Belgique: des images de porno gay dans une BD pédagogique

Clément Solym - 23.03.2012

Manga/BD/comics - Univers BD - Belgique - sexualité - BD


On peut dire qu'elle aura fait son petit effet. Alex et la vie d'après, une bande dessinée de Thierry Robberecht (La Smala) sur des dessins de Fabrice Neaud, raconte le quotidien d'un jeune homme homosexuel séropositif. Problème : elle a été distribuée dans une école de Belgique dans le but de sensibiliser les enfants au sujet des maladies sexuellement transmissibles... bien qu'elle contienne des images de pénétration entre hommes.

 

Scandalisés, les parents des enfants de Gosselies, près de Charleroi, ont vu leur progéniture rentrer de l'école avec cette BD. Censée illustrer un cours d'éducation sexuelle pour ces jeunes de 13 ans, il apparaît qu'Alex et la vie d'après, produite par l'association Ex-Aequo, est un ouvrage de sensibilisation destiné aux adultes, qui évoquent des problématiques liées aux relations entre hommes face aux VIH.

 

 

 Faute partagée

 

Chacun se renvoie la patate chaude dans cette affaire. Alex se serait retrouvé au planning puis à l'école parce que personne ne s'est penché réellement sur ce que contenait cette bande dessinée... avant les enfants.

 

Ex-Aequo ainsi expliqué à RTL info en Belgique que « ce n'est pas du tout un outil créé pour des cours d'éducation sexuelle », précisant qu' « il faut un bagage pour aborder ces choses là ». Et de reconnaître l'erreur d'avoir distribué l'ouvrage à de jeunes adolescents.

 

Au centre Infor Famille, on rappelle que le but n'était pas de choquer, et qu'ils ignoraient le contenu de la BD, très bien référencée selon eux par le centre de documentation qui leur a fourni ces ouvrages. Ce centre (qui distribue du contenu destiné à un public entre 12 et 18 ans) s'est dédouané de toute responsabilité. C'était, selon lui, bien au planning familial de faire attention à ce qu'ils distribuent... lequel aurait précisé avant sa commande qu'il comptait adresser ces livres à des élèves du premier degré.

 

Les parents ont quant à eux dénoncé l'inattention du Planning familial Infor famille de Charleroi, à l'origine de cette distribution, qui s'est excusé depuis.

 

Une affaire qui en rappelle une autre, survenue en Suisse l'été dernier, lorsque des pages de porno s'étaient glissées dans une publication pour enfants (notre actualitté).