Patrimoine et éducation > A l'international > Actualité

Pas d'enthousiasme estudiantin pour les manuels scolaires numériques

Sous les pavés, les pages...

Le vendredi 08 février 2013 à 11:27:47 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

À Seattle, Amazon doit se mordre les doigts d'avoir raté son entrée dans les universités, et cela s'en ressent désormais dans les habitudes de consommation. Les étudiants, selon une nouvelle étude nationale de la Book Industry Study Group montre que le taux d'adoption du livre numérique n'a pas été folichon, durant l'année 2012.

 

 

Summertime lunch in Bryant Park, Aug 2009 - 27

Bryant Park, (CC BY_SA 2.0)

 

 

Seuls 6 % des étudiants ont recours à un manuel numérique pour leurs cours, un taux qui est identique à celui constaté durant la même période de l'automne 2011. Dans le même temps, on constate que les étudiants se détachent des livres imprimés : en 2012, un peu moins de 60 % d'entre eux utilisaient un manuel de physique pour leurs cours, contre un peu moins de 70 % auparavant. Près de quatre étudiants sur cinq achètent, louent ou empruntent leur manuel, soit une baisse de plus de 90 %.

 

Len Vlahos, directeur de la BISG, explique : « L'étudiant d'aujourd'hui en est aux premiers stades de la migration, mais c'est un mystère parce que nous ne savons pas vraiment vers où cette migration va nous mener. Cela ne se déroulera pas dans une période de deux à trois mois : c'est une tendance à long terme. »

 

L'adoption de manuels numériques n'est pas bonne, mais en revanche les systèmes d'apprentissage intégrés - plateforme pédagogique en ligne, groupes d'études et autres fonctionnalités interactives et sociales - ont le vent en poupe. En outre, moins de 5 % des étudiants utiliseraient une tablette comme principal outil scolaire, ralentissant évidemment l'adoption d'ebooks.

 

Pour les éditeurs, les bonnes nouvelles existent tout de même : près de 10 % des élèves qui ont recours au e-manuel assurent qu'ils l'ont acheté illégalement. Cependant, 30 à 40 % d'entre eux connaissent des gens qui piratent des manuels. L'un des premiers éléments qui les incitent d'ailleurs à pirater, c'est le prix des manuels : si leurs parents achètent les manuels scolaires, les étudiants sont enfin moins enclins à les pirater.

 

« La grande majorité des ebooks est achetée, et non piratée, empruntée depuis des bibliothèques ou copiée à partir de manuels d'amis et de membres de la famille », ajoute Joe Karaganis, vice-président de l'American Assembly at Columbia University et éditeur du livre, paru en 2011, Media Piracy in Emerging Economies. Selon les études, 85 % des étudiants se sont procuré légalement leurs ouvrages, chose essentielle pour le marché. 

 

Le contenu qui manque, les questions de droits et le partage de fichiers sont autant d'éléments qui peuvent également ralentir le marché numérique - et impliquer que le piratage augmente également dans les années à venir.

 

 

 

Pour approfondir

photo Solym Clément

   

Journaliste ActuaLitté média et high-tech. tête pensante et roseau flexible

 

Mots clés :
étudiants - manuels scolaires - adoption - universités



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

#StorySeller Ecrivez, on s'occupe du reste La littérature selon Amazon , le reportage selon Arte

Ceci est un Post LT/Commentaire du reportage Un format TRES bâtard, une succession de prises de notes relatant/paraphrasant en...

L'Académie Balzac et chapitre.com, Partenaires à la recherche de nouveaux auteurs

« L'édition oublie qu'elle doit tout aux auteurs et elle laisse les nouveaux partir chez Amazon Publishing. Il est...

Et maintenant, une page de publicité : « Spot », 35ème nouvelle du Projet Bradbury

La publicité fait, qu'on le veuille ou non (en général, c'est plutôt "ou non"), partie intégrante de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com