Extrait

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar
de Antoine Choplin

Le 26/05/2017 à 10:17

Auteur : Antoine Choplin
Editeur : La Fosse Aux Ours
Genre :
Date de parution : 05/01/2017
ISBN : 9782357070950
Total pages :
Prix : 18 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782357070950

Editeur : La Fosse Aux Ours

Prix grand format : 18 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9782357071193

Editeur : La Fosse aux ours

Prix grand format : 12.60...74108461....

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Quelques jours dans la vie de Thomas Kusar ou comment un jeune cheminot de Trutnov (Tchécoslovaquie) croise sur son chemin Vaclav Havel, comment une amitié se noue entre les deux hommes entre parties d'échecs et bières partagées jusqu'au balcon du Château, place Venceslas, à Prague... Le dernier roman d'Antoine Choplin, inspiré d'une histoire vraie, s'intéresse comme souvent aux humbles et montre comment, parfois, le destin les porte, les fait basculer du côté des justes et les fait participer, presque par hasard, à la grande Histoire...

 

Premier chapitre

VOICI L’HISTOIRE de Tomas Kusar, gardebarrière à Trutnov (Tchécoslovaquie), un jeune homme simple, amoureux de la nature et passionné par la photographie.

Il mène une existence paisible, jusqu’à sa rencontre avec Václav Havel, dramaturge dissident et futur président de la République. Une rencontre qui va changer sa vie.

Le dernier roman d’Antoine Choplin s’intéresse comme souvent aux humbles, aux sans-grade et montre comment, parfois, le destin les porte, les fait basculer du côté des justes et participer, presque par hasard, à la grande Histoire.

Un roman sur l’amitié et l’engagement.

 

Antoine Choplin est l’auteur de Radeau, du Héron de Guernica, d’Une forêt d’arbres creux et de La Nuit tombée (prix France Télévisions 2012)

 

 

 

QUELQUES JOURS DANS LA VIE DE TOMAS KUSAR

 

 

PLACE VENCESLAS

 

 

Ce qu’il fait là.

Lui, le cheminot de Trutnov, au balcon du Château, face à la place Venceslas envahie par la foule immense.

Dans l’espace étroit, ils doivent être une vingtaine. Contre Tomas se serrent Jiri, Markéta, Petr, Joska. Leurs visages sont si proches que parfois ils se touchent. Tous ont ce drôle de sourire, où la joie fait comme elle peut avec l’air glacial de décembre qui fait trembler les lèvres. Certains glissent leurs bras sur les épaules voisines, les étreignant parfois avec une force plus grande, embrassant dans l’élan une tempe, un front.

Un peu plus tôt, ils se sont réunis au sommet de l’escalier intérieur, sur les tapis épais. Il y a eu de brèves accolades. Václav a fait quelques pas dans une vaste galerie adjacente. En silence, ils l’ont suivi des yeux tandis qu’il déambulait, et puis il est revenu vers eux. Alors, ils ont vu son visage, la paix radieuse qui s’en dégageait.

Certains ont eu envie de pleurer et c’était surtout parce qu’ils se souvenaient du chemin parcouru. Et puis on a ouvert doucement les deux battants de la haute fenêtre et la clameur est entrée comme une vague.

Autour de Václav Havel, donc, au Château, dans le souffle des vivats.

Le regard de Tomas s’est attaché longuement à la masse sombre de la foule avant de s’échapper vers la ligne des toits et le ciel nocturne. L’œil ouvert, paupières inertes, il s’est laissé envelopper par le flou des lointains. Il lui a semblé que le tumulte s’effaçait un peu. Son esprit s’est mis à vagabonder.

Plusieurs fois, l’idée l’a traversé. Il serait mieux en bas, au milieu des autres. Et même ailleurs, à l’écart de toute cette effervescence, tiens, du côté de Hradecek, en marche parmi les arbres. Il chanterait peut-être quelque chose, en les sachant là pour de bon, Václav et tous les compagnons. Il chanterait et ça aurait de la gueule, cette voix solitaire dans la nuit, en lisière des forêts de Bohême saisies déjà par l’hiver.

Une main ébouriffe ses cheveux, celle de Jiri. Tomas n’entend pas les paroles qu’il prononce en riant, tourné vers lui. Il lui sourit en retour, sans trop savoir.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

quelques-jours-dans-la-vie-de-tomas-kusar-antoine-choplin

6434