Éditeur, un film de Paul Otchakovsky-Laurens : bande-annonce

Videos > Bande annonce

Antoine Oury - 27.11.2017

- Éditeur film - Éditeur bande annonce - Éditeur POL

En salles le 29 novembre prochain, le deuxième film de l'éditeur Paul Otchakovsky-Laurens, Éditeur, reviendra justement sur ce métier qu'il pratique depuis des années. Après Sablé-sur-Sarthe, Sarthe, qui évoquait son enfance, POL aborde ce qui fait l'essence de l'éditeur.

 

« Tout de suite après “Sablé...”, content d’avoir réussi à boucler ce premier film, j’ai voulu en faire un autre, dans la foulée. Mais c’était artificiel, une idée, pas plus, il n’y avait pas de nécessité. J’ai vite laissé tomber. Et je me suis dit que j’avais à peu près fait ce que je voulais faire, c’était bien comme ça, le film existait, il avait eu une carrière plutôt satisfaisante, pas la peine d’insister... Plusieurs années ont passé. Et puis, un jour, à la suite, je suppose, d’un cheminement dont je n’ai pas eu vraiment conscience, j’ai eu le pressentiment encore vague, mais insistant, des raisons pour lesquelles je fais ce métier d’éditeur. J’ai eu envie d’aller plus loin, de fouiller, la certitude aussi que cela ne pouvait se faire que par le moyen du cinéma, et que cette fois il y avait un vrai sens à y aller. Mais, curieusement, je crois que le vrai déclencheur a été la vision de : “Août, avant l’explosion” de Avi Mograbi. Il y avait là une telle incitation à se lancer ! », explique Paul Otchakovsky-Laurens.

 

Pourquoi les uns écrivent et pourquoi d’autres les éditent ? Qu’est-ce qui pousse les uns à confier le plus cher d’eux-mêmes, le plus intime, à d’autres qui vont s’en emparer au prétexte de le faire connaître ? Qu’est-ce que ça veut dire, éditer des livres ? Ou en refuser ? Comment et pourquoi devient-on éditeur ? Parce qu’on est un philanthrope, un pervers ? Pour attacher son nom a plus grand que soi ? Parce qu’on est un enfant qui n’a pas grandi ?