Le monde de l'édition > Bibliothèques > Actualité

Pierresvives, projet gargantuesque de l'Hérault pour la lecture publique

In nouveau veritas

Par Antoine Oury,Le mercredi 10 octobre 2012 à 12:26:07 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Impulsée en 2005, mise en chantier dès 2008, la nouvelle Cité des savoirs et du sport pour tous, Pierresvives de son petit nom, détonne dans un contexte de compression des budgets publics. Et pour cause : dessiné par la célèbre architecte Zaha Hadid, l'énorme bâtiment devra abriter les Archives départementales et la Bibliothèque départementale de prêt.

 

 

précédent

image

image

image

image

image

image

image

image

suivant

 

 

26.000 m² sur 5 niveaux, 20.000 m3 de béton et 3 000 tonnes d'acier : les matériaux ont de quoi donner le vertige, tout comme les proportions de la structure Pierresvives, nommée ainsi en référence à Rabelais et son Tiers Livre : « Je ne bâtis que pierres vives, ce sont les hommes. » Le budget total s'élève à 125 millions €, et une carte blanche pour Zaha Hadid. Seule contrainte, non des moindres : abriter « 60 kilomètres » d'archives et 30.000 documents disponibles en prêt.

 

De la rue de Castelnau, ancien fief des Archives départementales, à l'emplacement de Pierresvives, il n'y a qu'un quart d'heure de distance, mais le déménagement est de longue haleine : cadastres, photographies et recensement de la population mobilisent les conservateurs depuis plusieurs semaines. « Ce n'est pas comme déménager un appartement, c'est sûr » souligne une employée mal réveillée du Conseil général, « Mais les anciens locaux étaient clairement insuffisants. »

 

Le transport se fait en camions, selon des règles bien précises. « Le document le plus ancien doit dater de l'an 700... », ce qui explique les moyens de conservation mis en place : obscurité, température qui oscille entre 17 et 22 °C et taux d'humidité inférieur à 60 %.

 

Les archives numériques, dont la majeure partie est libre d'accès et de reproduction pour une utilisation non commerciale sont complétées par la médiathèque départementale, « laboratoire de lecture publique » de 1000m² pour 300 places assises (la précision a son importance à l'approche des examens). Curieusement, l'établissement n'est ouvert que les après-midi, sauf le samedi, qui bénéficie d'une journée complète.

 

La salle de lecture vaut en tout cas le déplacement : conçue et dessinée par l'architecte Stéphane Hof, elle s'intègre à la structure moderne voulue par Zaha Hadid. « L'idée, c'est figurer la dualité de l'auteur et du lecteur : l'intention de l'un, l'interprétation de l'autre » nous explique Hof. Une dualité déclinée dans le mobilier, noir et blanc, les lignes, droites et incurvées, et le mobilier, support de lecture et étagères de rangement.

 

Le mélange Corian/bois apporte les dernières finitions au concept, redoublé par des tables en forme de lettres de l'alphabet. « La nuit, les arêtes du Corian sont rétroéclairées et unifient le plafond, la bibliothèque et les tables » termine l'architecte.

Pour approfondir



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Aperçu sur la littérature dite « populiste » – Un article à paraître en Roumanie

Chers lecteurs de Roumanie, Une pluie épaisse comme une soupe tombe depuis plusieurs jours sur Paris. On se croirait en automne. [...]

Devenir son propre livre : « La boucle du relieur », 48ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne m'en cache pas. D'ailleurs, ce n'est plus un secret pour personne : même si je suis fier d'avoir [...]

pub

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com