Extrait

Loin de mon père
de Véronique Tadjo

Le 22/05/2013 à 14:40

Auteur : Véronique Tadjo
Editeur : Actes Sud
Genre : romans et fiction romanesque
Date de parution : 03/05/2010
ISBN : 9782742791279
Total pages : 188
Prix : 18.30 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782742791279

Editeur : Actes Sud

Prix grand format : 18.30 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782330003470

Editeur : Éditions Actes Sud

Prix grand format : 14.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Une jeune métisse rentre en Côte d'Ivoire où son père vient de mourir. Alors qu'elle prend en main l'organisation des obsèques, une inconnue vient lui réclamer l'héritage de son fils révélant ainsi la vie secrète de ce père tant aimé.

 

Premier chapitre

Cette histoire est vraie, parce qu’elle est ancrée dans la réalité, plongée dans la vie réelle. Mais elle est fausse également parce qu’elle est l’objet d’un travail littéraire où ce qui compte, ce n’est pas tant la véracité des faits, mais l’intention derrière l’écriture. Tout a été revu, remanié, réordonné. Certaines choses ont été passées sous silence, d’autres au contraire ont été renforcées. Bref, ce qui reste, c’est le mensonge (facétie) de la mémoire, de la parole.

 

Références perdues.

Citation réécrite, ou entièrement de moi ?

 

 

 

Dans le monde actuel où nous vivons, avant de faire quelque chose il faut réfléchir ; il faut réfléchir longuement car ce que nous disons s’en va, ça ne reste pas ici. Donc quand quelqu’un viendra demander : “Cela, qui l’a dit ?”, tu diras alors son nom : “C’est Kaku Adingala qui l’a dit. – Ah bon ? D’où vient cet Adingala ?” Tu diras qu’il vient de Siman. Alors il te demandera : “Qui est son ancêtre ?” – peut-être le sait-il déjà – et tu lui diras : “Son ancêtre, c’est le vieux Assemian Eci.” Il te dira alors : “Ne dis plus rien ; ce que tu as dit est exact.”

 

HENRIETTE  DIABATÉ,

Le Sannvin, un royaume akan

de la Côte d’Ivoire (1701-1901),

sources orales et histoire, vol. IV,

université de Paris-I,

octobre 1984, p. 291-b.

 

 

 

 

LIVRE UN

 

 

 

J’ai l’impression d’être à deux pas de toi, et pourtant un gouffre nous sépare.

 

 

 

 

 

I

 

 

Impossible de dormir.

Nina avait pensé que le coucher du soleil lui apporterait un peu de sérénité. Pourtant, après avoir irradié le ciel de pourpre et d’or, l’astre s’était mis à fondre de l’autre côté de l’horizon. À présent, c’était fini. Il ne restait plus que l’obscurité, dense et inquiétante. Elle détourna le regard du trou noir, ferma le hublot, inclina son siège et tenta de s’assoupir. Les ailes de l’avion tranchaient la nuit.

L’angoisse monta en elle, brutale. Dans quelques heures, elle serait à la maison. Mais sans lui, sans sa présence, que restait-il ? Des murs, des objets et quoi d’autre ? Elle allait devoir réévaluer ses certitudes.

“Qu’est-ce qui fait un pays ? avait-elle demandé à Frédéric, la veille de son départ.

— Je ne sais pas, avoua celui-ci, l’air perplexe. Les souvenirs, je suppose.”

Oui, les souvenirs… la qualité du ciel, le goût de l’eau, la couleur de la terre. Les visages. Les temps d’amour et les déceptions. C’était tout cela, un pays. Sensations irisées, accumulées au fil des jours.

 

Mais comment compter sur les souvenirs ? Le pays n’était plus le même. La guerre l’avait balafré, défiguré, blessé. Pour y vivre aujourd’hui, il fallait renier sa mémoire désuète et ses idées périmées.

Elle était partie depuis trop longtemps. Comment ne pas lui en vouloir ? Elle avait pensé qu’elle pourrait voyager librement par monts et par vaux jusqu’à l’heure du retour. Revenir ? Tout aurait été comme d’habitude, chaque chose à sa place. Elle n’aurait eu qu’à poser ses valises et à reprendre sa vie là où elle l’avait laissée. Accueillie à bras ouverts, elle serait riche de ses voyages.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

loin-de-mon-pere-veronique-tadjo

900