Julieta : Pedro Almodóvar revient au portrait de femmes

Videos > Bande annonce

Joséphine Leroy - 18.05.2016

- Pedro Almodóvar réalisateur - femmes portrait cinéma - Fugitives Alice Munro

Le réalisateur s’est inspiré de trois nouvelles, toutes trois tirées du recueil Fugitives d’Alice Munro (éd. L’Olivier, traduit par Jacqueline Huet et Jean-Pierre Carasso). Dans le recueil, des femmes qui partent volontairement, devenant par là des disparues volontaires. Le film sort ce mercredi dans les salles françaises et il est présenté au Festival de Cannes 2016. 

 

 

« Hasard », « Bientôt » et « Silence » : voilà trois nouvelles qui ont bouleversé le réalisateur espagnol qui se plie souvent à cette difficulté de capturer les femmes dans les moments où elles font vriller leurs vies. « Dès que j’ai lu Fugitives, j’ai eu envie d’adapter pour le cinéma trois des nouvelles du recueil. Les trois ont Juliette pour héroïne, mais ne se suivent pas. Ce sont trois histoires distinctes et j’ai inventé ce qui manquait pour qu’elles n’en fassent qu’une », confie le réalisateur, qui a toutefois délocalisé les intrigues pour les faire siennes. « Au fur et à mesure que la version espagnole avançait, je m’éloignais d’Alice Munro, je devais voler de mes propres elles. [...] Les admirateurs d’Alice Munro verront dans ma Julieta un hommage à la nouvelliste canadienne. » 

 

Dans le film, Julieta est sur le point de quitter Madrid lorsqu’elle rencontre Bea, une amie d’enfance de sa fille Antia. Bea déconseille à Julieta de partir et a un argument : elle a croisé Antia une semaine auparavant. Mère et fille ont coupé les ponts depuis des années. Vont-elles se retrouver et se comprendre ?