Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Alberto Cedrón et Julio Cortázar : un dernier atelier en exil

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 10.12.2013

C'est un ouvrage insolite signé Alberto  Cedrón et Julio Cortázar. Un texte inédit, un roman graphique qui traite des dictatures argentines, réalisé voilà 35 ans à Paris, et que les éditions CMDE publient pour la première fois. Une découverte que Mathias de Breyne, le traducteur, a faite en Argentine, ayant pris contact avec les veuves des deux auteurs. Dans un texte qu'il a confié à ActuaLitté, il raconte la naissance de cette oeuvre conjointe, son approche historique, mais également sa rencontre avec l'artiste, chez lui, dans sa maison-atelier de Buenos Aires, le dernier atelier de la liste lorsqu'il est rentré d'exil 30 ans plus tard. 

 

 

 

 

Des ateliers, Alberto Cedrón en a eu pléthore – Argentine, Venezuela, Italie, France, Portugal, Brésil... Le dernier en date à Buenos Aires, lorsque la boucle enfin bouclée après 30 ans d'exil le ramène chez lui, grâce à une de ses œuvres phares : La racine de l'ombú, création conjointe avec l'écrivain franco-argentin Julio Cortázar. Cette œuvre n'ayant pu paraître sous la dernière dictature argentine (1976-1983) a vécu en exil avec son créateur jusqu'au jour où un commissaire d'exposition, Facundo de Almeida, a eu la bonne idée de publier ce livre à l'occasion des 90 ans de la naissance de Cortázar en 2004. Il attendra encore 9 ans pour être disponible en français.

 

« L'exil fait voyager et créer ailleurs, mais je m'en serais bien passé », m'a dit Cedrón lorsque nous avons parlé, lorsque je l'ai écouté longuement dans sa maison-atelier de la capitale argentine où il avait commencé à dessiner et peindre dans les 1950-1960. Des ateliers, des œuvres et des rencontres aux quatre coins du monde. Né en 1937, Alberto Cedrón est rentré chez lui seulement quelques années avant de repartir pour un autre long voyage, en 2007. Il disait : « Tu sais quand t'es au lit et tu trouves pas la bonne position, quand tu sens que la nuit est maudite... toute une nuit maudite qui pour moi a duré de nombreuses années, c'est pour ça que je suis là, je tenais plus, l'humour argentin me manquait et la lumière de cette ville – Buenos Aires –, si différente de la lumière de l'exil... » 

 

Des peintures murales au Portugal et à Buenos Aires, dont certaines ont été détruites, mais il reste la plus célèbre bien qu'en lambeaux, sur la Plaza Roberto Arlt, un des écrivains argentins cultes.

 

Son dernier atelier était impressionnant, regorgeait de vie, d'objets, on était presque assis sur des œuvres. Une pièce-arc-en-ciel tellement la couleur était omniprésente. Des tableaux, des dessins, des ébauches, notamment de La racine de l'ombú. On peut voir l'une d'elle sur le site internet de l'artiste où il a écrit en bas à droite, avant de signer : « ébauches pour La racine de l'ombú, montrer à Julio. Cedrón 75. » 

 

Il était en exil en Italie lorsqu'il rendit visite à Cortázar dans la capitale française pour lui proposer d'écrire le scénario de La racine de l'ombú, en 1977. 

 

Cortázar a dit de Cedrón : « Ses valeurs, qui sont grandes, représentent l'Argentine, s'imprègnent des valeurs de l'amour et de la fidélité façon argentine, ces valeurs qu'un jour nous remettrons dans le droit chemin. »

 

L'ombú, symbole argentin, est parti lui aussi en exil avec l'artiste et l'écrivain. Un symbole pour de nombreuses raisons, mais sans doute la plus importe : l'arbre a vu naître la littérature et l'art argentins. On doit avant tout préciser que l'ombú est une plante herbacée, comme on dit dans le jargon botaniste, et non un arbre, pourtant le diamètre de son tronc et de ses racines visibles est si large (pouvant atteindre une vingtaine de mètres de diamètre), l'arbre est si grand, sa vie est si longue, qu'on ne peut penser que c'est une plante. Cet herbacé, donc, est un peu l'oasis des fameux gauchos dans la pampa – la Pampa qui est une des 23 provinces argentines et pas seulement une dénomination d'un paysage désolé à perte de vue – qui se reposaient à l'ombre de ses feuilles persistantes, qui y passaient la nuit, y mangeaient leurs grillades. On le retrouve dans la poésie gauchesque. 

 

Ombú est un mot guaraní, qui veut dire ombre. Lors de l'indépendance argentine, en 1916, les premiers grands textes argentins voient le jour. Un des plus célèbres et magnifiques d'entre eux : La captive, d'Esteban Echeverria, dont l'histoire prend corps en pleine pampa. La littérature argentine est née. Puis on retrouve l'ombú en plein Buenos Aires, sur différentes places importantes, dans différents parcs et quartiers, et en ville il est encore plus impressionnant. On peut littéralement grimper aux racines, se tenir debout entre elles, s'y asseoir, s'y allonger, s'y cacher... elles sont comme des troncs. Les personnages d'Alberto Cedrón sont obnubilés par cet arbre, ses racines et pour l'artiste et l'écrivain de cette œuvre géniale, c'était une façon de symboliser l'histoire récente et tragique de leur pays. Toute l'histoire dissimulée sous les racines. Elles symbolisent l'enfance du peintre, ses souvenirs, l'histoire de sa famille italienne qui est retracée dans le livre.

 

J'avais promis à Alberto que La racine de l'ombú paraîtrait un jour en France, cela avait du sens pour lui. Voilà qui fait, chez un éditeur qui a respecté l'œuvre et façonné un livre à la hauteur de l'œuvre. La racine de l'ombú parle d'elle-même.

 

Des expositions mettant en exergue des planches agrandies du livre auront lieu ici et là, notamment lors du Festival Cinélatino de Toulouse en mars 2014 et du Salon du livre 2014 où l'Argentine et Cortázar seront à l'honneur.

 

Mathias de Breyne 

 

La racine de l'ombú, Alberto Cedrón et Julio Cortázar, sur Chapitre.com

Traduction Mathias de Breyne, Editions CMDE

  

 

Derniers romans de Mathias de Breyne :

Mourir avec son temps, Sulliver 7 décembre 2013

Direct dans la mâchoire, anthologie bilingue de littérature argentine contemporaine, Nuit Myrtide 2012

 

Emmanuel Macron ouvrira la Foire du Livre de Francfort

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 21.09.2017

Du 10 au 15 octobre, la France sera à l'honneur de la Foire du Livre de Francfort, le plus grand événement mondial réservé au livre. À cette occasion, la ministre de la Culture Françoise Nyssen sera sur place, bien sûr, mais aussi le président de la République, Emmanuel Macron, qui ouvrira la Foire avec son homologue allemande, la chancelière Angela Merkel.   De sources sûres, le président de la République sera présent pour l'ouverture de la Foire de Francfort, le mardi 10 octobre prochain en fin d'après-midi. La cérémonie publique d'ouverture donnera le coup...

Le Prix littéraire de la Vocation 2017 à Simon Johannin et Nina Leger

  • Partager sur Twitter

Nicolas Gary - 21.09.2017

Le « Prix littéraire de la Vocation » a été décerné à Simon Johannin pour son premier roman L’été des charognes (éditions Allia). Le romancier français installé en Belgique est primé ex aequo avec Nina Leger.   Décerné sur candidature par la Fondation Marcel Bleustein-Banchet, le Prix littéraire de la vocation récompense un auteur francophone âgé de dix-huit à trente ans. Ce Prix est doté de 8 000 €. L'objectif de la Fondation est de la plus haute valeur et aussi de la plus haute importance car, en aidant de jeunes chercheurs, de nouveaux...

Aides à la Création : transparence sur les organismes de gestion collective

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 19.09.2017

Comme prévu par la loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de création et codifiée à l’article L.326-2 du Code de la propriété intellectuelle, les organismes de gestion collective mettent aujourd’hui à la disposition du public une base de données électronique unique.   Groume, CC BY SA 2.0   Cette dernière recense, avec le nom de leurs bénéficiaires, le montant et l'utilisation des sommes qu’elles ont affectées, en vertu de la loi, à des actions d'aide à la création, à la diffusion du spectacle vivant, au développement de l'éducation...

Prix Interallié 2017 : une sélection de 17 romans en première liste

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 18.09.2017

Fidèles au poste, les jurés du prix Interallié viennent de communiquer la liste des titres retenus pour leur première sélection. Le jury, conformément aux attentes et réunis en ce 18 septembre, a ainsi manifesté son bon vouloir. Ce sont 17 romans qui passeront le terrible jeu d’obstacle, avec quelques belles attentes – comme le livre de Jean-Luc Coatelem. Philippe Tesson, président du jury - ActuaLitté, CC BY SA 2.0     La deuxième sélection aura lieu le mercredi 25 octobre. La troisième sélection aura lieu le mercredi 8 novembre. En 2016, c'est Serge...

La Foire du livre de Milan se retrouve sans présidence

  • Partager sur Twitter

Clément Solym - 14.09.2017

La présidente de la joint venture réunissant l’Association des éditeurs italiens et la société Fiera Milano, vient d’annoncer sa démission. Responsable de La Fabbrica del Libro, entreprise qui organise l’événement Tempo di Libri – la foire du livre de Milan – Renata Gorgani, a annoncé qu’elle quittait ses fonctions ce 14 décembre. Renata Gorgani     L’Association des éditeurs italiens, ou AIE, est désormais dans l’obligation de trouver rapidement un prochain président. La Fabbrica del Libro qui réunit l’AIE et Fiera Milano va en effet se...

Neuf romans retenus pour la sélection 2017 du Prix de Flore

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 14.09.2017

Et la grande kermesse des prix littéraires se poursuit avec neuf titres supplémentaires que le prix de Flore a retenus. Plus le temps passe, plus les jurés font preuve d’un peu de courage. Cette fois, quatre premiers romans sont dans les rangs, et deux autres ne relèvent pas strictement de la rentrée littéraire. sergeymk, CC BY 2.0   Le jury que préside Frédéric Beigbeder a mis en place une liste bien serrée, et plutôt diversifiée. La prochaine sélection sera établie le 12 octobre et le prix remis ce 8 novembre.    Pierre Ducrozet, L'invention des...

Prix Médicis : quatorze romans pour la première sélection de 2017

  • Partager sur Twitter

Nicolas Gary - 14.09.2017

Il fallait donc attendre la liste du prix Medicis pour découvrir un peu d’audace dans les sélections de romans des récompenses littéraires. Les jurés du prix ont en effet sélectionné leurs 14 titres, incluant deux premiers romans. Mais également des ouvrages qui ne figurent pas dans les sorties de la rentrée. Soit.   ActuaLitté, CC BY SA 2.0   Le livre de Mahir Guven ne sera toutefois disponible que le 5 octobre prochain. Quant aux livres d’Arthur Dreyfus et Louis-Philippe Dalembert, ils sont respectivement sortis en janvier et mars dernier. En avant pour...

Littératures de l'imaginaire : panorama du lectorat en 2017

  • Partager sur Twitter

Florent D. - 13.09.2017

Fantastique, science-fiction, fantasy… Portées ces dernières années par de nombreux best-sellers et des adaptations à succès sur le grand et le petit écran, les littératures de l’imaginaire s’ouvrent à un public sans cesse plus large, tout en restant les grandes absentes des colonnes de la critique traditionnelle. Ecole polytechnique Université Paris-Saclay, CC BY SA 2.0   À l’occasion du Mois de l’Imaginaire qui interviendra en octobre en France, Babelio a porté son regard sur le lectorat imaginaire. Qui est-il ? Quelle place accorde-t-il au genre dans...

Prix Filigranes 2017 : six romans finalistes

  • Partager sur Twitter

Auteur invité - 12.09.2017

Créé en 2016 par la librairie bruxelloise du même nom, le prix Filigranes récompense un livre francophone paru à la rentrée littéraire qui se distingue par sa capacité à plaire à tous les publics. Soutenu par ING, ce prix littéraire est doté de 5.000 €. En 2016, il avait couronné Adélaïde de Clermont-Tonnerre pour Le dernier des nôtres. Le nom de son successeur sera choisi parmi les sept finalistes 2017, dont un Belge.      Thomas Gunzig, avec son dernier roman La vie sauvage (Au diable vauvert), est en effet le seul représentant belge de la...

Le service streaming Disney aura l'exclusivité des films Marvel et Star Wars

  • Partager sur Twitter

Nicolas Gary - 08.09.2017

Les choses avancent vite chez Disney : après avoir décidé de retirer ses œuvres de Netflix, pour privilégier son propre système de diffusion, la firme avance un peu plus. Sachant que la grande plateforme Disney ne devrait pas être proposée avant 2019, deux inconnues restaient : le sort de Marvel et de Star Wars. Michel Curi, CC BY 2.0     Certes, Disney possède les deux marques, mais quelques doutes planaient et des discussions étaient encore en cours. Début août, Disney faisait état de son divorce prochain avec Netflix, qui mettait un terme à plusieurs...