La Guerre des Gaules, au coeur du prochain album d'Astérix

Nicolas Gary - 25.07.2015

Manga/BD/comics - Univers BD - Astérix Uderzo - Papryrus César - Guerre Gaules


Alors Astérix aurait puisé dans les mémoires de Jules, le Jules, l’historique, pour son prochain album. La révélation faite au micro d’Europe 1 par Albert Uderzo ne manque pas d’intérêt. Le papyrus de César, titre du prochain album, serait à mettre en relation avec La Guerre des Gaules, récit prosélyte et passablement flatteur, de la conquête du territoire par César. Mais pouvait-on s’y attendre ?

 

Bouclier Arverne Jules César Astérix Uderzo

Le Bouclier Arverne - Editions Albert René

 

 

La Guerre des Gaules, ou Commentaires sur la Guerre des Gaules, serait devenu le meilleur compagnon de Didier Conrad et Jean-Yves Ferry, scénariste et dessinateur du prochain tome. Tiré à 1,8 million d’exemplaires et distribué dans quinze pays, ce prochain volume se rapprocherait donc d'une dimension plus historique ? Difficile de faire avaler ça, même noyé dans de la potion magique... 

 

Les sept tomes de mémoires de Jules relatent comment, à travers ses opérations militaires, et le talent – le génie, quasi – de l’homme à la tête des troupes romaines, a su rallier les Gaules au monde romain. Les affrontements on eu lieu entre 58 et 51 av. JC, et s'achèvent notamment après la fameuse bataille et le siège d’Alésia, qui voit la défaite de Vercingétorix. Ce n’est qu’avec la prise de la place forte d’Uxellodunum (située dans le Lot), que la guerre prendra fin définitivement.

 

Pour rester dans les détails, la plus ancienne copie des tomes parvenue est carolingienne, ce qui lui confère un petit plus historique : si l’on omet les documents de l‘Ancien Testament, ce serait l’une des copies les plus anciennes de l’Antiquité. Comme le texte est écrit à la troisième personne du singulier, il introduit une certaine distance. Mais l’effet de style ne trompe personne, c’est bien César qui se tresse des lauriers, vantant le mérite, la bravoure ou le courage de ses ennemis, pour mieux exacerber ses propres victoires.

 

Alors proconsul, César mène ses batailles, mais a besoin d’apporter à Rome de preuves détaillées de ses mérites et victoires. De quoi appuyer son pouvoir auprès du Sénat et obtenir une plus grande capacité politique lors de son retour. Cependant, les faits tels que relatés pourraient n’avoir pas subi de réelles déformations ni d’altérations trop importantes. Autant on peut dégager l’esprit héroïque et la dimension propagandiste, autant le fil des événements, selon les spécialistes, est crédible.

 

Voilà ce qu’en dit l’éditeur du livre : 

 

Les Commentaires de la Guerre des Gaules ont été rédigés alors que César venait de vaincre Vercingétorix et voulait faire connaître à l’opinion romaine, avant sa candidature à un second consulat, les épisodes de sa belle conquête.

Ses adversaires répandaient alors mille bruits sur son compte. La rédaction de La Guerre des Gaules fut donc, avant tout, l’acte d’un chef vainqueur qui rétablit les faits et coupa court aux intrigues et calomnies de ses ennemis politiques. Pourtant, il n’y a dans La Guerre des Gaules ni omission capitale ni mensonge, nulle rhétorique, rien que des faits. C’est un général qui écrit, selon le mot de Quintilien, « avec le même esprit qu’il fait la guerre ».

 

 

Évidemment, tout n'est pas à prendre au pied de la lettre : les rapports que César a compulsés pour produire ces livres relèvent avant tout de la propagande... pro-Jules. Les mémoires de César seraient donc au cœur de l’intrigue du prochain volume, et Ferri comme Conrad s’en sont servi d’inspiration. Les Gaulois partiront-ils à la recherche du papyrus original, dérobé à César avant qu’il n’envoie son BAT signé à l’imprimeur ? Est-ce la version InDesign qui a introduit des erreurs dans le fichier EPUB ? Mystère, et plus encore. 

 

Editions Albert René

 

 

 

Reste qu’Uderzo a toujours affirmé que ses albums étaient des œuvres de joyeux drilles – à l’époque où il travaillait avec Goscinny en tout cas. Les auteurs n’étaient « pas historiens, nous sommes humoristes », rappelait-il dernièrement dans un entretien. Et dans cette approche réécrite de l’univers gaulois, ils avaient su prendre les libertés nécessaires pour s’approprier l’Histoire, et produire des histoires. 

 

Ni Uderzo ni Goscinny n’ont eu vocation à faire autre chose que s’inspirer de l’histoire. Uderzo confirmait en avril dernier : s’ils avaient su que la BD allait connaître un succès mondial, « nous aurions été prisonniers » de la réalité historique. Si tous deux ont consulté des ouvrages historiques, pour avoir quelques notions justes, Astérix n’est en rien « une traduction réelle de l’Histoire ».

 

"Il est formidable" "Qui ça ?" "Ben... vous !" "Ah !... lui !"

 

En revanche, les latinistes se souviennent de cette éloquence césarienne, ce il de majesté... que l’on retrouve régulièrement dans les albums d’Astérix. Mais la référence directe semble assez inédite. Bien entendu, Uderzo et Goscinny avaient « consulté certains ouvrages historiques », mais rarement (jamais ?) un texte latin avait été aussi expressément nommé.  

 

 

 

Les Commentaires sur la Guerre des Gaules se retrouvent éparpillés à travers l’ensemble des albums : toute intervention de Jules César amenait Goscinny et Uderzo à piocher dans le livre de référence pour détourner, parodier et pratique la vis comica, le pouvoir de faire rire.

 

Nul doute que le traitement burlesque traditionnellement réservé à César sera encore une fois chahuté, d’autant que les auteurs, qui prennent la relève dans cet album, assuraient qu’ils laisseraient plus librement cours à la fantaisie dans ce 36e album. L’intrigue sera également « recentrée à la fois en Gaule et à Rome parce qu’il y a la réaction de César », notait Uderzo sur Europe 1. Avec une assurance : « On tient encore un bon album. »

 

Et qui sait, peut-être que le groupe Hachette Livre, nouveau propriétaire des Éditions Albert René, proposera le téléchargement gratuit de la version latine du texte de César, pour prolonger le plaisir de l'humour par celui de l'histoire.

 

Commentarii de bello Gallico, Liber Primum
Gallia est omnis diuisa in partes tres, quarum unam incolunt Belgae, aliamAquitani, tertiam qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur. Hi omnes lingua,institutis, legibus inter se differunt. Gallos ab Aquitanis Garumna flumen, a BelgisMatrona et Sequana diuidit. Horum omnium fortissimi sunt Belgae, propterea quod acultu atque humanitate prouinciae longissime absunt, minimeque ad eos mercatoressaepe commeant atque ea quae ad effeminandos animos pertinent important,proximique sunt Germanis, qui trans Rhenum incolunt, quibuscum continenter bellumgerunt.

 

Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l’une est habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur langue, se nomment Celtes, et dans la nôtre, Gaulois. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les institutions et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. Les Belges sont les plus braves de tous ces peuples, parce qu’ils restent tout à fait étrangers à la politesse et à la civilisation de la province romaine, et que les marchands, allant rarement chez eux, ne leur portent point ce qui contribue à énerver le courage : d’ailleurs, voisins des Germains qui habitent au-delà du Rhin, ils sont continuellement en guerre avec eux. (traduction, via)

 

Eh oui, dès les premières lignes du texte, César pratiquait le troll, si connu d'internet, et cette remarque sur les Belges et leur courage donnera lieu à l'album du même nom, remanié par l'imaginaire de Goscinny et Uderzo, Astérix chez les Belges.

 

Astérix chez les Belges - Editions Albert René

 

 


Pour approfondir

Editeur :
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN :

La guerre des Gaules

de Jules César

Un ouvrage unique en son genre, relation écrite par l'acteur principal du drame qu'elle fait revivre, et publiée pendant cette guerre de huit ans, à des fins de propagande personnelle : un tour de force, qui ne fut jamais répété. Cette histoire d'un conflit prolongé est un livre de combat, en même temps que le témoignage le plus ancien et le plus important sur les origines de la France, la Belgique, la Suisse, l'Allemagne rhénane et la Grande-Bretagne. C'est bien un grand peuple celtique en pleine évolution que César a gagné à la civilisation latine, ce fut aussi une culture dont nous commençons à entrevoir l'originalité et le raffinement.

J'achète ce livre grand format à

J'achète ce livre de poche 8.50 €