Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Alberto Cedrón et Julio Cortázar : un dernier atelier en exil

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 10.12.2013

C'est un ouvrage insolite signé Alberto  Cedrón et Julio Cortázar. Un texte inédit, un roman graphique qui traite des dictatures argentines, réalisé voilà 35 ans à Paris, et que les éditions CMDE publient pour la première fois. Une découverte que Mathias de Breyne, le traducteur, a faite en Argentine, ayant pris contact avec les veuves des deux auteurs. Dans un texte qu'il a confié à ActuaLitté, il raconte la naissance de cette oeuvre conjointe, son approche historique, mais également sa rencontre avec l'artiste, chez lui, dans sa maison-atelier de Buenos Aires, le dernier atelier de la liste lorsqu'il est rentré d'exil 30 ans plus tard. 

 

 

 

 

Des ateliers, Alberto Cedrón en a eu pléthore – Argentine, Venezuela, Italie, France, Portugal, Brésil... Le dernier en date à Buenos Aires, lorsque la boucle enfin bouclée après 30 ans d'exil le ramène chez lui, grâce à une de ses œuvres phares : La racine de l'ombú, création conjointe avec l'écrivain franco-argentin Julio Cortázar. Cette œuvre n'ayant pu paraître sous la dernière dictature argentine (1976-1983) a vécu en exil avec son créateur jusqu'au jour où un commissaire d'exposition, Facundo de Almeida, a eu la bonne idée de publier ce livre à l'occasion des 90 ans de la naissance de Cortázar en 2004. Il attendra encore 9 ans pour être disponible en français.

 

« L'exil fait voyager et créer ailleurs, mais je m'en serais bien passé », m'a dit Cedrón lorsque nous avons parlé, lorsque je l'ai écouté longuement dans sa maison-atelier de la capitale argentine où il avait commencé à dessiner et peindre dans les 1950-1960. Des ateliers, des œuvres et des rencontres aux quatre coins du monde. Né en 1937, Alberto Cedrón est rentré chez lui seulement quelques années avant de repartir pour un autre long voyage, en 2007. Il disait : « Tu sais quand t'es au lit et tu trouves pas la bonne position, quand tu sens que la nuit est maudite... toute une nuit maudite qui pour moi a duré de nombreuses années, c'est pour ça que je suis là, je tenais plus, l'humour argentin me manquait et la lumière de cette ville – Buenos Aires –, si différente de la lumière de l'exil... » 

 

Des peintures murales au Portugal et à Buenos Aires, dont certaines ont été détruites, mais il reste la plus célèbre bien qu'en lambeaux, sur la Plaza Roberto Arlt, un des écrivains argentins cultes.

 

Son dernier atelier était impressionnant, regorgeait de vie, d'objets, on était presque assis sur des œuvres. Une pièce-arc-en-ciel tellement la couleur était omniprésente. Des tableaux, des dessins, des ébauches, notamment de La racine de l'ombú. On peut voir l'une d'elle sur le site internet de l'artiste où il a écrit en bas à droite, avant de signer : « ébauches pour La racine de l'ombú, montrer à Julio. Cedrón 75. » 

 

Il était en exil en Italie lorsqu'il rendit visite à Cortázar dans la capitale française pour lui proposer d'écrire le scénario de La racine de l'ombú, en 1977. 

 

Cortázar a dit de Cedrón : « Ses valeurs, qui sont grandes, représentent l'Argentine, s'imprègnent des valeurs de l'amour et de la fidélité façon argentine, ces valeurs qu'un jour nous remettrons dans le droit chemin. »

 

L'ombú, symbole argentin, est parti lui aussi en exil avec l'artiste et l'écrivain. Un symbole pour de nombreuses raisons, mais sans doute la plus importe : l'arbre a vu naître la littérature et l'art argentins. On doit avant tout préciser que l'ombú est une plante herbacée, comme on dit dans le jargon botaniste, et non un arbre, pourtant le diamètre de son tronc et de ses racines visibles est si large (pouvant atteindre une vingtaine de mètres de diamètre), l'arbre est si grand, sa vie est si longue, qu'on ne peut penser que c'est une plante. Cet herbacé, donc, est un peu l'oasis des fameux gauchos dans la pampa – la Pampa qui est une des 23 provinces argentines et pas seulement une dénomination d'un paysage désolé à perte de vue – qui se reposaient à l'ombre de ses feuilles persistantes, qui y passaient la nuit, y mangeaient leurs grillades. On le retrouve dans la poésie gauchesque. 

 

Ombú est un mot guaraní, qui veut dire ombre. Lors de l'indépendance argentine, en 1916, les premiers grands textes argentins voient le jour. Un des plus célèbres et magnifiques d'entre eux : La captive, d'Esteban Echeverria, dont l'histoire prend corps en pleine pampa. La littérature argentine est née. Puis on retrouve l'ombú en plein Buenos Aires, sur différentes places importantes, dans différents parcs et quartiers, et en ville il est encore plus impressionnant. On peut littéralement grimper aux racines, se tenir debout entre elles, s'y asseoir, s'y allonger, s'y cacher... elles sont comme des troncs. Les personnages d'Alberto Cedrón sont obnubilés par cet arbre, ses racines et pour l'artiste et l'écrivain de cette œuvre géniale, c'était une façon de symboliser l'histoire récente et tragique de leur pays. Toute l'histoire dissimulée sous les racines. Elles symbolisent l'enfance du peintre, ses souvenirs, l'histoire de sa famille italienne qui est retracée dans le livre.

 

J'avais promis à Alberto que La racine de l'ombú paraîtrait un jour en France, cela avait du sens pour lui. Voilà qui fait, chez un éditeur qui a respecté l'œuvre et façonné un livre à la hauteur de l'œuvre. La racine de l'ombú parle d'elle-même.

 

Des expositions mettant en exergue des planches agrandies du livre auront lieu ici et là, notamment lors du Festival Cinélatino de Toulouse en mars 2014 et du Salon du livre 2014 où l'Argentine et Cortázar seront à l'honneur.

 

Mathias de Breyne 

 

La racine de l'ombú, Alberto Cedrón et Julio Cortázar, sur Chapitre.com

Traduction Mathias de Breyne, Editions CMDE

  

 

Derniers romans de Mathias de Breyne :

Mourir avec son temps, Sulliver 7 décembre 2013

Direct dans la mâchoire, anthologie bilingue de littérature argentine contemporaine, Nuit Myrtide 2012

 

L'édition d'audiobooks récompensée par les Excellence awards

  • Partager sur Twitter

Laure Besnier - 13.10.2017

The London Book Fair, en partenariat avec la so british Publishers Association, vient d'ajouter une toute nouvelle catégorie à leur Excellence Awards, qui récompensent l'industrie internationale du livre et ses différents métiers : des éditeurs, en passant par les libraires, jusqu'aux agents littéraires. Dans un souci de modernisation et d'adaptation aux changements que connaît le secteur, ils prévoient de récompenser désormais les audiobooks.    La Foire du Livre de Londres en 2017, ActuaLitté, CC BY SA 2.0 Le nouveau prix pour l'édition d'audiobooks,...

630.000 spectateurs devant La Grande Librairie

  • Partager sur Twitter

Nicolas Gary - 13.10.2017

Hier, jeudi 12 octobre, La grande librairie présentée par François Busnel se hisse une nouvelle fois à son meilleur niveau de l’année en réunissant 630.000 téléspectateurs pour 2.7 % de PdA.     En plateau, François Busnel recevait Perrine Desproges, François Morel, Daniel Morin, Saphia Azzeddine, Isabelle Monnin, Christophe Honoré, Alexandre Jardin.  

Deuxième sélection du Grand Prix du roman 2017 de l'Académie française

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 12.10.2017

La Commission du Grand Prix du Roman de l'Académie française a établi, le jeudi 12 octobre 2017, sa deuxième sélection, en vue de l'attribution du Grand Prix du Roman, qui sera décerné le jeudi 26 octobre. Immortels à l'oeuvre - ActuaLitté, CC BY SA 2.0 Elle a retenu les titres suivants, présentés selon l'ordre alphabétique des auteurs :   Avant que les ombres s'effacent, de Louis-Philippe Dalembert Tiens ferme ta couronne, de Yannick Haenel Mécaniques du chaos, de Daniel Rondeau Les Vacances, de Julie Wolkenstein.

Prix de Flore 2017, deuxième sélection : ça chauffe

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 12.10.2017

Le jury du Prix de Flore a établi sa deuxième sélection mercredi 11 octobre 2017 au Café de Flore à Paris. Cette première liste comporte 5 titres.Le Prix de Flore 2017 sera décerné mercredi 8 novembre 2017. sergeymk, CC BY 2.0   Et les cinq auteurs retenus sont les suivants :  Pierre Ducrozet, L’invention des corps (Actes Sud) David Dufresne, New Moon (Seuil) Eva Ionesco, Innocence (Grasset) Marion Vernoux, Mobile home (L’Olivier) Zarca, Paname underground (Goutte d’Or) Et certains ne cachent pas leur satisfaction    Bon, eh bien le...

Interforum : Fanny Ruph nommée directrice de circuit e-commerce

  • Partager sur Twitter

Clément Solym - 11.10.2017

Le directeur général de la diffusion et du marketing d’Interforum, Olivier Fornaro, vient d’annoncer la nomination de Fanny Ruph, au poste de directrice de circuit e-commerce. Elle remplace Laurent Soyer, parti récemment de l’entreprise.   Fanny RUPH, avec l’équipe e-commerce, a pour principales missions : Le développement du e-commerce physique et numérique auprès des clients revendeurs pure player et des enseignes multi-canal.  La refonte du site interforum.fr et son développement en coordination avec les réseaux. La distribution et le...

Québec : Décès de l’écrivain Jean-Yves Soucy

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 10.10.2017

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que les éditions XYZ font part du décès de l’écrivain Jean-Yves Soucy. Ce dernier était un « fidèle ami de la maison depuis plusieurs années et réviseur attitré de l’éditrice Marie- Pierre Barathon ».      Jean-Yves Soucy est né le 2 mars 1945. Après avoir occupé divers emplois un peu partout au Québec, il s’installe à Montréal au début des années 1970. Il deviendra successivement travailleur social chez les Petits Frères des pauvres, journaliste à Radio-Canada international et rédacteur à...

Cuisine et Évasion : deux coffrets cadeau de lecture numérique chez Youboox

  • Partager sur Twitter

Nicolas Gary - 10.10.2017

L’application de lecture dématérialisée Youboox prend le pari de matérialiser son offre de plus de 100 000 titres numériques sous forme de coffrets cadeaux. En ce mois d’octobre, la start-up commercialise deux coffrets cadeaux sur les thèmes Cuisine et Évasion, permettant un accès de 6 mois à la totalité de la bibliothèque. Le tout pour une quarantaine d’euros.     Une fois de plus, Youboox cherche une diversification de son modèle économique, en proposant un mode de lecture plus libre et à prix accessible. C’est dans cette démarche que la start-up a...

Cinq finalistes pour le Prix Ouest-France/Quai des Bulles 2017

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 09.10.2017

Les 27, 28 et 29 octobre prochains se déroulera le festival de bande dessinée Quai des Bulles, à Saint-Malo. En attendant ce grand événement du monde du 9e art, voici la liste des cinq albums toujours en course pour le Prix Ouest-France/Quai des Bulles 2017. Le ou la lauréate succédera à Smolderen et Clérisse, salués pour L'été Diabolik (Dargaud).   Le prix sera remis le samedi 28 octobre 2017, pendant le Festival Quai des Bulles. L'album lauréat aura le privilège d'une campagne de publicité dans le journal Ouest-France, tandis que les auteurs recevront une...

Record d'audience pour La Grande Librairie de François Busnel

  • Partager sur Twitter

Florent D. - 07.10.2017

Score historique, c’est ce qu’annonce La Grande Librairie de François Busnel qui recevait ce 5 octobre un plateau d’écrivains de qualité. Au menu étaient présents Matthieu Ricard, JMG Le Clézio, Véronique Olmi, Christian Bobin et Raoul Peck.   Et les spectateurs se sont montrés particulièrement attentifs, à en croire les chiffres avancés. La grande librairie présentée par François Busnel a réalisé sa meilleure performance de l’année en réunissant 609.000 téléspectateurs pour 2,6 % de PdA, assure France 5.   Radio ou télé, La...

Le Prix des lecteurs lycéens de L'Escale du Livre 2018 garde 3 romans de la rentrée

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 06.10.2017

Il y a quelques jours, le jury du Prix des lecteurs de L'Escale du Livre 2018, créé et organisé par l’association Escales littéraires Bordeaux Aquitaine, dévoilait sa sélection de 5 romans de la rentrée littéraire, en attendant la remise de la récompense en avril 2018, au moment du festival L'Escale du Livre. C'est au tour des lycéens de dévoiler leur sélection.   Depuis maintenant 2 ans, s’est crée le Prix des lecteurs Lycéens avec 2 lycées partenaires : le lycée Montesquieu de Bordeaux et le lycée Les Iris de Lormont, soit 8 classes de seconde. Parmi les...