Extrait

Pornarina
de Eymery, Raphael

Le 18/09/2017 à 09:28

Auteur : Eymery, Raphael
Editeur : Denoel
Genre :
Date de parution : juin 2017
ISBN : 9782207137093
Total pages : 208
Prix : 19 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782207137093

Editeur : Denoel

Prix grand format : 19 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782207137109

Editeur : Editions Denoël

Prix grand format : 13,99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Depuis des décennies, Pornarina ensanglante secrètement l’Europe. Les rares à connaître son existence – les pornarinologues – l’ont surnommée la-prostituée-à-tête-de-cheval. Elle serait coupable de dizaines d’homicides. À plus de quatre-vingt-dix ans, le Dr Blažek est un tératologue renommé. Il vit dans un château fort avec sa fille adoptive : Antonie, vingt-quatre ans. La jeune contorsionniste assiste le docteur dans sa traque obsessionnelle de Pornarina, mais s’éloigne bientôt de son père adoptif, rebutée par l'esprit communément pervers des pornarinologues. Trouvera-t-elle son salut dans la mystérieuse figure de la-prostituée-à-tête-de-cheval ? Incroyable voyage au cœur d'une famille Addams européenne, comédie macabre qui ressuscite la grande tradition française du théâtre de Grand-Guignol, Pornarina séduit par son audace littéraire, sa constante inventivité, et explore, sur fond de guerre des sexes, le thème de la mythification des tueurs en série.

 

Premier chapitre

PREMIÈRE PARTIE


ANTONIE


« La question de l’origine de la Reine, et d’autres questions afférentes telles que : était-elle l’unique, ou les puissances indomptées de l’antique Canaan forment-elles en permanence de nouvelles Reines pour venir en aide aux déshérités de ce monde ? Les questions sans rapport mais prévisibles des étudiants en divinité telles que : est-ce du sang ou du pus céleste qui coule dans ses veines ? Toutes ces questions manquent de profondeur et de force. Il nous suffit de savoir qu’elle fut sollicitée, et qu’elle vint. »

William T. Vollmann, La Famille royale

 

 

Prologue

 

Une aventure, cérébrale ou non, n’est jamais meilleure que lorsqu’elle débute à Londres, devant la façade rouge et les fenêtres à carreaux du 221B Baker Street. Le brouillard y est jaune. Tout autour des automobiles vrombissent. Nous sommes au XXIe siècle. Le vacarme s’étouffe une fois la porte du 221B refermée sur nos pas. Là, de la force de notre organe de pensée qui bouillonne, NOUS RESSUSCITONS SHERLOCK HOLMES. Un nuage brunâtre zone à l’étage. Nous montons. Un cadavre de vieillard nous indique où nous asseoir ; c’est le grand détective et il souffre de son réveil forcé ; il a cent cinquante-deux ans.

Sans attendre, nous en venons au fait : qu’a-t-il à nous apprendre sur un certain Dr Franz Blažek ? Connaît-il une mystérieuse Pornarina ? Sherlock tousse ; son haleine est farcie des odeurs du cimetière de Minstead. Il désigne des répertoires biographiques alignés sur une étagère. Nous nous levons et, au-dessus d’un bureau où traînent pipes, fioles et journaux, saisissons l’imposant volume, le premier d’une collection en dénombrant vingt et un. Nous ouvrons le répertoire et consultons sa section B. Une longue entrée est dévolue au Dr Franz Blažek. Nous lisons.

 

Blažek, Franz, docteur. Spécialiste de la monstruosité humaine. Né le 16 avril 1910. Fils d’une des sœurs siamoises (sœurs pygopages) Rosa et Josepha. Homme intelligent à tendance criminelle. Collectionneur trouble. Auteur notamment du Dictionnaire illustré des déviances sexuelles. Pratique la médecine à Londres dès 1932-1933. Quitte l’Angleterre pour la France en 1976 à la suite du scandale du « double fœtus d’Elsa ». Aujourd’hui, reclus dans sa demeure, un vieux château fort français, aux environs de Tiffauges et de Machecoul.

— Cf. l’article « The Bohemian Twins » de l’Anglo-American Cyclopædia :

C’est un fait scientifiquement établi que les monstres doubles possèdent des tempéraments opposés. Chez Rosa et Josepha, la première était pétillante et volubile ; la seconde, calme et réservée. Leurs goûts alimentaires différaient. Et si elles partageaient certaines sensations, l’une pouvait dormir tandis que l’autre lisait ; de la même manière, l’une pouvait boire quand l’autre urinait. Plus particulièrement, Rosa portait un intérêt d’ordre physique au sexe opposé. Elle appréciait et recherchait les relations sexuelles — Josepha désapprouvait, fortement, et ce bien qu’elle partageât les mêmes sensations génitales que sa sœur. Sur ce sujet, il est intéressant de noter qu’elles possédaient deux vagins pour un seul orifice vaginal.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

16

1

pornarina-eymery-raphael

6544