Archie, c'est fini : le numéro 666 marque la fin de la série

Antoine Oury - 19.02.2015

Manga/BD/comics - Comics - Archie Comics #666 - Riverdale fin de la série - Tom DeFalco Dan Parent


L'une des séries les plus longues de l'histoire du comics américain s'arrêtera l'été prochain. Archie, centrée sur l'adolescent Archibald "Chick" Andrews et son quotidien au lycée de Riverdale, avait démarrée en décembre 1941 dans le magazine Pep Comics. Des décennies plus tard, cette série principale s'arrête, pour mieux reprendre sous une forme modernisée.

 

 

 

 

La série Archie n'est pas restée seule bien longtemps : face au succès rencontré par ce rouquin typiquement américain, les séries dérivées n'ont pas tardé, et c'est un véritable empire médiatique qui s'est construit. La société qui l'a publié pour la première fois s'appelait en effet MLJ Comics, avant de préférer le nom de son personnage à succès, dès l'année 1942 et le premier magazine entièrement consacré au jeune homme.

 

Archie Comics a bâti sa notoriété sur le personnage et ses camarades, créés par Vic Bloom and Bob Montana, repris par la suite par des dizaines d'auteurs. Le numéro 666 — ne pas y voir de sombres présages — sera le dernier de la série historique, la première consacrée à Archie. Quelques-uns des artistes les plus marquants, comme Tom DeFalco, Dan Parent, Fernando Ruiz, ou Pat et Tim Kennedy participeront à ce numéro exceptionnel en revenant sur la longue histoire de la publication.

 

Toutefois, l'univers de Riverdale n'est pas aspiré dans le néant : d'abord, il y a toutes les séries dérivées, comme Life with Archie, et le ton moderne qu'elles ont su insuffler à l'univers original. On se souvient ainsi particulièrement de l'arrivée d'un personnage gay dans la série Veronica, dès le mois d'avril 2010.

 

Par ailleurs, Archie repartira de plus belle avec Archie #1 dès cet été : un reboot qui permettra à Mark Waid, au scénario, et à la dessinatrice Fiona Staples de reprendre Riverdale « à zéro », pour en proposer une version moderne. Les reboots ne sont donc pas réservés aux super-héros...

 

 

(via Comic Book)