Le monde de l'édition > Reportages

Num@Lib : créer le réflexe numérique en librairie, c'est possible

Par Nicolas Gary,Le lundi 22 octobre 2012 à 09:04:34 - 6 commentaires

12

  • Zoom moins
  • Zoom plus
  • Signaler erreur
  • Imprimer
  • Envoyer à un(e) ami(e)

illustration

Connecter le papier au numérique a été l'un des grands enjeux de l'initiative Publie.papier, poursuite du chemin emprunté par Publie.net, où l'impression des livres à la demande offre non seulement un nouvel accès matériel au livre, mais également une offre commerciale où papier et numérique se complètent. Mais toute la difficulté est moins de proposer des offres que de les ancrer dans la sacro-sainte chaîne du livre. C'est avec ces réflexions que le projet Num@Lib planche sur une solution, avec pour finalité de « créer le réflexe numérique en librairie ». 

 

C'est le rôle de prescripteur dans la vente de livre que Num@Lib souhaite avant tout conserver ; passeur, le libraire est surtout « découvreur, de soutien des petits éditeurs, de conseil et de déclencheur de rencontres ». Or, constatant que la présence des grandes surfaces spécialisées et des sites marchands a déjà empiété sur la simple vente, l'essor du livre numérique pose de nouvelles questions. Si pour l'heure l'achat s'opère principalement par le biais des ebookstores liés aux appareils, ou via les sites marchands, Num@Lib veut associer la librairie à l'ebook. 

 

À l'initiative de ce projet, Rue des Promenades, qui a suscité l'adhésion le réseau de professionnels du livre Fontaine O Livres. Ce dernier va étiqueter le projet, et favoriser la rencontre avec différents acteurs, déjà nombreux, libraires, éditeurs, diffuseurs, acteurs du numérique (gestionnaires de bases de données, gestionnaires de flux, éditeurs de logiciels), communicants, une université et des institutionnels. Parmi eux, l'association Alire, qui à l'occasion de la Foire du livre de Francfort, avait posé ces questions, à l'approche d'une conférence de Tools Of Change : 

On commence avec le TOC : ateliers/conférences sur le livre numérique et ses futurs avec une question en tête : comment les libraires vont-ils pouvoir mobiliser et faire valoir commercialement pour le livre numérique leurs compétences acquises en magasin ? Renouveler son métier, d'accord, mais sans en appauvrir le rôle : restons des vendeurs passeurs de désir de livre et non pas des distributeurs automatiques de documents ! (voir Facebook)

 

Pour Charlotte Bayard-Noé, éditrice de Rue des Promenades, « il y a donc des convergences ». C'est que Num@Lib est aujourd'hui en phase de précadrage : l'idée est là, mais « l'éditeur est en recherche de partenaires pour monter le projet. Il faut un sponsor, pour assurer le financement, et un porteur : en effet, Rue des Promenades n'a pas de légitimité, au-delà de l'expression de son propre besoin ». 

 

 

 

 

Concrètement, Num@Lib cherche donc à montrer que le livre numérique peut entrer simplement en librairie. Au travers de son modèle de vente, il permettrait aux libraires d'identifier les variantes et d'aller vers les bonnes pratiques. Or, en faisant participer libraires et éditeurs, à l'étude des besoins, suivant les situations, le projet agrège les acteurs directement concernés. La dernière étape sera d'analyser les « les freins détectés à partir de situations réelles », car il n'est pas question de théoriser éternellement : s'ancrer dans les libraires et se confronter aux comportements des clients est indispensable. 

 

Entrée en douceur du numérique en librairie

 

Dans cette recherche de complémentarité entre papier et numérique, au sein des librairies, la question sera tout de même de faire cohabiter les deux offres, distinctement, tout en sachant les regrouper, au travers d'une offre attractive. Pourquoi le lecteur achèterait papier au prix fort et numérique également au prix fort ? « Cette complémentarité, c'est par exemple de profiter de la version numérique quand on offre un livre papier à un proche. Ou encore de pouvoir donner à ses enfants la version numérique quand on s'offre une oeuvre en beau format papier », précise Charlotte Bayard-Noé. « En pratique, il est tout à fait imaginable de mettre en place achat complémentaire au niveau financier - l'ebook pour 2€ de plus, etc. Rue des Promenades a déjà une offre similaire, mais pour le projet Num@Lib, ce sera sous réserve d'un accord des partenaires. »

 

Car l'offre porte bien l'accent sur la pratique commerciale, et non une solution technologique innovante. La vente complémentaire se déroulerait lors du passage en caisse - de là l'importance de disposer d'une offre couplée commercialement attractive. « Ce modèle, simple, présente l'intérêt de ne pas demander au libraire d'avoir à conseiller un livre numérique. Il favorise une entrée en douceur du numérique en librairie. »

 

 

 

 

En pratique, il implique de rassembler les briques qui aujourd'hui existent dans le secteur, (bases de données du livre, canaux de communication, module de caisse d'un logiciel de gestion de librairie...), avec quelques nécessaires ajustements. On pensera notamment au protocole d'enregistrement de la vente. La suite se déroule tout simplement, au moment de doucher le code-barre, mais le système informatique doit offrir plus éléments :

  • d'informer le libraire de l'existence de la version numérique pour le livre papier traité en caisse
  • d'inclure le livre dans la vente après accord de l'acheteur
  • de fournir à l'acheteur les moyens (un code sur une carte) de télécharger le livre

 

Ainsi, toute réticence viendrait avant tout d'un recul humain et moins d'une difficulté technique. Qui plus est, Num@Lib envisage d'accompagner cette solution commerciale de rencontres pour informer les clients, couplées à des supports de communication. « La présence d'acteurs du projet en librairie au démarrage, autant que le recueil et et l'analyse des freins, des tables rondes de partage d'expérience, sont autant d'événements importants pour lancer Num@Lib. »

 

Le numérique en librairie, c'est possible

 

Num@Lib une étape pour l'ebook

Cette aventure repose sur quatre points essentiels : la diffusion, l'expérimentation, son dimensionnement et la répartition des profits. 

Entre la faisabilité technique et l'étude des opportunités, Num@Lib cherche avant tout à débrouissailler les conditions dans lesquelles le livre numérique pourrait émerger dans les établissements. 

Num@Lib en quatre points majeurs 

« Il faut se rappeler que nous sommes une maison bimédia et cherchons des débouchés à nos livres numériques. C'est notre boulot de nous poser la question : où et comment vendre les livres numériques ? Internet fonctionne mieux pour les valeurs sûres qui drainent une adhésion facile du public que pour la création dans ce qu'elle a de novateur, de surprenant, de dérangeant. Personne n'est mieux placé ni plus pointu pour la défendre qu'un libraire. Notre ratio numérique/papier, en nombre d'exemplaires, est de 11 % numérique contre 89 % papier. »

 

Num@Lib sera une expérience limitée dans le temps et dont le périmètre est restreint, en terme d'acteurs et de couverture du besoin. Elle se base sur un modèle de vente parmi beaucoup d'autres. « Nous proposons ce modèle pour deux raisons : parce qu'il est simple à implémenter techniquement (la grosse difficulté est de mettre tout le monde d'accord, entre les éditeurs de logiciel, les gestionnaires de flux, les gestionnaires de bases de données, les plateformes de téléchargement), et parce qu'il correspond à ce que nous faisons déjà sur le site de Rue des promenades. » 

 

Il ne s'agit pas, à terme, de cantonner le numérique dans des offres secondaires. Cette expérience ne réglera pas tous les problèmes et n'apportera des réponses à toutes les questions. « L'important est d'entamer quelque chose, autour d'une concertation. De montrer qu'il n'y a pas de difficulté technique particulière, pas besoin de bornes pour que quelque chose soit possible. Et d'accompagner les libraires en étant attentif à leurs freins et à ceux du public, et de créer un précédent. »

 

 « À titre personnel, un libraire parisien m'a fait part d'un grand intérêt. Nous sommes également en contact avec des CRL en région pour savoir quels libraires cibler. Le début n'est pas encore fxé dans le temps. Ce sera fait au moment du cadrage du projet, si les vents sont favorables » explique  Charlotte Bayard-Noé. « Le numérique en librairie, c'est possible. Il appartient aux acteurs de la chaîne du livre de mettre en place les moyens qui leur conviennent plutôt que de s'en voir imposer. »

 



Réactions

Publié par TheSFreader

 

Très bonne approche, très constructive, et qui me semble pertinente : la valeur ajoutée du libraire ce n'est pas tant le choix et le stock (où Amazon est imbattable) que le conseil.

Un seul bémol cependant : il restreint ce conseil et cette approche aux livres présents en papier dans la librairie. Exit donc les livres 100% numériques ou en Impression à la Demande. Quelle solution ? Peut-être les "cartes livres" ?
http://www.deanwesleysmith.com/?p=5343

Écrit le 22/10/2012 à 10:46

Répondre | Alerter

Publié par LIBDOUC

 

Initiative à soutenir !
Nous vendons en librairie depuis 2009 (avec passage en caisse) des livres au FORMAT numérique après avoir conseillé les textes
Grace à Tite LIVE E Pagine qui est une vraie réponse à la nécessaire implication des libraires dans la chaine numérique
Bravo et longue vie à tous ceux qui y contribuent

Écrit le 23/10/2012 à 09:50

Répondre | Alerter

Publié par Hadrien Gardeur

 

L'objectif de ce projet ressemble beaucoup à ce qui est dès aujourd'hui possible avec OPDS (http://opds-spec.org).

Je prépare une nouvelle présentation à ce sujet qui s'accompagnera d'un site de présentation de cette technologie, et on a un scénario quasi identique à celui décrit ici (sauf que ça marche sans carte de téléchargement ou code à entrer).

Écrit le 23/10/2012 à 13:26

Répondre | Alerter

Publié par Rue des Promenades

en réponse à TheSFreader  

Bonjour,
La restriction vaut pour la durée de l'expérimentation. Il s'agit de commencer. Si l'expérimentation démontre que les choses peuvent se faire simplement, ce sera le moment d'aller plus loi.
Bien à vous
Rue des Promenades

Écrit le 24/10/2012 à 13:36

Répondre | Alerter

Publié par Rue des Promenades

en réponse à LIBDOUC  

N'hésitez pas à prendre contact !

Écrit le 24/10/2012 à 13:37

Répondre | Alerter

Publié par Rue des Promenades

en réponse à Hadrien Gardeur  

Bonjour,
En dépit de plusieurs tentatives, je ne suis pas parvenue à aller sur votre site.

Écrit le 24/10/2012 à 13:38

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Communiqué

Christian Garcin et "La Femelle du requin"

Dédicaces - Mardi 6 mai 2014 à 20h00 - A la librairie Rencontre avec Christian Garcin autour de ses derniers...

maestro diffusez vos communiqué sur actualitté

Profitez d'un vaste réseau de diffusion pour communiquer sur votre actualité, vos événements et vos parutions !
En savoir +

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com