Culture, Arts et Lettres > Expositions > Actualité

Va-t-on vers la fin de la presse papier ?

Tout le monde le sait : la presse écrite se porte mal. Est-ce simplement un passage à vide ou un tournant historique ?

Par Victor de Sepausy,Le dimanche 02 mars 2008 à 07:00:00 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La presse papier va mal, et ce n’est pas une révélation que de le dire. Ces dernières années, elle a été le théâtre de plusieurs révolutions.

Internet, un nouveau média florissant

Tout d’abord celle de l’arrivée d’un média encore inexistant il y a quinze ans : Internet… et l’on ne sait pas encore aujourd’hui où est-ce que ce dernier arrêtera son expansion alors même qu’il fait dorénavant concurrence à la télévision, média qui paraissait encore il y a peu indétrônable. Pour la première fois en 2007, plus d’Américains ont cherché l’information sur les sites internet que dans la presse écrite.

Une presse écrite gratuite

Cela n’a pas suffi. Il a fallu que débarque en plus le phénomène de la presse gratuite (20 minutes, Economie matin…). Surtout présente dans les grandes villes. Mais face à elle, les grands quotidiens n’ont pas vraiment su comment réagir avec cette concurrence pleinement déloyale : un journal que l’on achète VS un journal que l’on vous donne !


La presse gratuite fait un tabac en Europe, et la France n’en est encore qu’au milieu du gué avec 22% de pénétration contre 50% en Espagne : elle est rapide à lire, ludique et décalée. 20 minutes est passé devant Le Monde en 2006 en termes d’audience.

Résultat : la presse écrite payante en berne

Alors, depuis ces bouleversements, on est allé de licenciements en campagnes de recapitalisations ou de rachats massifs pour la constitution de groupes de presse. Non sans oublier toutes les tentatives pour créer de la valeur ajoutée à tous nos quotidiens nationaux : des collections de DVD, de livres à prix attractifs couplées à l’achat d’un journal. Autrement dit, pour un peu plus, on vous en donne beaucoup plus.

Un éclatement des marchés publicitaires

Le problème, c’est que cela a un coût qu’il faut encore pouvoir absorber. Et ce qui fait une des principales ressources des grands quotidiens, c’est la publicité. Et celle-ci rétribue moins sur un marché de plus en plus éclaté. Se tournant vers l’avenir, chaque nouvelle année voit arriver davantage de capitaux sur le marché de la publicité en ligne.

Mais ce n’est pas tout. Face à une concurrence de plus en plus féroce, l’audience potentielle a tendance à se réduire comme peau de chagrin. En 2006 en France, les 18-34 ans lisent très peu le journal et déclarent à 71% passer moins de temps devant la télé pour aller sur internet (Médiamétrie). Cela laisse augurer un pâle avenir pour les quotidiens papiers…

Une actualité accessible et gratuite

Quand on travaille beaucoup et qu’on veut s’informer vite, on utilise le plus souvent internet avec de formidables portails d’actualités, tels que Yahoo actualités ou encore Google actualités qui rassemblent tous les sites à caractère informatif pour vous les offrir gratuitement (moyennant simplement quelques bannières publicitaires…). Dans un premier temps, une vague de procès avait tenté de mettre un terme à cette pratique, mais Google en est encore ressorti grandi. Il vous suffit sur Google Actualités de taper un mot-clef et voilà que vous avez ouvert la boîte de Pandore !

On pourrait encore ajouter un argument écologique : le papier est élaboré à partir de bois. Sans papier, ce sont des milliers d’arbres sauvés de la destruction massive.

Le problème dans tout cela, c’est le statut de journaliste. Avec une information que le public s’habitue à obtenir gratuitement, il faut tout de même que ceux qui la font de leurs petites mains trouvent de quoi manger. Le nerf de la guerre dans ce domaine reste la publicité. Mais plus possible tout de même de payer des armées de journalistes comme ce fut le cas par le passé. L’heure est aux restrictions, à la rapidité d’exécution.

Les investissements publicitaires aux Etats-Unis...

Selon une étude réalisée par l'institut américain Veronis Suhler Stevenson (www.vss.com), le total des investissements publicitaires dans les nouveaux médias (web, mobiles, jeux vidéo) devrait atteindre 61,9 milliards de dollars d'ici 2011, dépassant ainsi des médias traditionnels comme la télévision ou la presse écrite. En 2006, l'ensemble des investissements en communication et publicité représentait un total de 885 milliards de dollars.

… Pendant ce temps en France

Selon une étude réalisée par TNS Media Intelligence, l'IAB et le SRI, l'e-pub représentait au premier semestre plus de 10,8% du marché français de la publicité, talonnant désormais la publicité extérieure (11,4%), la radio (14,6%) et représentant près d'un tiers de la télévision (30%) ou de la presse (32% du marché). Mais en y ajoutant les revenus des liens sponsorisés, l'e-pub serait déjà considérée comme le troisième média et pourrait, avec son taux de croissance de 40 à 50% par an, effectivement dépasser presse et télévision dès le début de la prochaine décennie.

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
presse - papier - gratuite - internet



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

La traversée du chien, Pierre Puchot

Quatrième de couverture : « Elle se tient là, à trente kilomètres de Paris, cette immense ville-cité de la Grande Borne, [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com