L'exposition "L'Art de Morris" montrera à quel point il "était un GRAND dessinateur"

La rédaction - 22.07.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - Angoulême Cité - bande dessinée - droit réponse


La Cité de la BD et de l'image d'Angoulême s'est émue d'informations publiées hier sur ActuaLitté, considérant qu'elle se devait d'opérer quelques rectifications. Voici le droit de réponse demandé par la communication de l'établissement, faisant donc suite à notre article, et apportant quelques indispensables corrections. 

 

DSCN0947 sagoma Lucky Luke rit

Gianfranco Goria, CC BY NC ND 2.0

 

 

Le comité de direction de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et son président, Samuel Cazenave, tiennent à réagir par un droit de réponse à l’article « Situation retournée au Festival d’Angoulême : 10 ans de solitude » paru sur le site ActuaLitté en apportant les précisions suivantes :

 

L’exposition va s’appeler « L’Art de Morris » et non pas « Lucky Luke ». Son propos sera de montrer à quel point Morris était un GRAND dessinateur de bande dessinée (comparable à Franquin, Hergé ou Kurtzman).

 

Il y aura place pour Rantanplan, les Dalton, des jeux, un espace enfants… et le musée de la bande dessinée est dans son rôle en mettant l’accent sur la dimension graphique et esthétique de l’œuvre, accompagnée par un magnifique catalogue.

 

Le cadre sécurisé du musée va permettre à des originaux extrêmement précieux, qui n’ont jamais quitté leurs réserves, d’être présentés au public pendant plusieurs mois.

 

Parler de « mainmise » de 9eArt+, (« Certains y verraient une autre forme de main mise de 9e Art +, attendu que l’exposition serait le choix de la société, et non de la Cité ») à propos de Lucky Luke au musée est faux.

 

C’est bien la Cité, par l’intermédiaire de son comité de programmation, qui a sollicité 9ème Art+ sur l’opportunité de présenter cette exposition dans la salle du musée, en y trouvant de multiples avantages.

 

L’opération est menée conjointement par 9eArt+, La Cité et les éditions Dargaud et c’est ensemble que nous sommes allés voir les ayants droit de Morris, et que nous les avons convaincus de s’impliquer complètement dans cette aventure.

 

 

NdlR : 

Un coup de clavier bien mérité sur les doigts du rédacteur de cet article, qui n’a, soulignons-le, jamais écrit que l’exposition s’appellerait Lucky Luke, mais qu’elle aurait lieu en hommage au 70 ans de la création du personnage. Pas plus que n'était mis en cause le sérieux de l'exposition prochaine, ni son manque d'intérêt. Dans la hâte du correctif, ces détails auront certainement échappé à la Cité. On se demande bien contre qui il faut défendre le cowboy solitaire.

 

Par ailleurs, cette intervention salutaire s'inscrit sans doute dans de ce que l’Association du FIBD évoquait, une « volonté de trouver un accord de partenariat avec 9e Art + ». Ou bien faut-il se demander qui maîtrise la communication autour de cet événement : généralement, c’est celui qui décide et agit. On notera que Sud Ouest, parlant de cette exposition, ne cite pour sa part pas une seule fois la Cité : à dégainer plus vite que son ombre, voilà que l’on fait long feu ?