Lecture numérique > Usages > Actualité

Albanel : Tiers de confiance, Orange offrira un 'droit de lecture'

Sur les livres numériques ? C'est trop aimable...

Par Nicolas Gary,Le lundi 10 octobre 2011 à 16:42:10 - 1 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

Directrice exécutive d'Orange, dans les secteurs de la communication, du mécénat et de la stratégie, Christine Albanel était invitée par France Culture pour évoquer deux ou trois points... dont les problématiques liées au livre numérique. Tout un programme.


Entrant de plain-pied dans le programme d'Amazon, qui vend des ebooks par le biais de son écosystème, qui n'appartiennent finalement jamais à l'utilisateur, l'ancienne ministre de la Culture explique, que de son point de vue, c'est « un droit de lecture » que le client de Orange va acheter. Et pas un livre du tout...

 

Orange vendeur de livres, aussi

 

C'est que le groupe a une politique sur les contenus qui est claire. Depuis une vingtaine de jours, le portail Read&Go, chargé de vendre toute l'offre numérique proposée par MiLibris est désormais installé solidement sur le site internet. Après le lancement de l'application pour Android, le service est donc ouvert, à la condition expresse d'être un client Orange, bien sûr. (voir eBouquin

 

Et la princesse, elle a le droit ?

 

Or, explique Numerama, dans son entretien, Christine explique comment et par quelle politique, le fournisseur d'accès entend mettre en place une offre... différente de celle des gros acteurs du net.

Avec dans l'idée d'intégrer les librairies, dont Christine salue le vaste réseau, elle fait état d'une solution qui est actuellement testée par les éditions Fleurus, à savoir, proposer une version numérique pour un supplément assez attractif, dès lors que l'on a acheté la version papier. (voir notre actualitté

 

Les libraires au centre... de l'Ouest ?

 

Cette démarche clairement affirmée comme un moyen de remettre les libraires dans la boucle de vente d'ebooks est, selon l'éditeur, une solution clairement orientée pour enfin réconcilier papier et numérique. « Il faut souligner que la première réaction de Media Participations a été de savoir comment il serait possible d'impliquer les libraires. Et en cas de problèmes avec la loi sur le prix unique du livre numérique, de réfléchir à de nouvelles modalités de mise en place », nous expliquait la maison.

 

Et forte de ce que les conseillers Orange ont pu lire dans les colonnes de ActuaLitté, voilà donc que Christine Albanel trouve un argument de prime abord intéressant.

Et bien pouvoir aller dans une librairie, acheter un bouquin, et que le libraire vous dise, je ne sais pas, que pour trois euros de plus « vous pouvez avoir la version numérique, et puis cet auteur a fait un autre bouquin que l'on ne trouve qu'en numérique, vous pouvez aussi le trouver sur cette borne... »

On croirait que la dame à tout compris, et qu'enfin, un acteur va s'orienter vers une solution pertinente, en collaboration avec les éditeurs et les libraires. On croirait même une seconde que la grande librairie en cloud que prépare Orange avec des libraires pourrait être une solution géniale...


On le croirait, certes, mais à tort. Car la suite est assez forte :

Sachant que finalement vous achetez un droit de lecture, France Télécom Orange étant un tiers de confiance, étant celui qui va gérer votre droit de lecture, vous retrouvez beaucoup de vocations de France Télécom Orange : la capacité d'innovation, la sécurité, la pérennité... et là je trouve que l'opérateur est complètement dans son rôle.

Voilà comment on se retrouve avec un rêve flingué en deux temps, trois mouvements. Orange qui gérerait le droit de lecture... Un fournisseur d'accès à internet qui désormais pourrait être en mesure de maîtriser l'accès aux oeuvres achetées peut-être ? Est-ce bien cela qui se prépare avec la librairie Cloud ?


Numerama a raison de s'inquiéter des propos de l'ancienne ministre, et que du droit de lecture, on bascule assez facilement vers le droit de lire. Mais que, plus encore, ce type de solutions de contrôle laisse entendre que la fin des DRM n'est pas pour demain. Très étrange méthode, et perspectives assez peu convaincantes, définitivement.


Retrouver l'émission sur France Culture

Pour approfondir

Mots clés :
Christine Albanel - Orange - ebooks - lecture



Réactions

Publié par RenoV

 

Pour avoir eu quelques infos sur le modèle ("ouvert" contrairement à Amazon & Co), je pense que celui-ci est très intéressant notamment pour les libraires qui pourront enfin intégrer l'univers numérique sans entrer dans la complexité technique que cela demande.

Pour le rôle d'Orange dans ce nouveau modèle, je pense qu'il ne faut pas caricaturer. Orange (et d'autres opérateurs telco) jouent en quelque sorte le rôle de "coffe fort numérique". Ils garantissent la conservation et l'accès sur n'importe quel terminal au livre acheté. C'est un métier très technologique (cloud computing, sécurisation), tournée vers la mobilité (tablette, ereader, smartphone) et qui demande aussi pas mal de service client (gérer le SAV). Donc en ce sens les opérateurs me semblent des acteurs qui maîtrisent ces métiers bien plus que les libraires ;)

Écrit le 11/10/2011 à 10:05

Répondre | Alerter

 

Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com