Lecture numérique > Usages > Actualité

Une semaine chez Numerama : revue de presse, volume 4

A la fin de l'été, on fera la compilation des meilleurs titres o_O

Par Nicolas Gary,Le samedi 30 juin 2012 à 11:05:38 - 0 commentaire

Zoom moins Zoom plus Signaler erreur Imprimer Envoyer à un(e) ami(e)

12

C'est samedi, il fait - enfin - très beau, et l'envie d'aller gambader dans les près (pas Saint Germain...) démange. Alors, ne faisons souffrir personne, et livrons sur le champ la revue de presse tant attendue de nos confrères de Numerama. Le meilleur de l'information high-tech, sur toute la semaine. Du condensé de meilleur, impossible à lyophiliser.



Lundi : Avez-vous déjà acheté des objets virtuels dans des jeux vidéo ? Pour Diablo 3, Blizzard a carrément mis au point une salle des marchés dans laquelle les joueurs peuvent acheter et revendre des objets aux enchères, moyennant une commission prélevée par l'éditeur du jeu. Mais attention, comme dans la vie réelle, les objets de Diablo 3 peuvent se déprécier du jour au lendemain s'ils ne sont plus à la mode. Des mises à jour peuvent être appliquées par Blizzard qui changent les règles du jeu et font perdre leur valeur aux objets qui apportaient autrefois une plus-value au joueur.

 

Mardi : L'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) réussit enfin à faire adopter le Traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles, censé apporter des droits supplémentaires aux acteurs de films ou séries TV, danseurs, comédiens, etc. Mais le texte approuvé après deux décennies de négociations aboutit à une eau de boudin, qui laisse les États libres de choisir leur régime de protection. Une seule certitude : les producteurs sont les principaux bénéficiaires de l'accord.

 

Copyrights vs. human rights

 

 

Mercredi : Le mot "juif" ne devrait plus être suggéré quand les internautes recherchent des noms de personnalité sur Google. Le moteur de recherche a obtenu que les organisations de lutte contre l'antisémitisme et le racisme retirent la plainte qu'elles avaient déposée, grâce à une médiation qui a abouti à un accord. Mais les contours de l'accord sont étrangement confidentiels, et laissent planer un doute sur son contenu. Aucune des parties concernées ne souhaite confirmer que le mot "juif" sera bien supprimé des suggestions, ni dire si les résultats mêmes du moteur de recherche seront impactés sous l'effet de l'accord. Jusqu'où Google a-t-il accepté d'atteindre à la neutralité technologique qu'il a toujours revendiquée ?

 

Jeudi : L'excuse à la con de la semaine (pardon). Le Figaro s'est créé une très mauvaise image en exigeant qu'une institutrice, qui se trouve s'appeler Elise Figaro, n'appelle plus son blog « la classe de Mme Figaro ». Le groupe de presse a envoyé une lettre d'avocat des plus menaçantes, qui lui promettait le risque d'une condamnation pénale jusqu'à 3 ans d'emprisonnement, si elle n'obtempérait pas à ne plus utiliser la marque "Madame Figaro" pour dire son propre nom. Devant le déferlement médiatique qui s'est abattu, le magazine a publié un communiqué dans lequel il se justifie en expliquant en expliquant qu'il "n'a fait qu'appliquer une procédure systématique". Or le systématisme est la négation de l'intelligence, et c'est bien ce systématisme qui était reproché au groupe de presse.

 

Vendredi : Pascal Nègre nous manquait ! Cela faisait quelque temps que le patron d'Universal Music n'en avait pas sorti une rigolote dans sa lutte contre contre le piratage. Et là, il nous a comblés. "Les autistes, il faut leur parler ; et les énervés, il faut leur foutre un coup sur la gueule, ça les calme", a-t-il déclaré en parlant des internautes pris plusieurs fois dans les mailles de la Hadopi. Vivement la prochaine.


Pour approfondir

Mots clés :
Pascal Nègre - Figaro - juif - Google



Publier un commentaire

 

publier mon commentaire

Suivez-nous

Désinscription

Les blogs de la rédaction

La blancheur qu'on croyait éternelle, Virginie Carton

Présentation de l'éditeur : Mathilde aimerait bien devenir chocolatière mais elle est trop diplômée pour ça. Elle ne...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date ou...

Dessins littéraires

Croquis de mémoire définit bien les textes de Jean Cau de ce volume : ce sont des souvenirs esquissés, sans souci de date, de...

Livre numérique gratuit

Sondage

Les éditeurs et la promotion des livres : paroles d'auteur

 

 

 

 

 

 

 

Voir les résultats

 

© 2007 - 2014 - actualitté.com