Lecture numérique > Acteurs numériques > Actualité

Google réintègre les librairies indépendantes pas rentables

Quoi, tout le monde peut se tromper...

Par Antoine Oury,Le mardi 28 février 2012 à 13:49:39 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Google avait surpris, voire choqué le monde des livre, en annonçant qu'il allait restreindre son programme d'affiliation Google eBooks à ses partenaires les plus rentables. Par un mail à destination de webmasters ou de libraires, il signifiait la fin de leur collaboration pour le 15 mars prochain. Mais le petit farceur est depuis revenu sur cette décision, sans donner beaucoup de détails sur les raisons de ce revirement.

 

Mea Goolpa ! C'est le cri que Google pourrait lâcher en revenant finalement vers les éditeurs qu'il avait lésés en fin de semaine dernière : dans un mail assassin, ces derniers avaient pu lire « Nous évaluons constamment notre programme d'affiliation Google Books, à la recherche des meilleurs moyens pour satisfaire nos partenaires et utilisateurs. Après notre dernière évaluation, nous avons décidé de restreindre, notre programme à un certain nombre d'utilisateurs pour offrir à nos clients la meilleure expérience possible » (voir notre actualitté)

 

 

Mais le moteur de recherche est finalement revenu sur sa décision et en a fait part au site Publishers 

Weekly, où l'on peut lire que « Google travaille désormais à réintégrer les éditeurs affiliés concernés ». Un demi-tour probablement dû à l'action de l'American Bookseller Association (ABA), même si les libraires membres de l'association n'étaient pas concernées par les restrictions de partenaires de Google.

 

« Google a affirmé à plusieurs reprises, et continue d'affirmer, son soutien aux librairies indépendantes » a ainsi cru bon de préciser Matt Supko, le directeur de l'ABA IndieCommerce Program, qui permet aux librairies membres de l'ABA de bénéficier de la bibliothèque d'ebooks de Google moyennant commissions et cotisations mensuelles.

 

Google n'a pour l'instant laissé filtrer aucune information sur cette soudaine volte-face, excepté une malheureuse phrase d'un porte-parole qui conseille « aux éditeurs qui n'ont pas eu de réponse de recontacter Google ». 

 

L'autre firme dominante du marché des livres numériques, Amazon, avait retiré la semaine dernière près de 5000 ebooks de sa bibliothèque après un désaccord commercial avec l'Independent Publishing Group. (voir notre actualitté

 

Et, pour l'instant, le miracle n'a pas eu lieu du côté d'Amazon, qui campe toujours sur ses positions.

Sources : Read Write Web , Publishers Weekly

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

Livre numérique gratuit

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com