Le monde de l'édition > Economie > Actualité

Nemoptic, l'espoir français du numérique s'effondre

La société a été mise en liquidation par le tribunal de Versailles.

Par Raphaël Tillet ,Le mardi 12 octobre 2010 à 12:03:38 - 3 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Nemoptic est (était ?) une société française de recherche et de développement, actuellement engagée sur un projet de lecteur numérique à écran LCD. C'était l'espoir français de s'introduire dans la cour des grands Apple, Amazon et compagnie.

C'est raté. Faute de pouvoir présenter une technologie aboutie, Nemoptic a accumulé les dettes sans entrée de bénéfices. Une situation instable, qui a amené la société au redressement judiciaire.

« Le délai de deux semaines de mise en redressement était trop court pour trouver de nouveaux investisseurs susceptibles de prendre le relais », explique Jacques Angelé, directeur des programmes technologiques de Nemoptic.

Nemoptic a sans doute eu les yeux plus gros que le ventre. À la base, la société réalisait des écrans LCD. Avant de se lancer dans une nouvelle aventure, celle du Sylen (Système de Lecture Nomade). Nemoptic avait même reçu pour ce projet de lecteur numérique 2 millions d'euros de la part du gouvernement français.

Par la suite, la société s'était aussi orientée vers la fabrication d'un écran BiNem Oled. Ç’aurait été une première mondiale : un écran pouvant être en noir et blanc, économiseur d'énergie, ou en couleur OLED. Avec la possibilité de passer de l'un à l'autre selon les besoins (extérieur, soleil...).

Malheureusement, l'espoir français s'est effondré, cumulant jusqu'à plus de trois millions de déficit. La France, Internet et le numérique, c'est toujours pas ça.

Et quid alors de Binem ?

Une situation paradoxale, puisque Nemoptic avait le mois dernier présenté une technique d'affichage sur écran composé d'un double mode, à la manière de ce que Pixel Qi propose. Il s'agit d'une bascule selon les besoins de l'utilisateur entre encre électronique et OLED, une technologie baptisée Binem.

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
écrans - redressement - gouvernement - LCD



Réactions

Publié par Realité

 

Si effectivement la société présente un dette de 3 millions d'euros, elle a en plus depensé entre le capital privé amené, les crédits impots et subventions Anvar et autres étatiques + 50 millions d'euros. Aucun design significatif n'ayant été gagné, après 10 ans d'existence cette fin est logique.

Écrit le 21/10/2010 à 13:26

Répondre | Alerter

Publié par -

 

Source : Livres Hebdo, la veille

Écrit le 05/12/2010 à 22:43

Répondre | Alerter

Publié par o3k

 

Avec les salaires qu'ils se versaient c'est normal! j'ai fais parti de la vague de licenciement de 2008!

Écrit le 27/01/2011 à 19:55

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com