Charles Péguy, ou la solitude du juste

Videos > Reportage

Victor De Sepausy - 07.01.2017

- Charles Péguy poète - naissance Charles Péguy - reportage Charles Péguy

DOCUMENTAIRE – Ce 7 janvier, entre autres célébrations, impossible de passer à côté de la naissance de Charles Péguy. Né en 1873 à Orléans, l’écrivain a laissé une œuvre poétique poignante, empreinte de valeurs chrétiennes – notamment, l’immense Porche du mystère de la deuxième vertu. Surtout, en fait, tant ce recueil est tout à la fois simple et poignant.

 

 

« Il est temps que Péguy poète soit considéré à sa juste valeur, qui n’est pas celle d’un poète de sacristie ou nationaliste dont on cite toujours les trois mêmes vers sur les épis mûrs », expliquait Claire Daudin, présidente de l’Amitié Charles Péguy. Eh bien, allons-y, différemment...

 

À retrouver pour l’occasion, ce documentaire d’Edouard Berne, réalisé en 1974, pour Caravelle International Television, à destination de l’enseignement scolaire : Charles PÉGUY – Péguy ou la solitude du juste. Textes récités par Wiliam Sabatier et Huguette Lengagne, sur un scénario d’Edouard Berne et Régine Pernoud, la musique de Monique Rollin, et les images de Georges Lendi.

 

 

Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782070323456

Le Porche Du Mystere De La Deuxieme Vertu

de Charles Péguy(Auteur)

«L'admirable dans le Porche est qu'avec des mots terreux, des images charnelles qui n'ont rien de philosophique, des mouvements du cœur qui sont ceux de n'importe quelle créature, Péguy révolutionne le christianisme au sens où, comme il le dit ailleurs, "une révolution est un appel d'une tradition moins parfaite à une tradition plus parfaite". Sa théologie de l'espérance ruine définitivement le jansénisme et déblaie la voie royale de l'évangile, trop longtemps encombrée de craintes qui bafouent la croix du Christ. Non seulement l'auteur du Porche retourne de l'intérieur son drame personnel de l'exil et de l'échec, convertissant la détresse en tendresse et la déréliction en abandon créateur. Mais il inverse pareillement un drame ontologique plus général qui le hante depuis sa jeunesse et qui est au cœur de sa méditation de Jeanne d'Arc : l'exil et l'échec des damnés. En une stupéfiante intuition, il fait de la damnation un exil et un échec de Dieu. Pour l'éviter, Dieu en est réduit à espérer dans le pécheur comme le pécheur espère en Dieu. Dieu prend les devants. Là comme en amour et en toutes choses, il a l'initiative, il donne l'exemple. Cela n'illustre-t-il pas d'ailleurs le plus parfait amour, où celui qui aime se met dans la dépendance de l'aimé, compte sur l'aimé? Dieu compte sur le pécheur, tremble pour lui dans l'attente qu'il s'amende et, tel l'enfant prodigue, vienne s'écrouler entre ses bras.» Jean Bastaire.

J'achète ce livre grand format à 9.90 €