Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

BD numérique : Amazon fait main basse sur comiXology

Nicolas Gary - 11.04.2014

Manga/BD/comics - Univers BD - comiXology - Amazon - acquisition


Les États-Unis enregistrent aujourd'hui entre 11 et 12 % des ventes de BD en format numérique. Et fin mars, les premières rumeurs avaient fusé : Amazon était intéressé par le distributeur numérique, comiXology. Ce n'était que des sources internes à l'époque, mais très clairement, le format propriétaire ne pouvait qu'entrer dans les projets de développement de la firme de Seattle. Depuis hier, Amazon a officialisé la chose : comiXology compte désormais parmi ses filiales.

 

 

 

 

L'accord a été officialisé hier, avec une verve lyrique assez classique. Ainsi, « la société qui a révolutionné l'expérience de lecture des comics numériques, avec leur technologie Guided View, et a fait découvrir, acheter et lire des comics et des romans graphiques plus facilement et agréablement que jamais auparavant », devient la propriété de Jeff Bezos. 

 

David Steinberg, cofondateur de comiXology n'a fait aucun commentaire intéressant : les traditionnels exercices de congratulations réciproques, et le plaisir à venir de travailler avec une firme comme Amazon. De même, le vice-président d'Amazon, David Naggar, promet que cette acquisition amènera à de nouvelles solutions de lecture et de vente de comics numériques pour l'environnement Kindle. Et dans tous les cas, le montant de la vente n'a pas été dévoilé : de fait, la transaction devrait être finalisée dans le courant du deuxième trimestre 2014. 

 

Depuis sa création en 2007, comiXology a su progressivement conquérir des parts de marché. Si la littérature numérique représente 25/30 % des ventes aux USA, la BD numérique tourne, elle, autour de 11/12 %, mais, nous précisait un acteur du marché, durant la Foire de Londres, « ce domaine est trusté quasi exclusivement par comiXology. Et il suffit de penser aux différentes applications que la société a réalisé pour les éditeurs de comics. Marvel, par exemple, est réalisé par eux. C'est un acteur particulièrement dominant, et qui est très fort, parce que talentueux sur ce marché, incontestablement. À ceci près qu'ils sont sur un format propriétaire ». 

 

Selon des informations données par The Digital Reader, comiXology continuera d'être exploité comme une marque indépendante, et conservera son autonomie - toute relative - et son siège à New York. David Steinberg assure d'ailleurs : « Amazon, quand il achète une entreprise qui fait du bon travail, lui laisse la possibilité de déployer ses ailes. Cela leur donne les ressources et leur permet de poursuivre leur chemin, plus rapidement, en étant meilleur et plus fort. »

 

Clairement, comiXology s'est imposé au fil du temps comme le leader incontesté dans la bande dessinée numérique, et les concurrents ont rapidement laissé tomber. Ce qui est flagrant, c'est que l'accent porté sur le cloud par Amazon rejoint directement les préoccupations de comiXology, de même que le format propriétaire. Selon nos premiers retours, cette acquisition ne manquera pas de se concrétiser par une diminution du prix de vente, pour assurer la consolidation du monopole Amazon, déjà implacable dans la littérature, et maintenant assuré dans le domaine de la BD. 

 

N'oublions surtout pas que l'an passé, Amazon avait ouvert sa filiale éditoriale Jet City, dédiée à la BD numérique - et imprimée. Ce qui est assuré, c'est que comiXology reste la plus grande plateforme de vente de BD, sur le territoire américain, mais également producteur d'applications pour le compte d'éditeurs (Marvel, déjà cité, mais également DC Comics…), ce qui le positionne doublement sur le marché de la BD numérique. S'il est déjà possible d'acheter des romans graphiques sur Kindle, cette nouvelle acquisition renforce la position stratégique des deux acteurs. Et surtout, fait suite au rachat récent de Double Helix Games, plus tôt, spécialisée dans les jeux vidéo. 

 

ComiXology était absent de la Foire de Londres, nous n'avons pas pu les contacter directement, et la filiale française n'a pour le moment pas répondu à nos appels.