Albert Camus : “L'écrivain, sans cesse partagé entre la douleur et la beauté”

Videos > Reportage

Antoine Oury - 04.01.2017

- Albert Camus - Albert Camus discours prix nobel - Albert Camus prix nobel

Le 10 décembre 1957, Albert Camus est à Stockholm pour la cérémonie de réception de son Prix Nobel de Littérature, qui venait saluer l'ensemble de son oeuvre. Ce jour-là, c'est sa réponse à une question d'un étudiant originaire d'Algérie qui restera célèbre, mais il prononce un discours poignant à la tribune.

 

En effet, lorsque l'étudiant interroge Albert Camus sur le combat mené par le FLN en Algérie, et le caractère juste des actions violentes dans ce cadre, l'écrivain répond : « En ce moment, on lance des bombes dans les tramways d’Alger. Ma mère peut se trouver dans un de ces tramways. Si c’est cela la justice, je préfère ma mère », selon le traducteur C.G. Bjurström. Sa déclaration fera l'objet d'une intense polémique.

 

Le discours de Camus est pourtant notable, et s'inscrit dans son oeuvre, en évoquant la thématique de l'artiste et de son temps, titre de son intervention. « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse », proclame l'auteur à Stockholm.