“Je te salue, vieil océan” : Lautréamont dans Week-End de Godard

Videos > Remix

Antoine Oury - 04.04.2017

- Lautréamont Godard - Je te salue, vieil océan Godard - Godard Week-End

Isidore Lucien Ducasse, mieux connu sous le pseudonyme du Comte de Lautréamont, a laissé peu d'œuvres de son vivant, et ses Chants de Maldoror sont à l'origine de sa renommée littéraire. Ces textes en prose, passés inaperçus du vivant de l'auteur, sont depuis devenus une référence, portée au début du XXe siècle par les surréalistes comme un texte prophétique de leurs propres recherches et images.

 

En 1967, dans son film Week-End, Jean-Luc Godard fait déclamer des extraits réorganisés de l'adresse au « Vieil Océan », passage des Chants de Maldoror de Lautréamont. Le film de Godard évoque une organisation révolutionnaire, le Front de Libération de Seine-et-Oise, qui lutte contre la bourgeoisie française : la lecture de ce passage apocalyptique des Chants de Maldoror fait écho à la fin du vieux monde qu'honnissaient Godard et quelques autres.

 

Évidemment, la lecture, rythmée par des sonorités de batterie, s'accompagne d'un travelling latéral, mouvement de caméra que Jean-Luc Godard utilise particulièrement dans Week-End. Son film fait également apparaître Emily Brontë ou Louis Antoine de Saint-Just.