plus ou moins interactive, dans notre monde commercialisé et médiatisé. Même si on en reconnaît la nécessité, reste à définir ce qui doit être mis en dialogue. Or, déterminer précisément ce qui pourrait l’être, ce qu’on doit ou ce qu’on peut, ou ce que la famille consent à y mettre, avec quelles limites collectivement admises, imposerait un premier dialogue conjugal ou familial, une sorte de « prédialogue ». Faute de cette opération préalable, ce qui est pratiqué au nom du dialogue familial est souvent réduit à un travail mineur, pratico-pratique, sans doute inconsciemment destiné à écarter les questions difficiles que manifestent les imbroglios familiaux.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

le-dialogue-familial-un-ideal-precaire-gerard-neyrand

5466