Le monde de l'édition > Société > Actualité

Amazon absent du Salon du livre : un problème d'image en Europe

Et de bons prétextes...

Le dimanche 03 mars 2013 à 12:11:08 - 6 commentaires

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

C'était l'une des questions brûlantes de la conférence de presse qui présentait l'édition 2013 du Salon du livre de Paris : où est donc passée la firme Amazon, qui avait tant fait parler d'elle l'an passé ? Pour la première fois dans la vie de la société américaine, le Salon du livre de Paris, en 2012, avait vu l'apparition d'un stand de 80 m2 : jamais sur un salon du livre dans le monde on n'avait encore assisté à cela...

 

 

Bertrand Morisset, commissaire général du Salon du livre, au centre Vincent Montagne, PDG de Média Participation et président du SNE, et Christine de Mazières, secrétaire générale du SNE

 

 

Bertrand Morisset, commissaire général du Salon du livre rappelait, durant la conférence de presse, que l'an passé, Amazon n'était venu qu'avec le Kindle dans les mains, « dans une démarche de commercialisation, mais avant tout, pour regarder comment l'utilisateur final - en marketing, on appelle ça le destructeur final -, prenait en main le device et l'utilisait ». Une présence qui relevait alors plus de l'expérimentation et du contact direct avec le consommateur que d'une volonté marchande. 

 

Le Salon du livre, « c'est aussi une présence d'image, de rencontre. Ils étaient ravis, enchantés, et ils nous avaient quasi confirmé qu'ils revenaient. Mais il ne vous a pas échappé qu'au niveau européen, cette société actuellement vit quelques turbulences ». Il est vrai que récemment, un reportage diffusé sur une chaîne allemande, présentant en caméra cachée les conditions dans lesquelles travaillent les salariés, et surtout, l'encadrement assuré par une société de sécurité, ont mis le feu aux poudres. 

 

La chancelière, Angela Merkel, avait en personne demandé une enquête à Amazon, pour obtenir des détails sur cette intolérable situation, et les traitements réservés aux personnes. 

 

Ainsi, pour ce qui est de la présence d'Amazon en 2013, le commissaire général est prudent sur les termes : « Je crois savoir qu'ils souhaitent faire l'impasse d'une présence en Europe, en tout cas à Paris, c'est sûr, ils n'y seront pas, et on le regrette. »

 

Ni la direction France ni celle d'Europe n'ont choisi

 

Pour Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition, cette absence est d'autant plus préjudiciable qu'Amazon « n'est pas simplement un opérateur dans le monde numérique, mais c'est surtout un libraire ». Il explique avoir, au titre de président du SNE, et par conséquent, du Salon du livre, puisque la manifestation est coorganisée par Reed Expo et le SNE, écrit au président d'Amazon France, « voilà une semaine, pour regretter qu'il ne vienne pas. C'est aussi en habituant les différents acteurs, les éditeurs, à votre présence que vous vous ferez accepter d'eux de plus en plus. »

 

Et de parler d'une erreur, bien entendu, et d'un choix, que déplorait d'ailleurs le président d'Amazon France, Romain Voog, lui-même ne serait pas à l'origine de cette décision. « C'est une décision qui n'a pas été prise par la direction France, ni la direction Europe », souligne le commissaire général, ajoutant, avec un sourire : « Il existe des Américains timides. » 

 

Les possibilités, dans ce cas, ne sont pas nombreuses, et ActuaLitté avait déjà annoncé l'absence d'Amazon, voilà quinze jours, en révélant que ce refus émanait directement de la direction de Seattle - probablement pas de Jeff Bezos en personne cela dit. En effet, si Amazon souffre de problèmes d'images, le reportage de la chaîne allemande n'est peut-être qu'une goutte d'eau ayant fait déborder le vase. Car la décision que de ne pas venir au Salon du livre avait été prise bien longtemps avant cette affaire. 

 

L'affaire Virgin, un prétexte ?

 

Et à l'origine, nos sources nous confirmaient, le 12 février dernier, que c'est bien une intervention de la ministre de la Culture qui aurait mis le feu aux poudres. À la rue de Valois, on n'a pas souhaité commenter ce fait. Pourtant, tout est bien parti d'une intervention d'Aurélie Filippetti sur iTélé, où elle avait déclaré que la concurrence déloyale de distributeurs américains comme Amazon, avait participé à la chute de Virgin

 

Un message qui n'était pas du tout passé chez Amazon US, au point de décider que la sanction serait nette : pas de présence au Salon du livre de Paris. En mettant en relation la faillite de Virgin, et tenant Amazon pour responsable, la ministre avait probablement eu un propos malheureux... resté en travers de la gorge de l'Américain. Maintenant, la réalité des problèmes d'image d'Amazon ne peut pas être contestée en Europe. 

 

Toutefois, il faut comprendre un peu mieux la situation pour Amazon : venir au Salon était la meilleure occasion de prendre des coups, et il semble bien que l'intervention d'Aurélie Filippetti ait fouirni un joli prétexte pour ne pas s'y rendre. Se retrouvant dans une position tellement diabolisée - que ce soit à tort ou à raison - l'intelligence d'Amazon est finalement d'avoir su refuser le Salon, tout en faisant parler de cette absence.

 

Si l'an passé, la présence d'Amazon représentait un atout, la force de frappe du cybermarchand, aujourd'hui en contact direct et permanent avec le grand public, n'avait probablement pas besoin d'un supplément Salon du livre...

Pour approfondir

photo Gary Nicolas

   

Directeur de la publication de ActuaLitté. Homme de la situation.

 

Mots clés :
Amazon - Salon du livre de Paris - absence - livre numérique



Réactions

Publié par agirardot

 

En 21012 ? ;)

Écrit le 02/03/2013 à 13:23

Répondre | Alerter

Publié par AU PLAISIR DE LIRE

 

La chute de Virgin et bien d'autres dans le passé et dans l'Avenir...

Écrit le 02/03/2013 à 15:34

Répondre | Alerter

Publié par luc nemeth

 

cela m'est pénible d'être même fortuitement d'accord avec la nommée Filippetti, qui de mon point de vue représente ce que la Culture peut produire de pire -à savoir : ceux et celles qui en croquent !- mais il est certain Amazon n'a rien à faire à un Salon officiel, dès lors qu'Amazon.fr bafoue en permanence la loi sur le prix unique du livre.

Écrit le 03/03/2013 à 18:38

Répondre | Alerter

Publié par Note

 

L'année dernière Amazon est venue écoulée ses fins de stocks de son kindle préhistorique. Quelques semaines plus tard, apparaissait, la version Touch.

Tout le monde tapotait sur l'écran, bah quoi, comme sur une tablette.

Écrit le 04/03/2013 à 08:12

Répondre | Alerter

Publié par ACA75

 

Au lieu de se plaindre et de faire croire que le géant américain va nous détruire, que la France fasse mieux pour assurer sa présence sur Internet et dans le monde numérique! Ce n'est pas en s'indignant qu'on va de l'avant, mais en agissant !

Écrit le 04/03/2013 à 08:55

Répondre | Alerter

Publié par patbad

 

On s'en fout! Amazon c'est tout sauf une librairie, n'en déplaise à Vincent Montagne, ils se foutent le doigt dans l'œil jusqu'au trognon au SNE!
Ils n'ont toujours pas compris les Américains, qui ne pensent qu'argent et rentabilité, et qui les tueront lorsqu'ils auront atteint une position dominante, ce qui n'est plus très loin!!

Écrit le 04/03/2013 à 09:34

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

pub

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

Vers l'infini et au-delà : « Spoutnik », 49ème nouvelle du Projet Bradbury

Alors, bande de petits veinards, on est en vacances ? Pas moi ! Le Projet Bradbury se reposera quand il en aura terminé avec les [...]

Les écrivains et leurs lecteurs

  Je viens de lire deux ouvrages très différents qui mettent cependant en scène tous les deux des écrivains et des [...]

Surfing, Jim Heimann

Présentation de l'éditeur : Apportez une touche d'adrénaline à votre quotidien. Avec le calendrier perpétuel [...]

Livre numérique gratuit

Sondage

Un abonnement pour les livres numériques, en illimité, ça vous inspire quoi ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com