Extrait

Le metier d'elu local
de René Dosière

Le 02/07/2014 à 18:30

Auteur : René Dosière
Editeur : Seuil
Genre : pamphlets politiques, faits de societe, actualite, temoignages, biographies
Date de parution : 23/01/2014
ISBN : 9782021122558
Total pages :
Prix : 17 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782021122558

Editeur : Seuil

Prix grand format : 17 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN :

Editeur : Seuil

Prix grand format : 13.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
René Dosière dénonce les aberrations et scandales du fonctionnement de nos collectivités locales. Plus critique que sagement didactique, Le Parcours d'un élu local décrit l'évolution du statut du maire, statut bouleversé par la technicité des dossiers et la multiplication des acteurs, par l'extraordinaire variété de ce que cette fonction recouvre, par l'imbrication de plus en plus complexe dans le tissu national. Le maire est désormais, à la fois financier et entrepreneur mais il reste un élu. Plus qu'un engagement civique, le mandat municipal est aujourd'hui un véritable métier. A la lumière de sa longue expérience, maire de Laon et conseiller régional de Picardie, René Dosière raconte, décrit et décortique avec pragmatisme et précision. Le cumul des mandats reste un des grands sujets, une vieille habitude qu'il faut encore combattre : 80 % des parlementaires sont encore des responsables locaux dont la principale préoccupation est la préservation des finances de leur collectivité... le conflit d'intérêts est clair. Avec ce constat, la suppression du cumul des mandats devient une évidence.

 

Premier chapitre

Nous tournant donc vers les jeunes gens… nous ne pouvons que leur dire : Prenez garde… Quand vous parlez à la légère, quand vous traitez légèrement, si légèrement la République, vous ne risquez pas seulement d’être injustes… vous risquez d’être sots… Ces élections aujourd’hui vous paraissent une formalité grotesque, universellement menteuse, truquée de toutes parts. Et vous avez le droit de le dire. Mais des hommes ont vécu… des hommes ont souffert, des hommes sont morts, tout un peuple a vécu pour que le dernier des imbéciles aujourd’hui ait le droit d’accomplir cette formalité truquée.

La politique n’est pas une voie royale. Ma première expérience, comme celle de nombreux élus, s’est soldée par un échec. Et jamais je ne l’oublierai – pas seulement parce que j’ai été battu –, mais surtout parce que j’ai découvert à cette occasion d’étonnantes pratiques.

C’était lors de la campagne pour le scrutin municipal de 1971 à Laon, ville moyenne de 27 000 habitants et chef-lieu du département de l’Aisne. J’avais 30 ans et je travaillais au service d’études économiques de la Chambre d’agriculture de l’Aisne où j’étais entré en 1967. Ma participation, en 1968, à la rédaction d’un livre intitulé Connaissance de l’Aisne m’avait donné une notoriété locale. Robert Aumont, nouveau conseiller général socialiste, m’a alors demandé de figurer, à titre d’expert issu de la société civile, sur la liste qu’il conduisait pour reconquérir la mairie, perdue par la gauche en 1965 au bénéfice d’une majorité de droite dirigée par le député UNR Guy Sabatier.

Avec cette campagne, je plongeai au cœur de la vie politique laonnoise. Quarante ans plus tard, j’ai encore présente à l’esprit la stupéfaction qui fut la mienne en découvrant l’impréparation de l’opposition d’alors.

Le principal angle d’attaque retenu concernait la piscine municipale « panoramique », ouverte depuis deux ans. « Panoramique », car elle était située sur une extrémité isolée de la ville haute. Cette localisation avait d’ailleurs nécessité d’importants travaux d’accès en voirie. Or la majorité de la population (et des jeunes) résidait en ville basse où l’implantation de cet équipement aurait été plus judicieuse. Sa faible fréquentation avait provoqué une polémique persistante qui portait sur son déficit, et donc sur son coût pour les contribuables. À chaque réunion électorale organisée dans les divers quartiers de la ville, notre équipe stigmatisait ce déficit, mais le montant évoqué n’était jamais le même. Au fil de la campagne, il augmentait chaque jour !

Si cette improvisation m’amuse aujourd’hui, à l’époque j’en étais consterné : comment prétendre gérer une collectivité en ignorant les données budgétaires de base ? Curieuse pratique de la politique qui consiste, en quelque sorte, à raconter n’importe quoi, l’essentiel étant de l’affirmer sur un ton que personne ne mettra en doute. Faut-il s’étonner, dans ces conditions, de l’échec complet de la liste de gauche ?

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

le-metier-d-elu-local-rene-dosiere

4322