Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

L'éditeur Penguin en bibliothèques : plus si manchot avec l'ebook ?

Une offre nouvelle et un programme qui plaît

Par Clément Solym,Le lundi 19 novembre 2012 à 09:42:52 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Avec l'enjeu que représente une offre légale de livres numériques en bibliothèques, les éditeurs se débattent un peu partout pour trouver une solution. Et depuis des mois, outre-Atlantique, on cherche des conditions de prêt d'ebooks qui soient acceptables par tous. Et parfois, on trouve.  

 

 

penguin

anne heathen, (CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

Ainsi, le New York Times sait que Penguin Group doit annoncer aujourd'hui une expansion de son offre pour les seuls établissements de Los Angeles et de Cleveland, ainsi que dans les régions limitrophes. Le tout avec un nouveau partenaire de diffusion, pour un programme qui débutera à compter de janvier 2013. 

 

C'est avec Baker & Taylor, distributeur de livres papier et numériques que sera lancé le projet, avec des conditions de prêts telles que déclinées dans les bibliothèques publiques de New York depuis septembre. Ainsi, Penguin vendra un ouvrage six mois après sa commercialisation, avec une limitation d'un prêt par ouvrage acheté. Et au terme d'une année d'exploitation, l'établissement devra racheter le livre ou perdre ses droits d'accès. 

 

Selon Tim McCall, vice-président de Penguin pour les ventes et le marketing en ligne, le groupe apprend à chaque mois un peu plus, mais à ce jour, le système semble être fonctionnel. Pas certain que les établissements soient complètement raccords avec une politique de prêt où le rachat des livres est rendu obligatoire. 

 

Cory Doctorow, célèbre défenseur du libre accès s'était exprimé en mars dernier, pour dénoncer la politique que l'éditeur HarperCollins avait mise en place, décidant que ses titres numériques ne seraient disponibles que pour 26 prêts. « La chose importante à comprendre, c'est que le côté éphémère d'un livre imprimé n'est pas une caractéristique que nous devrions chercher à reproduire dans les médias », déclarait Cory. (voir notre actualitté) Il semble pourtant que peu d'acteurs aient pris en compte, côté éditeurs, cette vérité immanente...

 

Dans un autre temps, c'est avec OneClickDigital que Penguin pourrait proposer des ouvrages audio dans n'importe quel établissement intéressé. 

 

C'est tout de même un changement assez fort, puisque depuis 2004, c'est le prestataire OverDrive qui était l'acteur favori des éditeurs pour le prêt d'ouvrages en bibliothèques. Christopher Platt, directeur des collections et des opérations explique que 600.000 titres sont accessibles depuis son service. Mais Penguin avait décidé de retirer ses titres en février dernier, considérant que les modalités de sécurisations de l'opérateur étaient inadaptées.

 

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

La logique du grain de sable: Galtier-Boissière (1891-1966) ou de l'utilité des ensablés dans les commémorations, de Carl Aderhold

Les commémorations ont ceci de paradoxal que bien loin de nous ramener à l'événement commémoré, elle nous renforce...

Voyage au bout du livre #1 : L'éditeur, passeur professionnel

Voyage au bout d'une livre, c'est le titre de l'une des rubriques que je propose désormais sur la plateforme Les...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com