Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Après 410 ans, la Bodleian envisage le prêt de livres

Mais les problèmes ne font que commencer

Par Clément Solym,Le mercredi 13 juin 2012 à 11:26:31 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Durant plus de quatre siècles, la bibliothèque Bodleian d'Oxford University a stocké des livres, et encore des livres. Un lieu de référence, disposant d'archives parfois inestimables et de livres rares, particulièrement recherchés. Mais jusqu'à lors, seule la consultation des oeuvres sur place était possible. Or, le changement… c'est peut-être maintenant.

 

C'était le Saint Graal des chercheurs et des universitaires, la Bodleian est la terre sainte, mais qui connaît depuis des mois une recrudescence de la fréquentation, au point de saturer les salles de lecture. Pour le Dr William Poole, du New College, une mauvaise gestion est en cause et désormais, « la Bodleian propose de devenir une bibliothèque de prêt. Les conséquences sont désastreuses pour les étudiants », estime-t-il.

 

 

Outside The Bodleian Library, Oxford.

 

 

Car l'établissement facture pour 9000 £ l'année scolaire, qui inclut l'accès aux oeuvres, et dans ce contexte, comment justifier auprès des étudiants une pareille somme, si d'autres y accèdent gratuitement ? Une métamorphose qui va transformer radicalement le visage de l'établissement, véritable institution dans le paysage culturel.

 

Depuis 1602, les oeuvres de l'établissement n'étaient ouvertes qu'aux chercheurs, et à l'époque, il fallait prêter serment en latin. Aujourd'hui, il suffit de signer un engagement, qui engage la personne à ne pas abîmer les livres, et d'autres recommandations essentielles pour préserver la sécurité de l'établissement - comme ne pas fumer.

 

Avant que la Bodleian ne soit toutefois ouverte aux quatre vents, l'université sera évidemment consultée, et des modalités précises seront fixées, assure-t-on. Les 11 millions de volumes qu'abrite la bibliothèque ne seront pas livrés en pâture au tout venant. Après la British Library, c'est le deuxième plus important centre du Royaume-Uni. (via The Telegraph)

 

 

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com