Extrait

Six fourmis blanches
de Collette, Sandrine

Le 15/04/2016 à 09:55

Auteur : Collette, Sandrine
Editeur : Lgf
Genre : policier & thriller (format poche)
Date de parution : 27/01/2016
ISBN : 9782253092872
Total pages : 312
Prix : 7.30 €
chaPitre.com title=
  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Envoyer à un(e) ami(e)

Version grand format

 

illustration

ISBN : 9782253092872

Editeur : Lgf

Prix grand format : 7.30 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Version numérique

 

illustration

ISBN : 9791091211291

Editeur : Éditions de l'épée

Prix grand format : 6.99 €

 

Acheter le livre
avec chaPitre.com

Résumé du livre
Après Des nouds d'acier, grand prix de littérature policière, et Un vent de cendres, le nouveau Sandrine Collette ! Dressé sur un sommet aride et glacé, un homme à la haute stature s'apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle en le regardant. A des kilomètres de là, partie pour trois jours de trek intense, Lou contemple les silhouettes qui marchent devant elle, ployées par l'effort.

Leur cordée a l'air si fragile dans ce paysage vertigineux. On dirait six fourmis blanches... Lou l'ignore encore, mais dès demain ils ne seront plus que cinq. Égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de leur compagnon, c'est pour leur propre survie qu'ils vont devoir lutter. Le mal rôde depuis toujours dans ces montagnes maudites. Parviendront-ils à lui échapper ? À propos des précédents romans : " Avec un premier roman très maîtrisé à vous glacer le sang, Sandrine Collette frappe très fort.

 

Premier chapitre

ce petit être évaporé, sa présence, son amour, sa gaieté dans nos vies

- et cette propension inouïe à n’en faire qu’à sa tête.

 

Le mal suinte de ce pays comme l’eau des murs de nos maisons tout le long de l’hiver. Enraciné en nous, telle une sangsue fossilisée sur une pierre. C’est ce que disait mon grand-père, et avant lui son père, et le père de son père : depuis toujours ces montagnes sont maudites. Qui se souvient que quelque chose de beau y ait été conçu, s’y soit développé ? Que de contreparties à notre présence ici, que de compromis pour nous donner, parfois, le sentiment de bien vivre. Les vieux répètent à l’envi que les mauvais esprits ont choisi cet endroit pour venir mourir ; qu’ils y agonisent des années durant, crachant des imprécations sur nos roches et nos forêts malingres. Nous sommes de trop dans ces vallées ; nous en payons le prix fort. Nous aurions dû abandonner ces terres où nous n’avons jamais été les bienvenus. Si seulement nous étions raisonnables. Mais nous sommes faits de la même caillasse, refusant de céder une once de terrain, acharnés à faire pousser les tubercules qui nous permettent de tenir amaigris jusqu’au printemps suivant. Heureux d’un rien, aussi.

Nous observons stupéfaits les gens des villes étrangères investir notre région pendant les vacances. Ils sont rares encore ; mais leur nombre augmente chaque année, et nous avons cessé de les compter. D’eux, nous ne voyons que rires, artifices et argent. Ils s’approprient nos montagnes et se moquent haut et fort de nos superstitions. Nous nous taisons : nous qui naissons ici, qui y restons jusqu’à ce que la mort blanchisse nos os, nous savons de quoi les esprits sont capables.

Le malheur a tant frappé nos aïeuls ; personne ne croit qu’il ait arrêté de nous tourner autour. Et si certains d’entre nous le pensent, ils continuent à faire comme si, pour ne pas provoquer. Devant l’abîme des montagnes, quand le vent siffle aux oreilles son étrange mélopée, chacun peut sentir sa présence. Bien sûr qu’il est là.

Le mal. Le diable, disent les anciens.

Tous nos actes sont soupesés au regard de cette unique question : cela le fera-t-il resurgir ? Nos vies se rythment et s’épuisent à prendre garde. Même dans les grands moments de fête, nous désignons des veilleurs, postés aux coins des falaises, qui surveillent les chemins des villages. Comme si le mal ignorait les sentiers détournés qui finiront par le mener à l’un d’entre nous : superstition toujours. Mais c’est notre façon de lui montrer notre respect. D’espérer que cela l’éloigne.

Nous lui offrons prières et cadeaux, tels les païens d’une autre époque, presque sans réfléchir — par réflexe. Quand cela ne suffit pas, il nous prend un vieillard ; parfois un enfant.

Le mal est mon compagnon de chaque jour.

S’il disparaissait, je m’évaporerais du même coup.

Mais jamais il ne s’achèvera, je le sais : pour cela, il faudrait que le monde s’arrête.

 

Suivez-nous

 

Désinscription

medias

16

1

six-fourmis-blanches-collette-sandrine

6225