medias

Le rappeur Tiers Monde s'aventure sur les terres de Georges Perec : Sans E

Videos > Remix

Nicolas Gary - 24.04.2016

- Tiers Monde rappeur - disparition Georges Perec - lettre absence

Le monde sans E est le dernier titre du rappeur Tiers Monde, issu de son album No Future. « Y a des personnes sans lesquelles j’aurai été un autre homme aujourd’hui : plus mauvais, moins humain. C’est pourquoi j’ai réalisé un titre sans la lettre E dans mon album. Je vous laisse découvrir un extrait de ce morceau en vidéo avec la nouvelle chorale Dinrecords : Koto, Brav, Medine, AlivorOumar, Général - Beatmaker, Adams, Dicé et les absents ! »

 

En 2015, Tiers Monde a repris la direction du studio afin de préparer un nouvel opus. Son nom : No Future. Dans la continuité de son premier solo, ce projet apparaît comme cohérent, musical et technique. No Future confirme son statut de compétiteur en matière de performance et dénote par des prises de risque assumées comme dans T.M.D.M ou Babel. On retiendra aussi le fameux titre MC Solaar et son clip vintage rendant hommage à cette légende du rap français, ou encore le titre « Le mal par le mal », dans le même format que « Toby or not Toby ». Les clips permettront d’installer une imagerie propre au rappeur, en lien avec l’esthétisme et l’originalité de la cover et du livret physique. No Future sera l’occasion pour Tiers Monde d’aller à la rencontre de ses auditeurs aux quatre coins de la France.

 

Sans la lettre E ? On se rappellera qu’un certain Georges Perec avait tenté une aventure identique avec l'écriture du livre La disparition qui ne comptait aucun mot avec ladite lettre. Et le rappeur originaire du Havre, dans un autre genre, se montre tout aussi efficace...

 

 

Pour approfondir

Editeur : Gallimard
Genre : litterature...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782070715237

La Disparition

de Georges Perec

« Trahir qui disparut, dans La disparition, ravirait au lisant subtil tout plaisir. Motus donc, sur l'inconnu noyau manquant - "un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal" - , blanc sillon damnatif où s'abîma un Anton Voyl, mais d'où surgit aussi la fiction. Disons, sans plus, qu'il a rapport à la vocalisation. L'aiguillon paraîtra à d'aucuns trop grammatical. Vain soupçon : contraint par son savant pari à moult combinaisons, allusions, substitutions ou circonclusions, jamais G.P. n'arracha au banal discours joyaux plus brillants ni si purs. Jamais plus fol alibi n'accoucha d'avatars si mirobolants. Oui, il fallait un grand art, un art hors du commun, pour fourbir tout un roman sans ça ! » Bernard Pingaud.

J'achète ce livre grand format à 9.90 €