Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Alan Moore n'a pas toujours refusé d'adapter Watchmen

Clément Solym - 02.02.2012

Manga/BD/comics - Comics - Alan Moore - Watchmen - épisodes


Le lancement d'un paquet de sept mini séries tournées autour de l'univers de Watchmen, une création originale d'Alan Moore et Dave Gibbons, a hier fait grand bruit. L'éditeur, DC Comics, n'a pas raté son coup, même si le scénariste le plus déjanté de la planète a fait savoir qu'il n'allait pas laisser passer Before Watchmen sans réagir.

 

« Je ne veux pas d'argent. Tout ce que je veux c'est que ce truc n'arrive pas. » Selon lui, les comics représentent une forme authentique de littérature : « Et autant que je sache, il n'existe ni préquel ni suite à Moby Dick. »

 

Bon, en l'occurrence, Alan Moore a beau assurer qu'il affûte ses avocats pour empêcher les futures séries de sortir, il ne s'en trompe pas moins : il existe un préquel à Moby Dick, nommé Achad, et réalisé par Patrick Mallet (dessin et scénario)

 

Mais quoi qu'il en soit, le petit Alan est contrarié de voir que sa fresque va être exploitée, pour de basses raisons commerciales. 

 

 

Pourtant, il vient d'être pris à défaut, par l'auteur de jeux de rôle Dan Greenberg, qui explique, dans un très long entretien, sur Comic Book Ressources, comment s'est conçue une adaptation de l'univers Watchmen, en vue d'un JDR. Au travers d'un titre qui, selon ses dires, « pousse hors de la fin du comics, mais également préfigure la fin de la BD ». 

 

Et surtout : Alan Moore fut « particulièrement généreux avec son temps, et en patience, me donnant des réponses détaillées à d'inépuisables questions. J'ai été particulièrement honoré qu'il en vienne à m'appeler pour me parler de ses dernières idées ». 

 

Il ne s'agissait donc que d'une forme d'extension à l'univers de Watchmen, et pas du tout une suite ni un préquel, comme ce que va essayer de publier DC Comics. En outre, nous étions en 1986, et à l'époque, Watchmen battait son plein, avait des fans partout sur la planète, et finalement, l'extension à un jeu de rôle pouvait permettre de compléter en partie le succès connu par le titre. 

 

Et puis, Daniel Greenberg reconnaît avoir « travaillé très dur pour convaincre tout le monde », autant l'éditeur, que les auteurs, avec dans l'idée qu'une sortie du jeu serait une grande chose. 

 

Depuis l'annonce d'hier par DC Comics, le net est en ébullition : Alan Moore a-t-il raison de vouloir empêcher le lancement de Before Watchmen ? Etait-il possible de travailler sur cette série sans lui ni Dave Gibbons, qui a pourtant donné un accord de principe, sans accepter toutefois de mettre la main à la tablette graphique ?

 

Peut-être qu'entre cette époque et aujourd'hui, la logique commerciale autour des mini séries le fait simplement plus vomir...