Lecture numérique > Législation > Actualité

Les libraires indépendants précisent leur plainte contre Amazon

En accentuant l'affaire sur les DRM

Le vendredi 29 mars 2013 à 10:00:45 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

La semaine dernière les libraires indépendants ont précisé le contenu de leur plainte déposée contre le géant Amazon. Depuis le départ de cette affaire, nous savons que ces libraires mettent en cause la stratégie numérique d'Amazon (le format Kindle), ainsi que des accords de non-concurrence passés avec les six plus gros éditeurs. 

 

 

Amazon Kindle

James Cridland, CC BY 2.0

 

 

Les plaignants ont ajouté des éléments, avec l'idée de compliquer les choses pour la firme de Jeff Bezos. Amazon a en effet jusqu'au 25 avril pour espérer voir les poursuites abandonnées. Mais pour que le tribunal laisse tomber l'affaire, le site de vente en ligne va devoir prouver sa bonne foi. Et les libraires indépendants entendent bien lui compliquer la tâche. 

 

Selon Law 360, ces libraires indépendants confirment leurs accusations initiales, tout en les précisant. L'un de leurs avocats a rappelé qu'il s'agissait de faire valoir le fait qu'Amazon a mis en place un système de DRM « conçu spécialement pour s'assurer qu'ils seraient les seuls à pouvoir vendre des livres numériques. »

 

Toujours selon les libraires, les grands éditeurs auraient confirmé leurs contrats avec la firme de Seattle en 2012, contrats qui maintiennent les mêmes clauses concernant les DRM. Bref, il est question, maintenant plus que jamais, de pointer du doigt l'environnement fermé créé par Amazon. 

 

Leurs arguments d'attaque sont donc centrés autour de ces deux points, et, à l'approche du procès, ils ont voulu étoffer le dossier pour être sûrs qu'Amazon ne puisse pas s'en sortir trop facilement. 

 

Aux éditeurs, on leur reproche d'avoir signé un contrat avec Amazon qui rend quasi impossible la distribution de leurs livres numériques par d'autres canaux que celui du site en ligne. Selon les libraires, l'usage de ces fameux DRM n'a d'autre but que « d'accentuer la domination d'Amazon sur le marché des lecteurs de livres numériques. » Ce qu'ils entendent bien faire valoir comme un non-respect des règles de concurrence de base dans un environnement libéral. 

 

Les accords avec les éditeurs semblent désormais passer au second plan. Ce qui est maintenant le point central, c'est ni plus ni moins que le monopole d'Amazon sur le livre numérique. 

 

Il ne s'agit pas de la première affaire de ce genre. En revanche, cette insistance sur le fait qu'Amazon aurait créé un monopole délétère est un point qu'il convient de souligner. 

 

Pour autant, les principaux accusés ne semblent pas montrer de signes de faiblesse. Adam Rothberg, le porte-parole de Simon & Schuster a déclaré : « Nous pensons que cette affaire ne repose sur aucun fondement légal et nous avons l'intention de combattre vigoureusement ces accusations ». Rendez-vous donc le 25 avril pour le premier volet judiciaire. 

Pour approfondir

photo Thomann Xavier S.

   

Journaliste ActuaLitté. Littéraire et observateur (de la Porte Brancion). Cinéphile averti. Sans frais. A retrouver sur http://tribunelitteraire.wordpress.com

 

Mots clés :
Amazon - DRM - Simon & Schuster - Procès



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Le Paris me des kids, Marcella & Pépée

Présentation de l'éditeur : La Tour Eiffel dans tous ses états comme vous ne l'avez jamais vue. Couleurs pop et [...]

Mon nom est Dieu, Pia Petersen

Présentation de l'éditeur : Jeune journaliste à Los Angeles, Morgane devrait a priori se méfier de ce SDF dépressif et [...]

La tête sous l'eau

Le corps, une fois dans l'eau et en profondeur, remonte toujours à la surface. Il est comme une bouée, un ballon : il [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com