Zone 51 > Inénarrable > Actualité

Voulez-vous épouser un écrivain ?

Un livre, une bague...

Par Clémentine Baron,Le lundi 11 avril 2011 à 12:07:16 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

L’auteur australien Chris Currie a profité de la parution de son premier roman The Ottoman Motel pour faire sa demande en mariage.

En effet, dans les remerciements, après les traditionnels messages adressés à l’éditeur, à la famille et aux amis pour les remercier de leur soutien indéfectible, Currie a ajouté un petit paragraphe bien plus original : « Pour ma favorite, celle qui donne une raison à ma vie, Leesa Wockner, qui, si elle lit ces mots, je l’espère acceptera de m’épouser, en dépit du nombre de virgules que contient cette phrase. »

Comment en est-on arrivé là ?


« Une des grandes choses que j'ai apprises après avoir obtenu un contrat d'édition c’est que tout prend du temps. Les contrats, les réécritures, l'impression, l'attente ... Mais je n'avais aucune idée de ce qu'est l’attente véritable. » A-t-il expliqué à Crikey.

L’attente véritable, il l’a découverte entre le moment où il a achevé le livre et sa publication un mois plus tard. Alors seulement il a pu faire sa demande officielle : champagne, bague et génuflexion, Chris Currie a fait les choses en bonne et due forme.

« Elle a tout de suite vu le mot "mariage" et elle a dit "Oui, bien sûr !", avant même que j’ai eu le temps de lui montrer la bague ( […] j’ai passé une bonne minute à essayer d’ouvrir la boite) et de me mettre à genou. Alors, je lui ai dit "Es-tu sûre ?", ce qui est la chose à ne surtout pas dire lorsque quelqu’un vient d’accepter de vous épouser, mais néanmoins tout s’est bien passé. »

Will you ?

C’est à proprement parler un nouveau départ pour le jeune homme, qui du jour au lendemain, se retrouve à la fois écrivain et marié. « Je suppose que le plus courageux (ou stupide) dans cette histoire, était de savoir que ma demande serait imprimée à jamais, et que je ressemblerais à un idiot complet si elle n’aboutissait pas. »

Pour sa demande, Chris Currie s’était peut être inspiré de l’économiste Peter Leeson, qui, deux ans auparavant, avait également fait sa demande en mariage par le biais de son livre : The Invisible Hook: The Hidden Economics of Pirates.

Je vous l’accorde, un livre d’économie c’est tout de même moins glamour qu’un roman, mais la jeune femme n’y a pas trop prêté attention lorsqu’elle a accepté la demande, selon the Guardian.

La technique a l’air efficace et les deux hommes sont heureux, ils gardent un souvenir indélébile de leur demande, comme l’affirme Currie : « Désormais, le moment le plus sublime de mon existence est préservé de la meilleure façon qu’il soit. » il ajoute, sarcastique « Voyons si vous pouvez en faire autant, ebooks ! »

Sources : , , ,

Pour approfondir

Mots clés :
chris - currie - demande - mariage



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Qui a peur du grand méchant loup ? « Chrono », 50ème nouvelle du Projet Bradbury

Le temps file : déjà le 50ème texte. D'ordinaire, chaque palier en dizaine est une source de satisfaction, mais à deux [...]

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com