Le monde de l'édition > Critiques

Ru, de Kim Thuy

Par Mimiche,Le mardi 21 septembre 2010 à 10:00:00 - 0 commentaire

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

ISBN : 9782867465321

Prix eBook :

Prix papier : 14 €

Pages : 143 pages

Editeur : Liana Levi

Traduit de :

Traduit par :

Nguyen An Tinh est une jeune femme vietnamienne qui a traversé le monde, de Saigon à Montréal, pour échapper à ces jeunes combattants qui ont rejeté à la mer les armées d’Amérique. Eux qui regardaient le contenu des armoires de sa maison avec un immense étonnement, croyant voir dans un amoncellement de soutiens-gorges en soie, les filtres montés sur des anneaux métalliques qu’ils utilisaient pour préparer le café !

Nguyen ne m’en voudra pas si les polices de mon ordinateur ne me permettent pas de placer au bon endroit les points et signes complémentaires qui donnent toute sa signification à son nom.

Avant d’être immigrée au Québec, assistée dans une transplantation difficile, Nguyen a été une petite fille de famille riche du Sud Vietnam. Puis elle s’est retrouvée dans un bateau sordide avec tant d’autres boat people avant de s’échouer sur une plage de Malaisie où elle passera de longs mois dans un camp épouvantable dont on peine à comprendre comment on en ressort vivant.

Ce roman, c’est l’histoire de cette transplantation, d’un avenir promettant pourtant tant de sérénité et de calme, mais que la guerre a bouleversé, en a changé toutes les références, en a balayé tout souvenir. C’est l’histoire d’une génération qui n’a plus les racines de ses ancêtres et pas encore celles de ses descendants.

Ru donne l’image des « matins calmes » de cette Asie lointaine qui, dans la multitude et la complexité de toutes ses cultures, reste, pour moi, l’image même du mystère. L’image du sourire mystérieux ! Revient à ma mémoire l’un des airs de cette opérette (« Le Pays du Sourire » qui a bercé mon enfance quand mon père en chantait des extraits sous la douche : « (…) toujours sourire, le cœur douloureux (…) ».

Aujourd’hui, je crois voir, en plus, pointer aussi la colère derrière cette image d’impassibilité souriante e lisant ce roman largement autobiographe de Kim THUY.

Avec d’incessants, mais nullement déplaisants, allers et retours entre hier et aujourd’hui (on sent bien que demain n’existe plus vraiment de la même façon), la jeune narratrice rend compte d’une rupture qui a brisé tous ses repères que seules quelques réunions familiales persistent à maintenir à flot.

Des brins d’humanité qui survivaient malgré tout au fond de la cale de ces bateaux de l’enfer, à ceux que font briller ces âmes compatissantes qui tentent maladroitement de faire entrer ces déracinés dans une nouvelle vis, Nguyen parle avec finesse, doigté, sobriété et douceur.


Le Mekong

Le texte coule, les mots s’enchaînent. Kim THUY explique : en français, au figuré, « ru » signifie « écoulement » ; en vietnamien, « berceuse ». C’est le tempo de son livre.

Sobre restera pour moi le mot le mieux associé à ce texte qui, jamais, ne sombre dans le mélodramatique même s’il n’épargne rien des angoisses
, des souffrances ou de la peine à surmonter des épreuves immenses. Sobre et superbe !

Pourquoi faut-il donc que les dernières pages m’aient laissé un goût amer dans la bouche ? Pourquoi faut-il que je me sois senti presque rendu coupable des bouleversements imposés à ces familles exilées ? Pourquoi avoir insidieusement instillé un reproche ? Presque une accusation ? Pourquoi avoir perçu une sorte de leçon de morale ? De volonté féroce à me faire la démonstration de cette capacité à rebondir plus haut encore malgré les handicaps ?

Je n’avais pas besoin de cela. J’admire cette force de caractère. Descendant d’immigré, je suis. Immergé dans un pays d’accueil. Mes racines s’enfoncent ici. Hors des cercles de l’exil fermés, autarciques, quasi tribaux que je réprouve. Sauf aux imbéciles d’être des imbéciles, je ne reproche rien à personne.

Même voilée, Kim THUY n’aurait pas dû laisser percer cette rancœur mal dirigée.


Neuf ou d'occasion, retrouvez Ru

Mots clés :
saigon - coimmunisme - vietnam - malaisie



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Livre numérique gratuit

Communiqué

Dédicace croisée des éditions Hoochie-Coochie

- Samedi 26 avril 2014 à 16h00 - A la librairie Venez découvrir les jeunes éditions Hoochie-Coochie...

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com